La voie de la paume ouverte, tu suivras.

Avis sur Jade Empire: Special Edition sur PC

Avatar Snervan
Test publié par le
Version PC

Jade empire est un jeu développé par BioWare sorti initialement en 2005 pour la Xbox puis porté plus tard sur PC en 2007 avec la sous-nomination de Special edition, contenant entre autres deux nouveaux styles, un nouveau personnage ainsi qu’un new game+.

Reprenant une des recettes qui ont fait leur notoriété avec Knights of the old republic, on retrouve encore un jeu avec des choix qui vont influer sur le cours des évènements et nos relations avec les différents protagonistes. À contrario des précédentes productions du studio, c’est un A-RPG qui va s’inspirer des Wuxia pour construire son histoire et son système de combat ainsi que de la mythologie chinoise et de la philosophie orientale pour transcender son univers. La philosophie de l’univers du jeu est transposée au niveau mécanique dans les compétences du personnage et la balance entre la voie de la paume ouverte et fermée. La tendance envers l’une ou l’autre voie changeant suivant si on fait preuve d’altruisme et d’égard envers les autres ou si on est individualiste et violent. Le jeu nous faisant évoluer dans des décors inspirés de la chine ancienne et à un petit côté steampunk avec ces machines volantes, sans oublier la palette de couleurs très vive, bien loin des couleurs grisées de Dragon Age et Mass Effect. L'histoire nous transportant à travers l'empire de Jade dans le but de sauver notre maître qui a été kidnappé et vaincre par la même occasion Main noire.

Étant un action-rpg, on va devoir faire face à de nombreux combats et quêtes secondaires pour gagner de l’expérience ainsi que de fouiller les lieux pour trouver diverses amulettes pour influer sur les compétences du personnage, amulettes que l’on peut chasser sur nous en un nombre limité. Il n’empêche pas à côté d’avoir des énigmes à résoudre afin d’obtenir des objets uniques et des phases de shoot’em up où il faudra avec les armes qu’on a en main éliminer les aéronefs qui nous barre la route. Ces mêmes aéronefs faisant penser à une invention imaginée par Léonard de Vinci : l’ornithoptère.

Pour parler des combats en eux-mêmes, cela ressemble plus à un jeu de changement de styles de combats, un peu comme ceux qui jouent avec les raccourcis claviers dans les MMO, en particulier avec les ennemis les plus robustes du jeu. Le souci qu’il peut avoir c’est que les transitions d’un style à l’autre ne sont pas assez fluides, ce qui donne un côté saccadé à l’action, ce seul défaut réglé aurait permis une meilleure appréciation des combats du jeu. Il n’empêche pas pour autant de les trouver satisfaisant. Pour le reste, en ce qui me concerne, il suffira généralement de jouer avec le bâton ou les milles entailles suivant si l’ennemi dispose d’une enveloppe physique ou est un esprit. En passant les différents styles au sein du jeu pourront s’acquérir au cours du temps via la complétion d’une quête ou sa disponibilité d’achat en magasin.

Concernant ma partie, j’ai pris un personnage rapide dont j’ai personnalisé les caractéristiques et choisi un des deux styles de départ (le second étant imposé), pour tout dire la seule chose qui ne sera pas possible de personnaliser est l’apparence et ceux pour des raisons techniques, afin que le personnage en jeu ressemble à celui dans les cinématiques. Il faudra donc choisir une apparence toute faite dans le menu de sélection des personnages en lançant une nouvelle partie. L’évolution du personnage et la progression sera déterminée par les points attribués aux styles que nous disposons ainsi qu’aux points de compétences attribués, les compétences se distinguant en trois points : Le corps (qui influe sur la jauge de santé du personnage et les capacités de charme et d’intimidation), le chi (la jauge concernant les compétences magiques et augmentant l’intuition et intimidation du personnage) et la raison qui concerne la jauge de concentration qui permet l’utilisation des armes de mêlée, les capacités de charme et d’intimidation en plus de l’utilisation de la concentration (qui ralenti l’action du jeu). Ces trois piliers seront essentiels quant à l’orientation qu’on souhaite faire prendre à notre personnage et permettra d’ouvrir d’autres issues lors de dialogues décisifs. En sachant que le chi nous permet tout de même d’utiliser nos capacités de soin pour faire remonter la jauge de vie, sinon il n’est possible que de le restaurer dans l’autel dédié à cet effet comme pour la concentration.

Cela étant dit, on aura de nombreux dialogues dans le jeu et on rencontrera différents personnages archétypaux avec leurs backgrounds respectifs. Contrairement aux prochains jeux du studio, BioWare n’en fait pas des tonnes au niveau de l’histoire des personnages et les dialogues sont moins lourds à suivre. Il est possible comme les autres jeux du studio d’avoir différents ships, une relation avec un personnage du même sexe que nous pouvant être envisagé. Ayant dû jouer avec les doublages français, ils sont de très bonne facture et avec des doubleurs très reconnaissable, Pierre Hatet, connu pour le doublage de Doc Brown de Retour vers le futur, va doubler Kang le scientifique un peu fou (il est dans son élément si on peut dire) ou encore Emmanuel Curtil qui est la voix française de Jim Carrey, va aller prêter sa voix au personnage de Ciel étoilé. Au niveau de la construction scénaristique, il y a bien entendu quelques clichés, mais ça passe comme une lettre à la poste et on y prête pas plus d’attention que ça. En sachant que niveau cliché, les prochaines productions du studio en regorge bien plus et pourtant ils sont bien plus connus et adulés, alors que leurs univers sont génériques au possible contrairement à celui-ci.

Sacré mélange alchimique de décors inspirés de la chine ancienne et de sa mythologie, de philosophie orientale, de fantasy, de steampunk et à partir d'une histoire toute simple, Jade Empire s'impose par son univers, les multiples embronchements proposés, sa direction artistique et l’émerveillement suscité par la découverte de chacun des lieux qu’on aura à visiter. Si le système de combat aurait gagné à être plus fluide, on saura tout de même l’apprécié. Une réalisation plus que satisfaisante qui vous donnera une trentaine d’heure de votre temps, et bien plus encore si vous adhérez totalement à l’expérience proposée et souhaitez faire le new game+ ou encore tenter de nouvelles possibilités d’évolution pour vos personnages.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 666 fois
2 apprécient

Autres actions de Snervan Jade Empire: Special Edition