Raaaah, mais arrêtez de faire ça !

Avis sur Mass Effect: Andromeda sur PlayStation 4

Avatar Noah_Lyn
Test publié par le
Version PlayStation 4

Mass Effect : Andromeda se situe 600 ans après la trilogie précédente, et suit les aventures de Ryder, nouvellement "Pionnière humaine", dont le rôle est de permettre l'habilitation de mondes habitables pour l'humanité gardée en état de stase cryogénique.

Alors déjà, ça commence mal. Parce que Mass Effect : Andromeda prend pour ressort scénaristique numéro un la colonisation de l'espace sans vergogne, avec des personnages qui se sentent en pleine légitimité de virer tous ceux qui squattent les zones choisies, ouais, les pirates, là, ça dégage, on est l'Humanité, bordel. Aucun questionnement sur le concept de colonisation, des conflits ethniques et raciaux très légers et manichéens... Ca me donne limite envie de ne pas les installer, tes avants-postes, Ryder.

Je viens à peine de sortir de dizaines et dizaines d'heures de jeu, et même si j'ai passé des bons moments, je ne peux qu'être amère. Evidemment, quand tu as été fan de la série, et qu'on t'en rajoute un pour le fric, tu t'attends à un carnage, et tu as souvent raison, parce que ça fait des années qu'on te la fait, tu commences à connaître la chanson. Et Andromeda ne fait que resservir dans un plateau en plastoc des recettes anciennes mal assaisonnées. C'est parti pour la liste.

Les options de dialogue, contrairement à ce qu'on nous vend avec le package, n'ont aucun impact sur le scénario. Au pire, on nous fera une remarque piquante au détour d'un échange, et ça rajoutera une ligne de blabla dans le codex. On a parfois l'impression illusoire que les choix qu'on fait dans cet épisode n'auront un impact que dans le suivant, pauvres fous habitués que nous sommes à mener de vraies réflexions de joueur, sur lesquelles on se penchait sérieusement à la belle époque. Avec Andromeda, bon, au bout d'un moment peu importe, puisque de toute façon on finit par passer certains dialogues dont on comprend bien qu'ils ne sont qu'une façade pour habiller le jeu, et évoquer les mécaniques qui ont contribué au succès de la trilogie. Même dans les romances, ah, les fameuses romances, qu'on nous survend en nous prenant par la luxure ! Plein de possibilités de dialogue et de relations - bien que a priori les relations homme-homme sont très restreintes par rapport aux autres -, il faut faire le choix d'une relation ferme pour aboutir à du gros clivage explicite. Bon, c'est un peu rigolo et adolescent, mais ça prend beaucoup de temps et d'énergie pour une ou deux séquences de quelques secondes.

Sinon. Le bestiaire est d'une pauvreté plutôt navrante en comparaison de la variété des paysages qu'on peut traverser dans le jeu. On compte en tout et pour tout cinq ou six sortes de reliquats (robots), quatre ou cinq espèces sauvages, deux types de bandits. Ce manque de variété accentue la monotonie des combats, il suffit d'améliorer son skill quelque peu pour les rétamer tous sans encombre. Alors, si, attention, nouvelles espèces : les Angaras et les Kerts. Dont l'histoire n'est pas si étoffée et complexe que celle des Moissonneurs dans la trilogie, néanmoins. Mais ça fait du bien sur le coup de voir de nouvelles têtes. Je regrette en revanche la disparition de toutes les espèces annexes qu'on pouvait croiser jadis, les Elcors, etc... On les mentionne parfois sans jamais les voir.

On a droit à beaucoup de planètes visitables, chacune avec leur population, leur personnalité, leur climat, leurs particularités. Les graphismes sont sublimes et c'est vraiment agréable de se balader dans ces grands espaces. C'est l'un des aspects du jeu que j'ai préférés. Mention spéciale pour la planète lunaire sur laquelle on joue avec la pesanteur, dommage qu'il n'y ait rien de plus à y faire. En revanche, qui dit plein de planètes à explorer, dit plein de temps de chargements à se farcir, avec l'impossibilité de passer les déplacements d'un système à l'autre. Mieux vaut concentrer tes efforts sur un secteur que de voguer de mission en mission sans stratéger ses mouvements, sinon t'en as pour des heures.

Concernant les quêtes annexes, je dois dire qu'après des milliers d'heures passées sur divers RPG, je suis plutôt habituée aux missions "scanne-moi dix plantes rares", et ça ne me dérange pas de les gérer en parallèle des autres, ça fait partie du folklore (faut bien gagner de l'XP). En revanche, hormis les missions de loyauté de l'équipage, aucune quête annexe ne m'a marquée, et je n'ai pas compris l'intérêt de la grande majorité. Et puis comme tout est dispatché d'une planète à l'autre, on oublie vite ce qu'on est venu faire là, et on ne nous remet pas toujours le contexte en tête efficacement.

D'ailleurs, il y a des points de scénario que je n'ai pas réussi à comprendre pleinement. Je n'ai pas compris les tenants et les aboutissants des histoires de famille, je n'ai pas compris à quoi servait concrètement Méridiane, il n'y a pas de conclusion sur l'origine des Angaras, le commandant Shepard est mentionné dans les archives du père sans qu'on comprenne bien pourquoi, et qu'est-ce que l'histoire en a retenu...

Bon, et la fin on en parle ? Je sais que nombre des fans de la trilogie avaient détesté celle de Mass Effect 3, je fais partie de ceux qui l'avaient trouvé brillante, intelligente, pertinente. Eh bien j'ai eu droit à ma déception cuisante, moi aussi, avec la fin d'Andromeda.

Le combat final, déjà, n'est constitué que de vagues successives de reliquats ; il est en cela excessivement simple, ça fait un bail qu'on sait comment les gérer, les cocos. Mais qu'est-ce que c'est que cette grosse blague, on n'affronte même pas réellement le boss final ? Celui avec lequel on nous bassine depuis le début du jeu ? Le mec qui fait pas peur et qui pue la défaite, là, non, même pas on lui met une petite bastos dans une cinématique ? Les derniers mots, c'est vraiment "On a réussi", chuchoté dans le noir ? Ok. Fous-toi bien de ma gueule.

Voilà. Je ne parle pas du système de combat correct, des possibilités de développement de compétences un peu trop fournies, de l'inventaire et des modes développement / recherche incompréhensibles. Je veux juste passer à autre chose.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 337 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Noah_Lyn Mass Effect: Andromeda