Le Vaporware du bonheur

Avis sur Half-Life 2 sur PC

Avatar Morki
Test publié par le
Version PC

Graphiquement, HL² (oui je dis HL² si je veux, même que d'abord) aurait du être une claque qui faisait suite à son mythique prédécesseur. C'est bien simple, Half-Life, premier du nom, fait partie des mythes fondateurs du jeu vidéo, ceux qui ont marqué leur époque de leur empreinte et qui sont à connaître pour le simple plaisir de la culture comme Myst ou Another World. Ca aurait pu être simple et magnifique, mais non, HL² a eu un développement chaotique, reculé plein de fois, son code source s'est fait piquer, et s'est transformé en vaporware improbable (pour les n00b, vaporware = arlésienne), et lorsqu'il est sorti, des tas de FPS aujourd'hui à demi oublié avaient fait des progrès techniques remarquables ici et là. Oui mais voilà, Valve avait misé sur un truc relativement peu en vogue dans les FPS de l'époque, l'expression faciale et un vrai moteur physique. Et ça a payé, Source est encore très utilisé aujourd'hui Portal 2, amarite? D'autant qu'avec son bébé sortait une usine à gaz qui a fait hurler tout le monde. Qui a jamais vu un jeu solo à activer en ligne, c'est quoi cette arnaque? Et dites bonjour à Steam, au passage.

Donc une fois le jeu lancé, un loading interminable (mais VRAIMENT!) qui donne sur un menu, quelques paramétrages de rigueur, et... un loading interminable. HL², on s'en souviendra beaucoup pour ça. Ca cassait l'ambiance, mais d'une force! Pour un jeu qui misait à mort sur l'ambiance, ça la fout mal. En revanche, dès que le jeu est lancé, ça cartonne très vite. No spoiler inside, mais on découvre le monde sous la coupe des aliens qui pilotaient ceux de l'incident de Black Mesa. Des visions surprenantes, d'autant que la première demie-heure est une vraie perle, pour un FPS: on se ballade dans ce qui a du être l'Europe de l'Est, et on croise ce qu'est devenu la société humaine.
A ce titre, HL² est un jeu exigeant. Pas que ce passage soit particulièrement difficile, mais l'intrigue globale ne viendra jamais à vous, ce sera au joueur de faire attention aux petits détails, à écouter ce que disent les gens. Si vous en doutez, allez trottiner sur le net sur les théories qui circulent et les consenus qui se dégagent à partir des éléments glanés dans le jeu. Et c'est comme ça tout du long. Les gens supposent que vous étiez simplement ailleurs, et ils ne leur viendraient pas à l'idée de vous expliquer quelque chose qu'ils pensent que vous savez. Vous iriez expliquer la guerre de Yougoslavie à un Bosniaque? Eux non plus.

Bref. Assez tôt, on se retrouve l'arme à la main, pour une aventure certes pas aussi longue que les errances dans Black Mesa, plus séquencée, mais jouissives, variées, et vous proposant quelque chose de très différent de la sempiternelle seconde guerre mondiale/SF intersidérale à la Unreal ou Doom qui sévissait à l'époque. Son ambiance de post-apocalypse en déliquescence qu'essaye de sauvegarder des bandes d'irréguliers contre une armée au look entre Jin-Roh et la Guerre des Mondes marque, forge le souvenir.
Ne vous méprenez pas. HL² est un excellent FPS. Mais il n'aurait pas mérité qu'on s'en souvienne pour des siècles et des siècles si il n'avait eu que cela. Tout comme son prédécesseur, il a cette ambiance bien à lui, son cachet, son identité qui le rend si particulier, si unique. Il n'est pas exempt de défauts (quelques longueurs en véhicule, ses PUTAINS DE CHARGEMENTS-FU, le fait que vos mains n'apparaissent pas sur l'échelle, ...) mais ce sont des tracas mineurs face à l'intense plaisir de jeu que l'ont y éprouve. Ca, ça va me servir de conclusion parce que j'ai déjà été assez verbeux. HL² déchire. Voilà.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1491 fois
22 apprécient

Morki a ajouté ce jeu à 1 liste Half-Life 2

  • Jeux vidéo
    Illustration

    Top 10 Jeux vidéo

    Avec : Planescape : Torment, Shadow of the Colossus, Half-Life 2, Castlevania : Symphony of the Night,

Autres actions de Morki Half-Life 2