Le jeu qui a un V6 mais qui aurait pu être un V8

Avis sur Mad Max sur PC

Avatar Altie-
Test publié par le
Version PC

Mais que m'est-il arrivé ? Très franchement, on m'a offert mad Max il y a un mois, je l'ai accueilli mi-figue mi-raisin en tant qu'ancien titulaire de gamecube, et me rappelant avec acidité des jeux tirés à licence... Mais ce Mad Max est un brillant OVNI à mes yeux et je ne m'attendais pas à y passer plus de 45 heures dessus ! Pour faire simple, le jeu n'est pas parfait mais il n'y a aucun défaut qui m'a fait dire "non là c'est bon j'arrête". Plus précisément, qu'est-ce que ça donne, et pourquoi 8/10 ?!? ... la réponse.......
...
... Maintenant !

On va commencer par le plus visible : graphiquement ... c'est beau, mais genre franchement châtoyant ! L'ensemble est égal. Les véhicules sont bien construits, plutôt inspirés de Fury Road. Il n'y a aucun personnage qui n'a pas l'air de sortir de nulle part. Le monde est sale, bien agencé, les effets lumineux, de poussières, de vents, d'explosions (mention ultra spéciale, elles sont magnifiques et le jeu le sait et va vous en faire faire plein plein plein), de feu et fumée, le ciel, les nuages... tout n'est pas parfait mais l'ensemble en impose franchement et pousse naturellement à l'exploration. En tous cas, le mode "photo" est largement justifié. Pour avoir joué sur PC, l'ensemble est même étonnamment bien optimisé : avec une configuration désormais moyenne, il n'y a bien que le SSAO et quelques fioritures qui m'empêchent de le tourner à fond en 1080P.

Bref, continuons avec les sons où là les résultats sont un peu plus variables : les sons d'armes, de véhicules et les voix sont très bons (sauf les doublages foireux des PNJ "jetables"). Mais l'ambiance musicale est trop discrète, trop faible, imaginer ce jeu avec une BO digne du DOOM 2016 me file des frissons.

Du point de vue du système de jeu, cela ressemble à un far cry 3 : la carte est découpée en secteur, elle doit être explorée d'abord à partir d'un point d'observation, ici, une montgolfière, pour repérer les lieux importants, et vous devez vider le secteur de toute menace. Enfin, vous devez... comme me le fait remarquer le jeu à plusieurs reprises, je l'ai fait mais on ne m'en demande jamais tant... quelles sont les menaces ? Alors des convois à arrêter, des camps à vider de leurs populations, des réserves de carburant à détruire, des puits d'extractions ou des tours de snipers à détruire... des épouvantails aussi, des champs de mines. Tout n'est pas facile ou rapide à faire il faut parfois être plus patient que prévu, mais rien n'est insurmontable du tout. Une fois que les menaces sont écartées, les adversaires restent présents mais sont nettement moins nombreux et moins virulents. Vous voulez encore fouiller ? Pas de souci : il doit y avoir à vue de nez 200 lieux où sont cachés des ferrailles (monnaie de jeu), des reliques historiques ou des pièces pour améliorer les repères qui confèrent des bonus dans la région. C'est agréable de constater l'effet directement en jeu, de nos actions et c'est d'ailleurs ce qui va principalement pousser à l'exploration. Vous avez aussi la possibilité de collectionner TOUS les véhicules du jeu, faire des sauts légendaires, ou de faire des courses. Bref, il y en a pour tous les estomacs. Le système de combat est simple, sans doute trop, mais a au moins le mérite de vous faire ressentir la puissance du bonhomme, ça ressemble beaucoup à un mélange entre Batman Arkham Asylum et les premiers Assassin's Creed avec des ennemies un peu moins idiots mais très faibles, sauf que là, quand vous mettez un coup, la mise en scène vraiment met en avant les chocs et c'est grisant. Max n'aura, comme arme à feu que son canon scié mythique, et pourra ramasser des armes de corps à corps délaissées par ses adversaires. Côté des déplacements, c'est un peu pataud, mais en même temps cela reste cohérent avec le gabarit de Max et de son équipement ou du fait qu'il ne cesse de se bastonner. Les véhicules ont une maniabilité un peu particulière, qui pourrait être plus réussie, et qui dès que la route va perdre en largeur va poser problème. Je pense qu'ils ont voulu faire une sorte de pilotage réaliste, des voitures retoquées, de brics et de brocs, qui datent des années 70-80, pas adaptées aux dunes de sables, mais il y a vraiment un souci dans les directions, une sorte de latence permanente désagréable. Autre chose que je n'ai pas apprécié dans le système de jeu, alors que ça sent la bonne idée réfreinée : vous avez besoin de gazole pour votre voiture, vous avez besoin d'eau et de nourriture pour votre vie... MAIS, si vous pouvez tomber en panne de carburant déjà, il faut vraiment le faire exprès. Ensuite, Max ne mourra jamais de faim ou de soif... Max est dans un désert mais ne meurt pas de faim ou de soif.... seulement des coups de ses adversaires. Pourquoi ? C'est évident qu'il fallait le rendre vulnérable à cela ! Et d'ailleurs, tant que je n'avais pas saisi la non-menace de ces 3 mécaniques de jeu, c'était une raison supplémentaire d'explorer la carte. Et puis pourquoi faire apparaître des petits groupes de personnes égarées en quête d'eau alors si pour vous il n'y a pas vraiment d'enjeu à manquer de flotte ? D'ailleurs, niveau relation sociale, c'est très basique, vous avez un chien, qui sert uniquement pour déterrer des mines anti-personnelles (ouais, ça c'est vraiment décevant par contre). Quelques personnages perdus dans les steppes vous donneront des infos sur les camps à attaquer, de la ferraille mais vos relations avec les "seigneurs locaux" seront basées sur la non confiance, la semi-gratitude pour 3 d'entre-eux (ils sont 4). L'ensemble reste quand même très bon, mais répétitif, efficace et simple, ils n'ont pas pris de risque, mais il n'y a pas vraiment de souci à cela pour un jeu à licence qui vise un public large. J'aurais apprécié pouvoir augmenter le niveau de difficulté malgré tout.

Le jeu a par ailleurs un sens du détail qui va influer sur son votre manière d'appréhender vos actions : par exemple, les animations des personnages dans n'importe quelle circonstance sont censées vous faire oublier que les actions et comportements sont mécaniques. Aussi, impossible de démarrer une voiture tant que Max n'est pas au niveau du volant dans l'habitacle (je n'ai toujours pas pris l'habitude de monter par la portière de droite... bref), tirer un coup de feu sans viser est souvent du gâchis, les animations de ramassage et de roulades, de sauts ne font pas croire que votre héros est un cyborg. Un autre exemple, lorsque vous serez assailli par une tempête (qui sont magnifiques au passage), si vous ne vous abritez pas, il est évident que vous prendrez des coup : le vent est un problème, les éclairs qui tombent ça et là en sont un autre, les objets qui volent et vous percutent encore. Cela provoque une certaine lenteur que certains ne doivent pas apprécier mais qui sont en fait des petits moments de rapprochement avec le "4ème mur".

Il y a aussi une petite partie RPG qui est bien vue et pas mal construite. Vous allez rencontrer Griffa, un PNJ qui parle de manière énigmatique et en fait donne pas mal de petits indices pour comprendre le scénario, il vous permet d'augmenter diverses capacités de Max : économe en eau ou en gazole, frappe plus fort, plus de vie etc. La ferraille quant à elle, sert à acheter de l'équipement (armure, gants, canon scié...) et bien sûr à préparer des véhicules (acheter des roues, moteurs, suspensions, carcasses, harpons etc.). Il faut bien fournir un peu d'efforts pour obtenir tout ce qu'il nous faut et fabriquer tous les véhicules ou obtenir ce V8 ultime !!!!

Bon, d'habitude je n'attends pas la fin pour évoquer le scénario mais là, j'ai quand même pris ma petite claque tranquillement. Qu'est-ce que ça raconte ? Tout commence avec un accident dans une course poursuite. Vous, Mad Max, rencontrez Chumb un ancien humain, banni de Gastown qui a désormais la forme d'un gobelin, fou de mécanique. Il sera au dos de votre voiture et se battra pour vous et pour elle : il vous prend pour un Saint, votre véhicule le Magnum Opus est un ange pour lui. Votre but est d'aller à Gastown, tout au nord, récupérer votre célèbre Interceptor et son V8. Pour cela, vous allez devoir vous appuyer sur Jeet, GutGash, Pink Eye, et Fryah, quatre chefs locaux qui essaient de tenir face à vos ultimes adversaires, Stank Gum et le chef des chefs, Scrotus. Parlons un peu de la cohérence de tout cela : nous sommes dans un jeu à monde ouvert, est-ce stupide que des gens aient pour religion un ensemble de rites et croyances basés sur la voiture, le sacrifice humain, la vitesse... oui, peut-être un peu stupide, mais cela reste cohérent et pertinent. Pourquoi pas ? Une civilisation à qui il ne reste plus rien, qui a su maintenir, sans vraiment savoir d'où cela provenait, des véhicules et des raffineries, abandonnant tout le reste, des peuples qui s'agglutinent autour de nappes de pétrole exploitables, comme le dernier présent d'un ordre divin miséricordieux, des gens qui savent à peine écrire, qui n'ont plus la mémoire du monde d'avant, ne comprenant plus leur environnement, dans la survie permanente, dans la folie euphorique et violente, un monde où règne la loi du plus fort, c'est à dire celui qui a écrasé son prédécesseur ... à dire vrai, en mettant de côté les détails fantaisistes liés au système de jeu, ou à la construction des personnages (Scrotus vit par exemple avec un genre de pic à glace dans le crâne et son acolyte a un masque de peaux cousues sur le visage, sans compter que votre premier fidèle est un bossu/gobelin) c'est peut-être même l'un des scénarios les plus crédibles.

Pour ne rien cacher, j'ai fait le jeu en fouillant quand même pas mal, et le scénario ne m'a pas vraiment interpellé avant la trentième heure : pas qu'il ne soit pas intéressant, non mais j'étais simplement happé par l'univers, l'exploration. Puis, j'ai commencé à vider les quêtes secondaires : première surprise, ils avaient l'air au courant de ce que j'avais fait pour eux, en tous cas ils avaient des réactions cohérentes. Par ailleurs, les quêtes secondaires ne sont pas flottantes et ont tout de même un lien permanent avec la quête principale. Puis je suis retourné sur la quête principale... Et je recroise cette femme, Hope, dans une cinématique, a priori insignifiante, qui avait été capturée avec sa fille, Glory, et que j'avais libérées. Me donnant de nouvelles missions, le jeu nous fait comprendre très vite que ce n'est pas n'importe quel PNJ. Bon, ce n'est pas original et une fois revues, vous comprenez très vite la suite, il va tout faire pour elle et sauver sa fille.... Oui, mais... non.

En pratique, le joueur va accepter à bras ouverts ces missions du seul PNJ qui vous offre sans chercher à abuser de votre situation. C'est une mère qui croit en une relation avec Max, qui est franche et souhaite être heureuse, simplement avec une famille. Mais Max, celui des cinématiques, qui ne nous laisse pas le choix, lui, refuse d'abord cette relation, il est d'une agressivité contrôlée mais montre une forte amertume à leur égard. Sauf que... le fait que Hope devienne "Concubine" de Max, et Glory une pseudo fille adoptive, cause leur mort, car "tout ce que Max touche, meurt". Max provoque Scrotus, Max sauve Hope une seconde fois, puis il sauve sa fille certes, mais les abandonne dans un endroit que lui-même juge "dangereux". Max préfère courir après sa voiture, et prendre le seul moyen de transport pour fuir. Max les a laissées seules face à Scrotus. Max se venge et tue Scrotus mais tout est déjà perdu. Comment dire ce sentiment... Déjà, je ne pensais pas que le jeu oserais, pour un jeu grand public j'entends. Mais, je peux dire avoir ressenti véritablement un pincement désagréable. C'est en terminant que j'ai compris à quel point ceux qui avaient réalisés cette oeuvre sont des vrais fans de Mad Max : souvenez-vous de cette terrible amertume de la fin du premier volet, souvenez-vous de la décontenance de la fin du 2 ou de Fury Road, cette sensation d'un éternel recommencement... C'est EXACTEMENT cette sensation ressentie ici. Vous avez passé 30 heures à fouiner partout ? Ouais, c'était prévu. Faire l'effort d'améliorer un petit monde, penser que l'on va pouvoir reconstruire quelque chose de perdu, dont on ignore le prix, et tout perdre, aussi simplement que cela avait été acquis, par la cruauté de cet univers. Max est rongé véritablement par le remord, lui qui avait tout oublié, qui avait découvert quelque chose qui méritait mémoire, l'a détruit. Il se plonge même dans des hallucinations qui nous font même demander s'il ne s'est pas suicidé... Techniquement, je suis même surpris d'admettre que c'est le pseudo remord que je ressens, cette sensation de vanité et d'échec qui me font quitter le jeu, plutôt que la lassitude (pourtant présente) à fouiller les régions. Après réflexion, je me suis même demandé si les scénaristes avaient pu découper et implémenter tout ce qu'ils souhaitaient dans leur jeu. Mais le fait est que ça a bien marché avec moi, ce que vous avez fait c'est Mad Max... purement et simplement ... époustouflant !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 66 fois
3 apprécient

Autres actions de Altie- Mad Max