A moitié bon

Avis sur Half-Life 2 sur PC

Avatar Silk
Test publié par le
Version PC

Half-Life 2. Une des plus grosses arlésiennes du jeu-vidéo qui a rendu écrit la légende du désormais fameux "Valve Time". Heureusement, contrairement à pas mal d'autres éternels retardataires, la suite du mythique Half-Life a été succès critique et commercial : la majorité des gamers vous parleront avec émotion des différents passages cultes du FPS. Tous ? Non. Un vieux gamer plus ou moins aigri va vous expliquer tout de suite ce qui cloche chez HL2, et pourquoi ce dernier n'est qu'un bon jeu.

Bref rappel historiquo-culturel : en 1998 sortait Half Life. Enorme baffe dans la gueule. Malgré un moteur vieillissant, le level design, le sens de la mise en scène, la variété des situations, l'IA des ennemis (les fameux militaires) ainsi que les scripts font que la campagne solo a marqué toute une génération de joueurs. Le multijoueur n'est pas en reste, avec un deathmatch très marrant, et surtout la grande vague des mods (déjà entamée avec Quake 1 et 2), avec en figure de proue Team Fortress et Counter Strike. Saut en avant, et nous voilà en 2004. Half-Life 2 sort enfin après un développement rocambolesque. Manque de pot, Doom 3 et Far Cry sortent la même année (superbe année pour le joueur FPS PC en y repensant). Si mes souvenirs sont corrects, j'ai d'abord joué à Doom 3, puis à Half Life 2, et enfin Far Cry. Et Half Life 2 est sorti grand perdant du match. Mais qu'est ce à dire que ceci ?!

Je ne m'étendrai pas sur le scénario. Non pas que c'est inutile dans un FPS, au contraire, mais Half Life 2 a une histoire volontairement cryptique. L'armée de défense d'HL2 qui va probablement perquisitionner ma maison une fois cette critique achevée va probablement vous dire que une tétra-chiée d'indices est dissimulée dans les décors du jeu, mais honnêtement ça ressemble plus à un fan d'Advent Children qui essaye de se persuader de la profondeur de son film pourri. Bref, Gordon Freeman est réveillé par le G-Man, et est balancé dans le RER direction la banlieu parisienne, ou City 17 dans le futur proche du jeu. A priori, ça va pas très fort sur Terre, et il faut croire qu'Independance Day était un peu erroné : suite au succès des événements de Black Mesa dans HL1, les extraterrestres ont botté le cul aux Terriens, et nous voilà donc asservis, un bon vieux régime fasciste et ses collabos aidant. A partir de là, c'est le Freeman Show, et le but va être de courir partout pour foutre la merde. Même pas 5 minutes et vous voilà déjà poursuivi par l'ensemble de la ville. Vous rejoindrez très vite la Résistance (en français dans le texte), jouerez au basket, ferez le con avec la gravité, tournerez dans la suite de StarShip Troopers, et j'en passe et des meilleurs. Bien entendu, la fin est cryptique à souhait. Par ailleurs, je n'ai pas joué aux add-ons, attendant que les trois sortent pour ne pas être frustré (j'attends toujours d'ailleurs).

Mais que diable, si Half Life avait une histoire rigolote, on ne peut pas dire qu'elle était franchement développée ! Qu'en est-il du level design et de la variété des situations ? Du gameplay ?! Et bien on nage dans le mitigé, l'aigre doux, le sucré salé. Du très bon et du moyen en fait. Niveau prise en main du bonhomme, rien à signaler, on retrouve vite le maniement du premier volet, tout se prend bien en main. De même pour les armes, on retrouve le même feeling, c'est du tout bon. L'arrivée dans City 17 est similaire au début d'HL1, on se balade, tout émerveillé de la mise en scène, bien aidé par moult petits scripts. Puis on se fait repérer par la milice, et alors commence l'action. Course poursuite effrénée dans la ville, et on s'aperçoit que c'est quand même un peu linéaire. Et puis les soldats sont quand même très cons. On continue l'échappée, dans un gare, dans des égouts. On admire la beauté des décors et le travail artistique, mais on ne peut s'empêcher de se dire que c'est un peu banal tout ça, et un peu longuet et linéaire aussi. Finalement, on trouve une moto-ski, et c'est parti pour une course poursuite ... dans des canaux. On admirera l'absence de mains sur le volant au passage. A part dézinguer des méchants (toujours aussi cons) et s'arrêter 5 minutes pour ouvrir des portes, on ne fait rien de folichon. Certes, c'est bien mis en scène, mais quand même, de l'eau a coulé sous les ponts depuis HL1. On avance un peu, et on récupère le gravity gun, véritable vitrine pour le moteur physique. Révolutionnaire pour l'époque, cette arme permet de faire mumuse avec la physique, et de faire léviter puis jeter divers objets. Malgré l'émerveillement d'enfant, on sent la feature un peu gadget quand même : certes, il y a des puzzles rigolos, et puis on peut balancer des scies à la tronche des ennemis, mais bon ...

Half-Life 2 essaye de faire revivre la variété des situations de la campagne originelle, mais allez comprendre j'ai trouvé ça très répétitif et artificiel : Valve développera une idée ou un concept de gameplay pendant tout un chapitre, et l'épuisera jusqu'à plus soif. Par exemple, vous serez amené à pouvoir contrôler des espèces d'insectes à l'aide d'une arme : vous ferez ça pendant 2 heures. Vous découvrez une moto ski ? Matraquage pendant 1 heures. Un buggy ? On fait pareil qu'avec la moto, mais sur la terre, et pendant plus d'une heure aussi, et ainsi de suite. Certes, certains passages sont très réussis, et nous rappellent que Valve sont très doués : le passage dans la ville zombi de Ravenholm, assez angoissante et bien foutu, ou encore la guerre civile dans City 17. Mais bon, on est loin d'atteindre la variété et l'équilibre presque parfait de HL1. D'ailleurs pour souligner mon propos, il y a un passage d'HL1 qui fait penser à sa suite : Xen. L'idée du monde extraterrestre est bien en elle même, et certaines trouvailles de gameplay viennent renouveler les défis proposés au joueur. Le problème, c'est qu'on impose tout d'un coup, jusqu'à plus soif, et cela finit par lasser. En général Xen est le passage le moins aimé des joueurs du premier, et c'est ce type de sentiments que je retrouve sur l'ensemble des actes d'HL2.

Et n'espérez pas retrouver l'IA vicieuse du premier volet. Même si on a appris que les marines étaient scriptés et ne s'adaptaient pas dynamiquement au joueur, l'illusion était là, et le challenge très agréable. Dans HL2, on retrouve nos ennemis classiques chair à cannon complètement cons. Sacrilège ! Pour finir, les graphismes sont superbes, et la direction artistique maitrisée. Autant les décors d'HL1 se répétaient, autant HL2 fait plaisir à voir.

En conclusion, Half Life 2 est un FPS un peu bancal. Il reste un bon jeu, et atteint l'excellence du premier dans certains cas, mais le sentiment de redondance que l'on peut atteindre dans certains passages l'empêche d'être un grand FPS, au contraire de son ainée. Par contre, niveau mods et multi joueur, il remporte haut la main le duel de 2004 contre Far Cry et Doom 3.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 835 fois
8 apprécient

Autres actions de Silk Half-Life 2