Re Tommy !

Avis sur Mafia: Definitive Edition sur PC

Avatar Larry Byndon
Test publié par le
Version PC

Enfin ! Après 18 ans et de nombreuses versions remastered non-officielles (mods) pas forcément très convaincantes, Mafia se voit offrir une nouvelle jeunesse esthétique. Alors que peut-on retenir de cette nouvelle version et est-ce qu’elle arrive à la hauteur de l’opus original ? Voyons tout ceci aux travers des personnages, de l’histoire, de l’aspect esthétique et sonore et du gameplay.

Tout d’abord les personnages ! On retrouve ainsi nos protagonistes originaux, Tommy en personnage central, Paulie en side-kick, Sam en compagnon plutôt sérieux, Don Salieri en… Don, et Franck en comptable/bras droit de notre bon Don (il a bon dos). Et première chose étrange sur ces personnages : ils n’ont plus le même visage ! Alors je vous laisse le temps de reprendre votre souffle de cette annonce si étrange pour vous expliquer que :

  • Premièrement des acteurs ont été recrutés pour réaliser les nouvelles performances de ces personnages,
  • Et donc que deuxièmement, le visage des personnages se sont basés sur le visage de ces acteurs. Tout ceci avec la technologie de la motion capture,
  • Troisièmement comme cette technologie a été utilisé, il paraissait aussi plus simple d’enregistrer les voix des acteurs en même temps que la capture de ces performances.

On se retrouve donc avec des nouvelles têtes et des nouvelles voix pour nos nouveaux compagnons du crime organisé. Quand on a connu les VF original, qui était vraiment de qualité, on a une petite amertume de l'ajout de ces nouvelles voix qui était bien évidemment inévitable avec l’arrivée de nouveaux dialogues. Pour nuancer tout ça, et pas faire mon gros puriste, et surtout parce que j’ai revu des gameplays de l’original, les VF originaux sont des fois carrément ratées, pas dans le ton, mal jouées, alors que cette nouvelle version, bien qu’elle manque d’un poil de charisme, est toujours propre.

Restons sur le son et penchons-nous un peu plus sur la bande son. Alors déjà en lançant le jeu on peut entendre que le thème principal de Vladimír Šimůnek est différent notamment parce qu’il s’agit désormais de Jesse Harlin qui prend désormais la tête de la composition de la bande son originale. Cette bande son est bien plus présente et rythme plus justement les phases d’action ou d’infiltration que l’original même si le Fighting Theme de notre cher Vladimír nous manque parfois.

Passons maintenant aux musiques sélectionnées. Django Reinhardt qui était quasiment tout le temps présent dans la première version passe ici complétement à la trappe et on se retrouve avec des sons plus jazz que jazz manouche ce qui enlève pas mal de son atmosphère au jeu.

Niveau gameplay, on retrouve une modernisation de certains aspects par rapport aux normes actuelles. Par exemple lors des phases de combat, un système de cover est à présent utilisable. Dans le mode classique, on a toujours cette gestion des munitions qui avait fait le charme de la difficulté de l’original. Pour les combats au corps à corps un système de QTE comme finisher a été mis en place. N’étant pas vraiment fan de ce type de système, je suis ici plutôt convaincu par celui-ci qui n’est pas omniprésent et qui permet comme dans Mafia 2 de rendre le combat plus dynamique avec des mouvements plus réalistes que dans l’original qui étaient assez statiques. En plus de toutes ces nouveautés au combat on se retrouve avec une nouvelle I.A. plutôt maline qui n’hésitera pas à vous lancer des Molotovs ou à aller directement sur votre position pour vous faire changer régulièrement de planque. Ce n’est pas une IA exceptionnelle mais elle permet de ne pas se laisser porter par une trop grande facilité.

On change de paragraphe mais on reste sur le gameplay parce que je vais revenir un peu sur la fameuse mission de la course. Clairement, j’ai passé une journée entière à vouloir la faire en mode classique et ça n’était pas un bon souvenir. Même si la difficulté est toujours présente, le raccourci de glitch pour gagner la course n’est plus présent et les personnes qui ont, comme moi, eux une grosse difficulté sur cette mission, n’auront pas d’autre solution que de diminuer la difficulté du jeu pour passer à la suite et oublier ce moment douloureux. Cependant, pour garder un aspect positif sur cette partie on notera un très bon travail dans la mise en scène avec l’ajout d’un commentateur qui adapte son discours en fonction de ce qui se passe dans la course et c’est quand même plus agréable qu’un simple bruit de moteur dans la version originale.

Dernier point gameplay, il n’y pas de mode circulation ultra libre après la fin du jeu. Je ne sais pas si ça va faire partie des MAJ prochaines du jeu (car Hangar 13 veut être actif sur les Maj du jeu en fonction des remarques de la communauté) même si le mode de base permet de réaliser des missions secondaires dans le monde ouvert de Lost Heaven.

Parlons histoire maintenant. Soyons clairs, la trame générale reste la même et heureusement car elle a fait tout le charme et la notoriété de ce jeu. On a cependant quelques modifications qui permettent aux personnages d’être plus réalistes et cohérents. Prenons le cas Sarah en exemple. Dans l’original, Tommy et Sarah ne se connaissent pas lors de la mission « Sarah » et dans la DE, lors des dialogues de marche nocturne on s’aperçoit qu’ils ont déjà commencé à se fréquenter. Et ça marche mieux. Déjà parce qu’on ne tombe pas dans le cliché de la femme qui tombe aux bras de l’homme qui l’a sauvé et en plus Sarah devient moderne et on la voit défendre le droit des femmes dans une scène de début de mission. Donc très bonne décision de remanier ce personnage pour lui rendre plus hommage qu’un simple personnage fonction qui était vraiment mal écrit dans l’original. Quelques scènes intermédiaires sont ajoutées également, donnant plus de profondeurs aux personnages. Comme la scène d’après courses où on peut voir les penchant alcoolique de Paulie. L’ajout de cohérence peut clairement se voir dans la mission campagne électorale où le camp de sans-abris n’est plus, comme dans l’originale, armé jusqu’aux dents de revolvers ou fusils, mais plus sobrement de batte, si ce n’est pas encore plus sobrement juste des attaques au corps à corps. Ainsi on peut plus croire à ce type de logistique dans la réalité pour des gens qui sont censé ne pas avoir beaucoup d'argents. Tous ces ajouts sont un plus pour l’aventure qui se modernise sur certaines thématiques et approfondisse le caractère de certains personnages.

Mafia Definitive Edition est donc un très bon remake de l’original, lui rendant hommage, posant des rustines sur certains aspects narratifs et sur la cohérence générale, approfondissant certains caractères des personnages, modernisant son gameplay et ses graphismes, rendant le jeu très beau (les lumières et les reflets sont vraiment magnifiques) et très agréables à jouer. L’ambiance néanmoins n’est plus aussi imposante que l’original, faute à la musique de Django beaucoup moins présente et une bande originale moins charismatique, même si elle fait le travail, et aux voix aussi qui perdent de leur charme. Malgré tout, je conseille vivement ce jeu qui ravira les puristes comme les novices de la licence pour retrouver un Lost Heaven des années 30 et une histoire qui a fait rêver une génération entière de joueurs.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 65 fois
2 apprécient

Autres actions de Larry Byndon Mafia: Definitive Edition