Andromeda : ou la nécéssité de remettre les pendules à l'heure !

Avis sur Mass Effect : Andromeda sur PC

Avatar Thomas Quilbeuf
Test publié par le
Version PC

Guetté par pléthore de fans et de critiques qui l'attendaient au tournant, il est une chose que l'on ne peut nier concernant ce Mass Effect Andromeda : l'encre a coulé ! Par litres même, si vous me permettez l'hyperbole. Mais la question qui s'impose à moi, après 48 heures de jeu est la suivante : Que se passe t-il dans la tête des critiques de jeu vidéo ?! Vous l'aurez compris, je ne vais pas commencer cet écrit par le sempiternel rappel du scénario et du contexte, d'autres l'ont déjà fait, et il y a de grandes chances que vous ayez déjà lu les diverses critiques qui fleurissent sur la toile.
Non, plutôt qu'une conventionnelle introduction, j'ai décidé de prendre un angle différent : l'enjeu est ici très simple, expliquer pourquoi tous ces écrits sont erronés, et bien en deçà de la réalité de ce jeu qui, pour ma part, est un must have !

Taillons dans le gras, et commençons par l'un des points très souvent raillés : le scénario et les nouveaux protagonistes. On lit en effet ça et là que jamais Mass Effect Andromeda n'arrive à la cheville de ses ainés, que Ryder (que vous choisissiez un homme ou une femme) est un héros bien fade comparé à Shepard, et que nos compagnons sont trop lisses après avoir connu Garrus, Wrex et Tali...
L'argument est compréhensible. La trilogie Mass Effect ayant réussi le tour de force de nous lier à des personnages de manière si forte, il peut paraître impossible / déroutant de nous en imposer d'autres. Seulement, après 48 heures de jeu, la quête principale finie, et les missions de loyauté toute accomplies, il m'est impossible de comprendre ce bashing systématique :

-Les quêtes de loyauté sont superbement écrites, pleines de rebondissement, et bourrées d'humour (je pense notamment à la mission concernant Liam, qui m'a fait rire plus d'une fois).

-Ryder n'est certes pas Shepard, mais le parti pris d'un homme "normal" aux compétences différentes d'un simple soldat, se voyant imposer une mission de colonisation et de représentation d'un peuple entier sur une galaxie étrangère est on ne peut plus intéressante (voire couillue, si je puis me permettre). Le tout est d'ailleurs mené d'une main de maître par Bioware : on se sent réellement colonisateur. Et autant vous dire que c'est le pied !

-Certains personnages, notamment Cora, Peebee et Drack ne sont certes pas encore aussi mythiques que leurs ancêtres de la trilogie originale, mais force est de constater, et de rappeler, qu'ils sont fort attachants, drôles, sympathiques. D'ailleurs, je tiens à pointer du doigt cette hypocrisie chronique qui semble frapper tous les critiques que j'ai pu lire ces derniers jours : de quel droit osez vous comparer ces personnages nouveaux à des protagonistes qui ont bénéficié de trois titres et de pléthores de DLC ! Laissons le temps au temps, et n'oublions pas qu'à la fin du 1er épisode, une certaine Liara était loin d'être aussi badass qu'à la fin d'une trilogie entière...

-Concernant le scénario, autant vous dire qu'il n'y a guère de raison d'être déçu. J'écris ces lignes juste après avoir terminé ce dernier, et vu le sourire béat qui inonde mon visage, soyez assuré que vous en aurez pour votre argent. Le tout est très rythmé, les Kett réussissent la lourde tâche de succéder aux moissoneurs, et la mise en scène est juste sensationnelle. Mention spéciale à la Kett finale (oui oui, ceci est un jeu de mots pourri), on ne peut plus badass :

Rejoindre le centre de commandement avec le Mako 2.0, le tout à toute vitesse sur fond de bataille spatiale, d'explosions qui fusent de partout, et de communications alliées vous avertissant de tout ce qui se passe est juste jouissif.

Maintenant, venons en au gros des critiques, au point de rendez-vous de tous les trolls et des déçus en manque d'arguments : la technique, les graphismes, la modélisation et les animations des personnages.

Tout d'abord, sachez qu'en termes d'ambiance générale, d’identité graphique, le jeu est une pure réussite. Tel un Skyrim qui, à sa sortie, était loin de proposer des textures fines et précises, mais plutôt un univers et une ambiance parfaitement réussis, Andromeda est du même acabit.
Beaucoup de planètes vous soutireront d'ailleurs un soupir impressionné. C'est beau, c'est coloré, c'est même unique (car qui dit nouvelle galaxie dit possibilité pour les développeurs de se laisser aller et de nous proposer des biomes singuliers).

Qu'en est il alors de ces fameuses animations bizarres ? Quid des visages tout moches et de ce manque d'expression que tout le monde nous rappelle partout sur la toile ? Et bien force est de constater que l'on a connu mieux. Seulement, je ne tirerais pas sur la corde autant que mes comparses critiques. Car, oui, c'est un fait, Mass Effect n'a jamais été un grand nom dans la modélisation des visages : après 8 campagnes différentes, chacune reprises depuis le 1er, et abouties jusqu'à la fin du 3ème titre, aucun(e) de mes Shepard ou de mes Shepardette n'a jamais été un modèle de beauté (je pense aux animations de la bouche notamment, qui ont toujours été le gros point faible). Pour autant, a t-on à l'époque connu ce tel matraquage ? Bien que non. Il était donc écrit qu'un nouvel épisode, nous imposant de vivre une histoire bien différente, ne pouvait qu'être raillé de manière systématique, le tout sous fond, bien souvent, d'arguments qui ne tiennent pas.

Pour ce qui est des bugs graphiques et d'animation, je tiens à préciser que je suis sur PC, en ultra (je n'ai jamais été aussi content de mon investissement en termes de setup^^), et que force est de constater que je m'attendais à pire ! En lisant ce qui se dit sur la toile, je m'attendais à un jeu qui ne tienne techniquement pas la route, bourré de bugs toutes les 2 secondes. Or, ce n'est pas le cas. Bug il y a, mais j'ai connu bien pire.

Enfin, je tiens à revenir sur un point très important qui fait tout le sel du jeu (et qui pour le coup a été plutôt vanté, et non critiqué), à savoir le gameplay en lui même.

Mass Effect, il faut bien se l'avouer, commençait à accuser le coup des années. Il était temps de le dépoussiérer. Et c'est chose faite dans Andromeda. Nerveux, très prenant, et très bien dosé dans sa difficulté (autant vous dire qu'en hardcore il y a du défi, et c'est même pas encore le mode démentiel !), Mass Effect Andromeda saura vous scotcher au canapé !

Point d'orgue de ce gameplay renouvelé : le système de compétences et de profils. La dimension RPG de ce Mass Effect est une pure merveille : divisés en 3 catégories (militaire, biotique, technologique), vos points seront à dépenser dans les compétences qui vous correspondent le plus, qu'il s'agisse du camouflage technologique, de la charge biotique, ou encore de la turbocharge (par exemple). Le tout est supplée par un système de profils : pour faire simple, plus vous dédiez de points dans l'une de trois branches, plus vous améliorez les profils correspondants (soldat, adepte, sentinelle, etc...) et obtenez de bonus liés. A vous de choisir alors quel profil vous préférez arborer. Mais surtout, un tel système permet, en cours de partie, de changer du tout au tout et d'ainsi renouveler l'expérience de jeu. Une très bonne idée, qui évite ainsi l'écueil de la rigidité.

Vous l'aurez compris, Mass Effect Andromeda est pour moi une réussite totale. Et pourtant, étant un grand fan des épisodes précédents (8 Shepard différents, imaginez le nombre d'heures que j'ai passé sur ces jeux !), autant vous dire que c'était pas gagné, tant il est facile de tomber dans la nostalgie et le "c'était mieux avant".

Alors, même si je conchie non sans taquinerie (et plutôt gratuitement, je vous l'accorde) tous ces critiques à la gâchette facile, il convient quand même que je dise ceci : je peux comprendre une certaine déception. Je peux comprendre la nostalgie. Mais je ne peux comprendre la gratuité et l'hypocrisie de certaines remarques.

On ne peut nier le travail accompli par BioWare pour fournir un monde immense et cohérent. On ne peut nier la profondeur du scénario (le nombre de personnages à rencontrer est sidérant). On ne peut enfin pas nier la beauté de cet univers, et la promesse de lendemains lumineux (car oui, clairement, la fin ouvre la porte à une nouvelle trilogie, et autant vous dire que j'ai hâte de connaître la suite !).

De grâce, modérez vos jugements, et prenez Mass Effect Andromeda pour ce qu'il est, et non pour ce qu'il est en un seul jeu face à une trilogie entière.

Le mot de la fin ? Si vous aimez les univers SF, si vous avez aimé l'univers originel de Mass Effect, et si vous avez envie d'un jeu dépaysant et prenant, alors faites moi confiance, jouez à ce nouvel épisode.
Promis, BioWare ne me paie par pour cette critique. Mais il le devrait !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1079 fois
25 apprécient · 10 n'apprécient pas

Autres actions de Thomas Quilbeuf Mass Effect : Andromeda