👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Très bon mais ça vaut pas un Grand Th... merde, je l'ai dit.

Malgré le fait qu'il ne se finisse qu'en même pas 10h de jeu, que sa VF est entre le mauvais et le passable, et que, niveau liberté on est rapidement largué malgré la ville ouverte (en comparaison à GTA où l'on n'a pas de mode libre, pas moyen d'escalader ou de se faufiler où bon nous semble etc), Mafia II se révèle être un jeu relativement unique dans son genre, et de qualité, pour moi c'est indéniable.

Déjà, j'ai choisi de me dire qu'il fallait que j'évite de tout le temps assimiler chaque élément que propose le jeu, que ce soit dans les missions en général ou en se baladant dans la ville par exemple, à GTA. Et ça commence mal car dès mes premières lignes j'en parle. Donc oui... c'est dur, et par réflexe on ne peut s'empêcher de le faire, mais on sent ici que le but a plus été de créer une immersion à travers à la fois déjà surtout l'époque, où j'ai beaucoup aimé principalement le juste réalisme de l'histoire découlant directement d'événements réels (dont bien sûr la 2ème Guerre Mondiale), allant jusqu'à intégrer la présence de certains personnages du jeu (je pense à Henry par exemple) qui ont émigré à cause des mesures de répression de Mussolini, en citant bien son nom. J'insiste sur ce côté réaliste de l'histoire car je trouve ça vraiment formidable que le contexte soit placé de manière aussi précise jusqu'à intégrer Mussolini comme un personnage (indirect, mais qui trouve sa place quand même), et ce qui se passe en Italie comme un élément de l'histoire. Puis le débarquement de Normandie, les troupes parachutistes italiennes... non vraiment rien à redire de ce côté-là. Inutile après de préciser que cette immersion se renforce avec l'univers 40's/50's du jeu... donc musique d'époque (même si les mêmes morceaux passent trop à la radio, c'est dommage), voitures (et là, pas assez de modèles à mon goût non plus) d'époque, déco d'époque, moeurs d'époque...
Ensuite bien sûr, pour le thème mafieux, l'ambiance est maîtrisée, on s'égare pas, j'ai envie de dire qu'on nage dans les stéréotypes du genre mais pourquoi faire l'étonné quand on sait que c'est explicitement la direction choisie... donc rien à dire là-dessus.

Point négatif que j'ai évoqué au début, c'est que le jeu se termine très rapidement... c'est d'ailleurs d'autant plus frustrant qu'il n'y a pas moyen de vous balader librement après avoir fini le jeu, à moins de recommencer un chapitre (l'histoire avançant grâce à ça). Vous pouvez le terminer en à peine une dizaine d'heures à y avoir joué tout en passant un certain temps à vous occuper dans la ville, et d'ailleurs à mon sens je trouve que les chapitres sont vraiment trop courts. On mise beaucoup sur les cinématiques, qui tiennent une place assez importante, mais bien que ça donne un certain cachet au jeu, j'ai envie de dire qu'on compte un peu trop sur elles, bien que très appréciables et belles à regarder, ça se renforce du fait que les graphismes sont relativement sympathiques (en tout cas suffisament à mon goût), je n'ai pas à me plaindre sur ce point.

Et finalement, après avoir passé deux paragraphes à éviter toute comparaison à GTA, je craque en bon fanboy de la série parce que j'avais besoin d'au moins dire que c'est pas parce que le doublage est en français que c'est tout de suite plus appréciable... peut-être suis-je trop habitué à ce que ce soit en anglais, mais non je n'aimais pas les voix françaises, et en particulier celle de Henry et de la soeur de Vito. Bien sûr après... pour ce "défaut" il suffit changer les options... mais ce point étant une particularité positive du jeu pour certains par rapport à GTA, il me semblait important de parler de ça.

Pour finir je dirais que le jeu en lui-même est loin d'être mauvais, mais juste frustrant pour un joueur qui décide d'y jouer en pensant avoir affaire à un réel GTA like (ce qui est mon cas), et donc par conséquent avoir tout autant de libertés dedans. Toutefois, ça reste une expérience, et ce serait dommage de ne pas y jouer, au moins pour l'athmosphère du jeu, qui est son principal point fort et qui me fait mettre un 7. J'espère qu'un 3ème opus est en préparation !
Clavicule
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Top 10 Jeux vidéo

il y a 8 ans

1 j'aime

2 commentaires

Mafia II
artificier
9
Mafia II

Critique de Mafia II par artificier

Franchement je vous le dis, GTA avait de sacrés soucis. Il offrait une liberté mais honte à ceux qui osait dire liberté "totale". Au contraire, on se retrouvait libre de ses mouvements à pouvoir :...

Lire la critique

il y a 11 ans

26 j'aime

6

Mafia II
Calaius
9
Mafia II

Critique de Mafia II par Calaius

Quand j'ai lancé le jeu, je pensais qu'au final je lui mettrais une moins bonne note qu'à Mafia premier du nom. Et en fait non. Une véritable claque immersive, voilà ce que ce jeu représente pour...

Lire la critique

il y a 11 ans

25 j'aime

2

Mafia II
upselo
4
Mafia II

Le cul entre deux voitures

Le problème avec Mafia II, ce n'est pas que c'est déplaisant à jouer, il est assez inoffensif de ce point de vue là. C'est plutôt que je n'ai pas l'impression qu'il sache ce qu'il veut raconter, j'ai...

Lire la critique

il y a 11 ans

16 j'aime

1

Assassination Classroom
Clavicule
8

Élu source de motivation pour les bacheliers 2015

Ce qui est très drôle avec cette série qui, pour moi, s'adresse à un public plutôt adolescent, c'est que outre tout le côté insolite qu'elle laisse apparaître au premier abord, elle s'avère être...

Lire la critique

il y a 7 ans

16 j'aime

7

Joanne
Clavicule
7
Joanne

Girl, where do you think you're going ?

Lady Gaga semble avoir eu 50 vies. Cela se sent dans sa musique, ses tendances "look", ses discours, ses clips. Sa production suit une véritable remise en question perpétuelle, et parfois inattendue...

Lire la critique

il y a 5 ans

15 j'aime

7

Les Rois du Shopping
Clavicule
3

Mort de rigole

Le lundi : Roger, cinquantenaire bobo, entre dans le salon de l'émission et s'assied. David, BCBG parisien, entre dans le salon de l'émission et s'assied tout en saluant Roger et le complimentant sur...

Lire la critique

il y a 7 ans

14 j'aime

1