C'était ma guerre mon Colonel !

Avis sur Hearts of Iron IV sur PC

Avatar Morthys
Test publié par le
Version PC

L’instant divan du psy

Il faut que je vous fasse une confession... La Seconde Guerre Mondiale me passionne. Elle me passionne de ouf ! Je sais, ce n’est pas original mais voilà, cette période me fascine depuis 20 ans et je bouffe encore régulièrement des bouquins et des documentaires sur le sujet. Du coup, quand un jeu de stratégie débarque, je fonce. Enfin presque…

Je dois faire une autre confession, les jeux Paradox me font de l’œil depuis des années mais la complexitude de leur gameplay m’a toujours empêché de faire le premier pas et ce, malgré les heures de fun en perspective que je ratais et les étoiles dans les yeux que je voyais à travers les tests dithyrambiques lus ça et là ou entendus dans des podcasts d’excellente facture.

Et un puis un jour, Crusader Kings II a été donné gratos sur Steam ou Humble Bundle, je ne sais plus. J’ai essayé et après un certains laps de temps à essayer d’assassiner ma femme (j’ai une excuse, elle me haïssait) via un complot savamment orchestré qui n’a jamais réussi à se déclencher, j’ai laissé tomber dans la tristesse et la roue du temps a tourné… jusqu’à ce jour de début d’été 2018 avec ses inévitables soldes Steam. J’ai craqué, j’ai balancé mes euros dans HoI 4 qui était dans ma liste de souhaits depuis longtemps et je n’ai pas été déçu. Enfin si j’ai été déçu mais plus par moi-même que par le jeu.

Au commencement, il y avait des larmes

Je vous fais une dernière confession. Je déteste les tutos, je les exècre, je les conchie. J’ai J'ai systématiquement l’impression de perdre mon temps dessus par conséquent, je les zappe tout aussi systématiquement. Pour HoI, j’ai essayé, quand même, pour voir, le jeu n’étant pas friendly de prime abord. J’ai essayé pendant 5 minutes, ça m'a saoulé et en bon fasciste qui se respecte, je suis parti sur l’Allemagne, en 1936, et là les potes, là, ce fut le drame. Et la honte.

En bon amoureux de l’Histoire qui se respecte, j’ai revendiqué les Sudètes via l’interface de diplomatie, j’ai massé mes troupes à la frontière et le jour venu de la déclaration de guerre… JE ME SUIS FAIT ANNIHILER MASSIVEMENT PAR LA TCHÉCOSLOVAQUIE. TROIS FOIS DE SUITE.

Je suis donc passé sur l’URSS, c’est cool l’URSS, y a un réservoir d’hommes monstrueux, des ressources, un territoire gigantesque pour construire des usines, bref le panard pour construire une superpuissance. Les premières années passent, j’industrialise massivement, j’en profite pour équiper mes divisions solidement et vlatipa qu’en 38 ou en 39, un Trotski sauvage apparait, sonne l’heure de la révolte en URSS et bam, séparation du pays et de l’armée en deux, défaite cinglante, ragequit.

C’est là que j’ai fait un petit bilan et que je me suis dit qu’il serait peut-être judicieux d’aller faire un tour sur le wiki francophone pour comprendre deux ou trois choses. La révélation vint de la page des priorités nationales, quand j’ai compris que l’arbre de recherche était plus grand que prévu et que je pouvais, moyennant le skill approprié, déplacer le curseur de la barre défilement en bas de l'écran vers la droite pour découvrir des branches jusqu'ici inconnues.

La honte.

J’ai donc découvert tous les embrochements concernant la politique pour l’URSS et l’Allemagne, qu’il fallait passer par la case purges pour l’un et qu’on pouvait annexer izi les voisins avec l’autre.

Ensuite vint le sang

Cela étant assimilé, j’ai relancé des parties et avec le temps, je finis (c’est dégueu le passé simple) par assimiler le fonctionnement des différentes composantes de mon armée comme les débarquements, la maitrise du ciel, le ravitaillement, etc. À ce moment-là, j’ai réellement commencé à m’éclater avec des parties épiques. Comme cette guerre germano-russe où, seul avec l’URSS pendant que les Alliés encore en vie faisaient du pédalo dans le Pacifique, j’ai dû affronter durant 5 ans les hordes nazies qui en voulaient à mes chaudes plages de la Mer Noire et à mon Kremlin. La moindre faille dans mon front qui s’étendait de la Finlande à la Mer Noire risquant de compromettre toute ma partie. La moindre percée allemande m’obligeant à colmater au plus vite en essayant de piéger quelques divisions ennemies au passage.

Même chose dans une partie avec les USA où profitant du focus du Japon sur l’Asie continentale, j’en profitais pour envahir le coin supérieur gauche de la péninsule ibérique composée d’une Espagne ralliée à la cause axiale et d’un Portugal neutre. L’URSS étant tombée et l’Angleterre étant trop occupée à se casser les dents sur le Mur de l’Atlantique et la gueule en Inde, c’est donc seul avec un afflux constant de divisions et une fortification totale de la région que je suis arrivé à m’extraire de cette poche et à faire tomber l’Espagne. En jugulant au passage une guerre au Venezuela qui fera basculer l’Amérique du Sud et le Portugal dans mon camp, ce qui signera le début de la fin pour l’Axe qui se tapera des Brésiliens très énervés en plus de mes Marines aguerris par des années de guerre en France, en Italie et enfin en Allemagne. Je remercierai Churchill et de Gaulle qui se décideront enfin à bouger à mi-conquête de la France métropolitaine.

Et après ?

Je ne vais pas le cacher, je trouve le jeu passionnant et bien trop chronophage, comme tous ces jeux de gestion/stratégie qui détruisent ma vie sociale depuis quelques années mais bien évidemment, il n’est pas exempt de défauts.

Je l’ai évoqué plus haut, il faudra de la patience pour le prendre en main, même pour les amoureux des tutos puisque de ce que j’ai lu à droite, à gauche, le tuto gagnerait à être un peu plus costaud.

Au niveau de l’IA, il est assez pénible de voir certaines parties gâchées par un protagoniste allié trop puissant qui fera tout le boulot à votre place. Typiquement avec les USA, j’ai dû booster la force de l’Allemagne par rapport au reste des nations (il est possible de monter la puissance de chacune des nations principales), parce qu’elle se faisant écraser par les Russes, qu’elle avait elle-même agressés et ce, dès 1942. Autre gros soucis avec l’IA, le suicide. Et non, je ne parle pas des Kamikazes pouvant être débloqués par certaines nations. L’IA est bornée et un peu con, elle lâchera jamais l'affaire. Que ce soit en débarquant en boucle sur la même plage fortifiée as phoque ou en tentant de vous déloger d’une position bien établie, elle a son idée et elle enverra des centaines de milliers d’hommes à la boucherie parce qu’elle a décidé que ce bout de terrain ouvrirait la route vers votre défaite.

On assiste aussi à des soucis d’équilibrage comme avec les sous-marins qui sont juste nuls au point de se faire déglinguer par tout ce qui passe, même quand on les fout en compagnie d'une flotte de surface. A contrario, les fortifications peuvent vite devenir infranchissables et transformer la WW2 en WW1, comme dans cette fameuse partie avec l’URSS où j’avais blindé ma frontière avec la Roumanie et où on s’est regardé pendant 4 ans avec les Nazis avant que je face un débarquement via la Mer Noire sur leurs arrières.

Autre problème, le bordel de l’interface en pleine guerre mondiale avec des icones de partout. Au niveau maritime par exemple, le moindre accrochage verra apparaitre un rapport de bataille parfois juste pour vous dire que trois coucous ennemis qui passaient par là ont survolé vos bateaux. Je noterai aussi les ralentissements du jeu quand tout le monde se fout sur la tronche malgré ma config certes plus toute jeune mais quand même au-dessus du recommandé.

Enfin, un carton rouge pour les DLC entre 10 et 20 balles qui ajoutent certes du contenu en plus mais surtout qui donnent accès à des features qui devraient dans le jeu de base. Par exemple, je m’en tape complet de jouer avec les pays du Commonwealth mais si je veux avoir accès aux fonctionnalités poussées concernant les états fantoches en général, je dois lâcher 15 euros. Du grand art, Creative Assembly serait fier.

Bilan

J’adore ce jeu, vraiment et c’est un peu honteusement que je constate avoir déjà 167 heures de jeu dessus (il fait chaud la nuit, j’arrive pas à dormir !) et que je vais surement raquer pour des DLC. Les amoureux de stratégie et de Seconde Guerre Mondiale ou d’uchronie, puisqu’il est possible de désactiver la fidélité historique, devraient facilement trouver leur compte.

Les trucs cools

+++ La durée de vie gigantesque
++ Un terrain de jeu au diapason de la durée de vie
+ Le gameplay complexe mais très plaisant une fois bien en main
+ Une expérience très différente en fonction du pays incarné sachant qu’il y a 7 nations principales de base (les 3 de l’Axe + les Anglos-Ricains, les Russes et la France) et qu’on peut potentiellement incarner n’importe quel pays du monde même.
+ La playlist avec des chansons de l’époque et DU SABATON BORDEL \m/
+ Le plaisir de nuker le trouduku qui vous fait la guerre depuis 5 ans parce qu’il voulait votre ile de sable fin dans le Pacifique ou sur la Baltique.

Les trucs chiants

--- Les DLC, j’en ai sérieusement ras le portefeuille des jeux en kits avec des prix prohibitifs pour les DLC et les features enlevées du jeu de base pour être glissées avec du contenu dont je me bats l’œil avec vigueur.
- L’IA parfois un peu en galère et le besoin de paramétrer la difficulté au cas par cas pour ne pas se faire bousiller sa partie par un belligérant un peu trop chaud.
-- Les batailles navales un peu en-dessous, qui devraient être optimisées dans le futur via un DLC. Payant.
- Certaines unités trop ou pas assez puissantes à cause d’un équilibrage douteux.
- Des petits bugs pas insurmontables par-ci, par là.
Edit :
--- Des crashs inexpliqués et inexplicables dans les très longues parties.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3105 fois
6 apprécient · 1 n'apprécie pas

Morthys a ajouté ce jeu à 1 liste Hearts of Iron IV

Autres actions de Morthys Hearts of Iron IV