"C'est pas parce qu'on peut mâcher n'importe quoi qu'on va se contenter du fumier!"

Avis sur Mass Effect : Andromeda sur PC

Avatar Coeur_de_nain
Test publié par le
Version PC

Il est de bon ton de commencer par préciser mon attachement tout particulier à la première trilogie. Celle-ci reste à l'heure où j'écris ces lettres une de mes oeuvres vidéoludiques préférées et son influence sur moi fut certaine. C'est donc avec une grande excitation que j'attendais un nouvel opus de la licence en jeu vidéo, surtout que les aventures de la licence sous un autre format (comics et film) ne m'ont guère satisfait. Mais il est assez vite apparu que le projet avait l'air de rencontrer pas mal de difficultés, se traduisant notamment par de nombreux départs et changements du projet, en particulier de la part d'architectes vétérans de la première trilogie qui ont fini tous quitter le navire Bioware, des retards successifs et une certaine timidité à se dévoiler, bref, les signes n'étaient pas des plus encourageants. Mon enthousiasme en a pris un coup, mais je me suis tout de même précipité sur le jeu au premier jour, avec quelques attentes certes, bien que très tampérées. Je me suis donc lancé dans cette nouvelle aventure de la licence nous emmenant loin, dans une nouvelle galaxie, celle d'Andromede à 600 ans de celle où se déroule la première trilogie qui m'est et je le suppose pour vous aussi,chère à votre cœur.Et c'est après un peu plus de 50 heures de jeu au compteur que je me permets de vous donner mon avis.

Bon histoire de bien commencer, passons par les points positifs. Et le point le plus positif pour moi est sans aucun doute les membres de votre équipage. C'était ce qui m'inquiétait le plus avant d'attaquer le jeu de et certains oneliners lancé par nos coéquipiers en début de partie avait commencé à confirmer mes craintes. Néanmoins et même si il y a quelques soucis d'écriture dans leurs dialogues rendant certains passages assez gênant, il est réjouissant de constater que les personnages composant notre équipage sont très agréables à côtoyer et si certains peuvent donner une première impression très négative au premier abord, plus le jeu progresse, plus je me suis surpris à m'attacher à eux (sauf Gil. Lui c'est un sale con). Drack le guerrier Krogan millénaire au rire facile, Peebee l'asari espiègle et libérée, Suvi pilote et scientifique religieuse fascinée par le monde qui l'entoure, Vetra l'intendante turienne et grande sœur protectrice débrouillarde et entreprenante, Jaal le guerrier Angara issu de la nouvelle race du jeu et autres sont tant de personnages sympathiques dont il est agréable de partager la compagnie. Leurs quêtes personnelles sont dans l'ensemble assez sympathiques et plaisantes à jouer, je pense notamment à la très drôle mission de loyauté de Liam.
De plus les environnements massifs dans lesquels on progresse sont splendidement réalisés et ont de la personnalité. Je pense à Havarl, planète d'origine des Angaras, nouvelle race du jeu où l'on progresse dans une jungle aux couleurs limites fluorescentes, au feuillage nappé de rose ou de bleu, bref, c'est très beau.

Hélas il est temps de s'attaquer aux point négatifs du jeu et à mon plus grand regret, ils sont en bien plus grand nombre que les positifs. Il est d'ailleurs intéressant de noter que beaucoup de points que je n'ai pas aimé dans le jeu étaient également présent dans Dragon Age: Inquisition sorti bien plus tôt, et sont même pour moi plus exacerbés ici que dans le précédent ce que je trouve assez honteux vu les années les séparant.
L'histoire principale pour commencer. Celle-ci est terriblement banale et pas excitante pour un sou. Si la perspective d'explorer une toute nouvelle galaxie semble fort excitante, la vérité est toute autre. On affronte des méchants aliens, les kerts, parce que ils sont méchants et que vous vous êtes gentils, avec l'aide d'autres aliens, les Angaras, parce que eux ils sont gentils et pas méchants. Je peux sembler assez amer, mais les faits sont là, on nous tease une plus grande complexité de cette race mais ils n'en ont en vérité aucune, ils sont juste très méchants parce que ils tuent et enlèvent des gens. Là où le premier opus avait comme grand antagoniste le fascinant et complexe Saren, le grand méchant ici (dont je n'ai même pas réussi à retenir le nom c'est dire) n'a absolument rien pour lui, c'est juste un méchant assoiffé de pouvoir lambda qui a aucun moment ne fait ou dit quoi que ce soit de mémorable, il n'est une menace que parce que le jeu insiste sur le fait qu'il l'est. De plus et c'est ici un Spoiler:

les kerts enlèvent les Angaras pour les transformer en kerts, un peu à la manière des Moissonneurs dans la première trilogie qui pervertissaient les races à leur image. Ça manque cruellement d'originalité et a plus d'une reprise dans le jeu certains points semblent être des simples redites de la première trilogie (la technologie aliens inconnue réminiscence des prothéens, l'asari de votre équipage fascinée par eux...) et je trouve ça très flemmard.

/En 50h de jeu, à aucun moment l'histoire ne m'a impressionné, intéressé ou même surpris, parfois semblant même être écrite comme une saison d'une série de sf d'action pourrave qu'on peut voir sur syfy un dimanche après-midi, on a même droit à des dialogues de la même qualité. Notons aussi que si l'équipage est composé de personnages sympathiques et attachants (Sauf Gil), il n'en est pas trop de même pour les personnages secondaires hors équipages et tertiaires, en général se comportant comme des raclures ou n'ayant absolument rien de mémorable.
Si les mondes dans lesquels nous progressons sont magnifiques, ils n'en demeurent pas moins horriblement vide. A l'inverse de ceux d'Inquisition qui l'étaient bien moins avec plusieurs éléments présents sur chaque map assez bien répartis. Si la flore est charmante, on peut pas en dire autant de la faune. Sur un total de 6 grandes planètes explorable présentes dans différents systèmes, vous ne trouverez que 5 PUTAINS D'ESPÈCES ANIMALES. Vous allez retrouver les mêmes contrefaçons de varren, les mêmes Raptors, le même gros monstre, les mêmes petits insectes que vous one-shotez (ha non eux ils peuvent avoir un nouveau skin mais ils se tuent toujours en un coup et ont les mêmes animations) et une espèce de vache qui se balade de temps en temps que vous soyez sur la planète de glace, de désert ou de jungle. Je trouve ça complètement fainéant surtout avec le temps et le budget pour la conception du jeu, voir ces mêmes bestioles sur chaque planète me sort complètement de l'expérience et de cette idée que chaque planète est unique. "Nous sommes là pour établir une futur et explorer la faune et la flore de cette galaxie, cela pourrait nous prendre des siècles" non non, 10h. Vous rajoutez à ça 5 robots et des ennemis au sol avec fusil lambda et vous avez tous vos ennemis. Ridicule.
Les quêtes secondaires ne sont à 90% que des quêtes de remplissage type va là bas, scanne le caillou sacré en forme de téléphone, tue les 75 mercenaires qui veulent prendre le caillou sacré, revient, fait des allers retours avec d'autres planètes amenant des temps de chargement et rend la planète plus vivable de 2%. Les quêtes secondaires sont très très peu scénarisées à l'exception de celles de vos compagnons au moins un peu plus intéressantes. Celles demandant de faire des allers retours entre les planètes sont aussi agréables que du pus sous l'ongle, vu que chaque voyage va vous demander plusieurs écrans de chargement, ce qui pourrait vous prendre 1min va vous en prendre 10 grâce à ceux-ci, c'est super. Le tout est censé être utile pour rendre les planètes plus "vivables". Mais bon vu que j'ai rendu les planètes toutes vivables à 100% et que personne n'y a fait référence du jeu je pense pas qu'on ait quoi que ce soit à foutre. Par ailleurs aucun choix dans le jeu ne semble avoir une quelconque incidence sur quoi que ce soit ce qui est justement ce qu'on attend d'un jeu mass effect non?
Le gameplay est horriblement répétitif. Si les séquences de gameplay étaient courtes et les missions épisodiques dans la première trilogie empêchant la monotonie du gameplay d'être trop ressentie, ici on passe beaucoup trop de temps à combattre et même avec une difficulté élevée, je n'ai jamais été en danger plus de deux fois, et je suis loin d'être le plus talentueux des joueurs. En plus le système de combat s'est vu bien simplifié, seulement trois compétences pour le héros et aucun moyen de donner des ordres aux alliés excepté "va ici". Cette restriction renforce énormément le côté répétitif du gameplay et chaque bataille fini par devenir une véritable corvée.
J'ai beaucoup de mal à apprécier notre nouveau protagoniste. A certains moments notre protagoniste est dépeint comme un peu dépassé par les événements et ayant du mal à faire régner l'ordre dans son vaisseau. Voilà qui aurait pu être intéressant si on avait eu en parallèle une progression d e celui-ci, s'affirmant de plus en plus pour au final finir par prendre pleinement conscience de son rôle de dirigeant et de meneur. Voir une telle métamorphose aurait été intéressant mais on alterne entre ces séquences décrites précédemment et d'autres où celui-ci sort des discours grandiloquents sur la nature même de la vie, le personnage alternant parfois trop de registre pour que l'on ait vraiment l'impression de vraiment le connaître. Les choix de dialogue qui donnent quelque chose de diamétralement opposé à ce qui était marqué à la base n'aident pas non plus. Je ne sais pas également si c'est le fait d'avoir un avatar masculin (puriste de Femshel, j'ai décidé de changer) mais les dialogues et flirts de celui-ci était d'un lourd lors des dialogues de romance, il avait la subtilité d'un pachyderme ankylosé. Vous avez également la présence de SAM. SAM, est une intelligence artificielle présente dans la tête de notre protagoniste. SAM, est ce qui se passait si skynet avait été programmée par Klaus Barbie. Je hais ce truc de tout mon cœur et je le déteste comme j'ai rarement détesté un personnage fictif. Là où le développement de IDA (soi disant l'IA la plus intelligente de la galaxie grâce à de la technologie moissonneur) était subtil et sa découverte de l'humanité était un processus lent et minutieux ainsi que passionnant dans la première trilogie, ici SAM comprend déjà de nombreuses émotions humaines, peut gérer des stations avec des millions d'individus à lui tout seul, hacker des technologies inconnues... SAM, non content d'être là pour être un deus ex machina à quasiment chaque mission, ne la ferme jamais. Les radiations sont trop puissantes pour continuer dans une certaine direction et le jeu vous mets un message au milieu de l'écran pour vous le dire? Suffisant non? Non car SAM ne peut s'empêcher de vous préciser que "LA TEMPÉRATURE N'EST PAS ACCEPTABLE PIONNIER". Cela semble insignifiant? Ça ne l'est pas. SAM vous parle en moyenne une fois toutes les 5min, pour vous dire qu'il y a des méchants (merci SAM je ne les avais pas vu me tirer dessus!), qu'il fait chaud, froid, que on peut miner... Toutes ces informations sont très clairement visibles à l'écran mais non, SAM doit vous le rappeler même si ça fait 50h que vous jouez. En plus, il interrompt souvent des conversations uniques entre équipiers ou dans le monde autour de vous, les arrêtant net. Et croyez moi elle ne reviendront pas. Vous pouvez croire que j'exagère mais non, SAM ne la ferme absolument jamais et je hais ce personnage de toutes mes forces, le seul argument qui pourrait me faire jouer à d'éventuelles suites serait d'émouvoir le détruire moi-même, la simple pensée de cette éventualité me rend ecstatique.
On peut aussi souligner les irrégularités avec le lore. Les femelles krogans censées être très peu nombreuses à cause du génophage et vivant donc recluses pour les protéger de tout danger sont ici présentes en grand nombre et beaucoup vont au front par exemple. C'est un souci plutôt mineur mais qui peut en déranger plus d'un, moi compris.
Terminons sur les bugs et animations qui ont déjà fait la célébrité du jeu. J'en ai peu rencontré donc j'ai pas tant que ça à dire, mais ceux que j'ai rencontré étaient insupportables, comme mon personnage mourant à l'apparition peu importe la sauvegarde et qui a nécessité une réinstallation complète du jeu ou des pnjs à qui je ne peux parler pour finir une quête qui m'a pris du temps... Les visages ont été améliorés grâce à un patch récent ce qui est à souligner, mais il n'est pas rare de voir certains pnjs se casser en pleine discussion.

En conclusion: On pourrait rapprocher beaucoup de problèmes de Dragon Age Inquisition a Andromeda. Un scénario principal inintéressant, des interactions avec des compagnons attachants sympathiques mais trop eparses, un monde ouvert joli mais vide et inintéressant, des quêtes secondaires de remplissage à foison... Mais il arrive à encore plus exagérer ces défauts. Andromeda nous tease une suite et je dois bien dire que je n'ai nullement envie de m'y pencher. J'ai l'impression d'avoir déjà tout vu et tout fait dans cette galaxie et ce n'était pas très glorieux. Ça me fait royalement chier de ne pouvoir plus apprécier ce jeu mais le fait est que je l'ai vu par bien des aspects comme une corvée et je me suis juste forcé à le finir par amour pour Bioware et la licence. Le côté open world marche véritablement au détriment du jeu et je pense sincèrement que Mass Effect se doit de revenir à une formule plus simpliste mais aussi plus intimiste à la manière de Mass Effect 2. En attendant pour une suite dans Andromeda, ce sera sans moi.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 419 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Coeur_de_nain Mass Effect : Andromeda