Je peux remercier Gerry pour l'inspiration

Avis sur Metal Gear Solid 3 : Snake Eater - HD Edition sur Xbox 360

Avatar Confucius
Test publié par le
Version Xbox 360

Attention, cette critique (sans relecture, aie) n’est pas faite par un fan ou grand connaisseur de la saga.

J’avais la peur au ventre avant de me lancer dans Metal Gear Solid 3, non pas que je n’apprécie pas la série, mais mes dernières expériences remontent maintenant à de nombreuses années. Je redoutais surtout que le gameplay, atypique, de la série, ne me rebute aujourd’hui… Alors, ce bilan ?

Pour cet opus, contrairement aux précédentes aventures de la série Metal Gear Solid, l’action ne prend pas place dans le « futur » mais à l’époque de la Guerre Froide, en 1964 exactement. On se retrouve aux commandes du futur Big Boss, Naked Snake, un des personnages essentiel de la série.
Notre mission, retrouver un scientifique du nom de Sokolov au fin fond de l’URSS, capturé par le colonel Volgin, sorte de transfuge ou renégat de l’armée russe, afin de construire une arme de destruction massive, sorte de char d’assaut doté de missiles nucléaires.
Snake, agent de la CIA, envoyé par le gouvernement américain doit donc désamorcer une crise diplomatique qui risque de survenir avec la Russie, car oui, pour eux les américains ne sont pas blancs comme neige non plus, même en ayant un ennemi « commun ».
Mais surprise, Snake apprend rapidement que son mentor, The Boss, a rejoint le camp ennemi. Sa mission ne va devenir que plus difficile à remplir…

Le scénario est une des grandes forces de ce MGS3, non content de faire comme dans la plupart des autres jeux, un scénario insipide et présent juste pour remplir le cahier des charges, Kojima, encore une fois, nous livre ici une œuvre qui emprunte beaucoup à l’art cinématographique, en somme une sorte de synthèse entre les deux domaines que sont le jeu vidéo et le cinéma. Que cela soit par l’importante fréquence de dialogues, de twist assez fréquents ou encore l’utilisation de cinématiques très stylisées qui donnent une vraie âme au jeu. On doit tout de même dire que le tout fait un peu kitsch, mais ça doit être volontaire… du coup, ça en devient marrant à certains moments…
De même le scénario du jeu est assez touffu, de nombreux thèmes sont abordés, que cela soit dans sa relation avec son mentor (avec des passages chargés en émotion), sur la guerre, le patriotisme etc etc
Bon, je dois tout de même avouer qu’au départ, j’étais limite en overdose de parlote, je crois que sur les deux premières heures de jeu on doit jouer environ 30min, c’est un peu lourd, mais au fur et à mesure le tout s’équilibre. Ouf ...

Une des points notables de MGS 3 est son immersion. Dès le départ, nous sommes lâché en pleine forêt (exit donc les environnements confinés en intérieur propres à la saga), seul, sans grand équipement, et on s’y croit vraiment, une formidable réussite. De plus, une des caractéristiques de ce MGS 3 qui découle de cette immersion est l’aspect « survie » du titre. Par exemple, la jauge d’endurance de Snake diminue constamment, il faut ainsi chercher de la nourriture, souvent en tuant des animaux, pour faire remonter sa barre d’endurance. D’autre part on a aussi le droit à un système sympathique de camouflage, à adapter suivant les zones où l’on se trouve (forêt, sable, intérieur…) pour permettre de passer plus ou moins inaperçu aux yeux des ennemis. Comme dernière trouvaille, la localisation des dégâts sur le corps de Snake et la manière de les soigner. Exit les trousses de soin ou autres objets miracles, maintenant place à une gestion plus « réaliste » des blessures, suivant la gravité et le type de dégât. Entre désinfectant, pansement (pour le saignement), onguent (pour les brulures il me semble), attelle (pour les fractures) etc etc il y a de quoi faire.
Certes, vous me direz que même en faisant peu attention, ce côté survie ne rend pas le jeu difficile, nous ne sommes pas dans une simulation, mais le tout est cohérent, et bien mieux exploité que le pseudo du dernier Tomb Raider…

On peut parler rapidement des graphismes, le jeu parait il était très beau à l’époque de sa sortie en 2005, et on peut dire que le remake HD, bien que principalement fait d’un lissage des texture, permet au jeu d’être très agréable à l’œil. Certes, nous sommes loin en terme purement technique d’un Gears of War, Uncharted ou Crysis, mais le tout tient parfaitement la route. Ajoutez à cela une direction artistique plus que plaisante, et le plaisir visuel est garanti. Comme quoi, encore une fois, on se dit qu’une bonne direction artistique est plus importante qu’une belle technique…

Pour ce qui est du cheminement du jeu, celui-ci reste très classique. On se déplace dans des petites zones ouvertes, remplies d’ennemis, reliées entre elles, et le tout est émaillé par la rencontre fréquente de boss. Qui forment ensemble une unité d’élite sous l’autorité de The Boss, surnommée celle des cobras et censés représenter chacun une émotion particulière. Le problème avec ces boss, est que j’avais l’impression qu’ils arrivaient inopinément, n’étaient jamais, ou presque, bien introduits… Ils arrivent, ils font leur show 10 secondes on les bats et puis hop c’est fini. Au vu de la faculté de Kojima de nous servir des dialogues et cinématiques à foisons, j’aurais vraiment apprécié que l’on s’arrête plus sur l’identité de chaque cobra. Bien que quelques-uns profitent d’une médiatisation plus importante que d’autres. M’enfin bon, on ne peut pas tout avoir.
Des boss typiquement à l’ancienne pourrait-on dire, qui doivent être vaincu selon une technique bien propre, où l’on ne peut attaquer et faire des dégâts qu’à certains moments en analysant leurs techniques de combats et le tempo dans leurs attaques. En résulte donc des duels assez mécaniques, mais qui pour la plupart restent plutôt plaisants, voir excellent pour certains (THE END !). Pour ceux que ça intéresse j’ai fait une petite liste à propos des boss du jeu http://www.senscritique.com/liste/Classement_des_Boss_de_Metal_Gear_Solid_3/419703
Pour le reste, l’aventure reste très plaisante, dans chaque zone il existe différents moyens d’arriver à destination, un petit passage plus discret que les autres qu’on trouve en farfouillant un peu partout. Pour ma part je me surnommais herbeman dans le jeu, à cause de ma tendance à rester constamment dans l’herbe …Bon, après quand on était dans un autre décor que la forêt j’avais un peu de mal pour utiliser cette technique, mais passons…
Il faut aussi signaler le fait que malgré que l’action se passe en pleine forêt, les décors et situation sont aussi variés, outre les éléments précédemment cités, on peut évoquer un passage dans une grotte, particulièrement sympa, bien que j’ai j’étais alors au bord de la crise de nerf, pourquoi ? Je n’avais pas compris qu’on pouvait utiliser la carte pour se diriger… donc je me baladais avec mon vieux cigare qui éclairait à 10 cm…
On le sait tous, Snake n’est pas Sam Ficher, mais celui-ci bien que largué avec peu d’armes, n’est pas tout nu pendant l’aventure. En effet on dispose d’une multitude de gadgets plus ou moins utiles (jumelles, CIGARE, sonar, détecteur de mouvement, vision nocturne …) et d’armes à récupérer (divers pistolet, de l’AK47 à un lance-roquette en passant par un fusil de précision ou un fusil à pompe). Personnellement, je ne vois pas trop à quoi servent la plupart des armes, à part finir les boss plus rapidement, mais bon.
Et enfin, on en vient au point qui me faisait peur… le gameplay. Je dois dire qu’au départ j’ai vraiment eu beaucoup de mal, car il n’est pas très intuitif, pensez au système de visé ! (Position d’attaque, gâchette gauche, gâchette droite puis viser avec une lenteur extrême) Du coup il m'a fallu du temps pour battre les premiers boss … Pendant que nous sommes dans les critiques, j’ai aussi trouvé dommageable qu’on ne puisse pas avancer en étant accroupis. Mais là je fais mon pointilleux, à part le système de visé rien n’est véritablement embêtant dans le gameplay, riche au demeurant. Par contre, je dois vous avouer que j’ai fait le jeu essentiellement en caméra libre, qui apporte beaucoup de souplesse au jeu par rapport à la vue fixe traditionnelle de Metal Gear Solid ! Merci Subsistance.

Bon, il reste pas mal de choses à dire, mais je me suis déjà assez étendu sur des choses secondaires, je vais donc me censurer et terminer cette critique …

Après deux Metal Gear Solid assez semblable dans leur structure, Kojima a su faire évoluer sa saga, et c’est une franche réussite. Un jeu d’infiltration qui ne plaira pas à tout le monde, qui doit se faire dompter pour être savouré, mais une fois qu’on y parvient, il laisse un très bon goût en bouche. Un jeu donc à refaire, ou à faire pour tous ceux l’ayant raté lors de sa sortie en 2005 en Europe. Merci la collection HD.
MGS 3 ? Une vraie réussite.

PS : Je tiens à signaler que cet handicapé mental de Wobot n’a même pas réussi à remplir le premier objectif, qui est … d’aller chercher son sac dans l’arbre … ;)

PS2 : Je comptais me refaire MGS2, mais devant la caméra fixe, je n’ai pas tenu 10 minutes…

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 644 fois
16 apprécient · 3 n'apprécient pas

Confucius a ajouté ce jeu à 12 listes Metal Gear Solid 3 : Snake Eater - HD Edition

Autres actions de Confucius Metal Gear Solid 3 : Snake Eater - HD Edition