Why are we still here? Just to suffer?

Avis sur Metal Gear Solid V : The Phantom Pain sur PlayStation 4

Avatar Aurablade
Test publié par le
Version PlayStation 4

Ma critique est spoiler free. Pour un jeu pareil j'allais pas faire autrement.

Je l'ai attendu longtemps, et quand il est arrivé c'était évident que j'allais le dévorer. Et au bout de 53 heures de jeu (Du jamais vu pour la série) je suis arrivé au bout du scénario. Et de seulement 50% de la progression totale. Histoire d'annoncer la couleur.

La boucle est bouclée

La raison pour laquelle le jeu était tant attendu chez les fans de la série, c'est que c'était la partie manquante à la timeline. C'est ce qui se passe entre Metal Gear Solid : Peace Walker et Metal Gear 1 sur MSX2. Donc on est dans la peau de Big Boss, encore une fois, 9 ans après les évènements de Metal Gear Solid Ground Zeroes, le prologue hué en particulier pour son histoire très courte (Mais tout de même pleine d'informations). Cette critique se veut être sans spoilers d'ailleurs. Sauf peut être au niveau du gameplay mais je me retiens le plus possible.
Bref, après 9 ans il est temps de se remettre sur pied, avec une force venant d'une motivation simple : la vengeance. C'est plus que d'une chasse à l'homme qui se lance, c'est un peu Big Boss versus The World. En 1984 en Afrique à la recherche de réponses. C'est un peu ce qui résume le jeu. Tout du moins au début. Même si l'histoire met du temps à se mettre en place, on se retrouve plus impliqué que jamais, et le jeu évolue avec vous. Si vous jouez de façon létale Big Boss évoluera différemment grâce à une jauge de "démon". Il est donc conseillé de faire attention à ce que vous faites. D'ailleurs, les ennemis aussi évoluent. Vous attaquez uniquement de nuit ? Ils s'équiperont de lunettes à vision nocturnes. Vous privilégiez les headshots ? Ils porteront des casques. Et c'est rien encore. L'IA est vachement intelligente et il est impossible de faire tomber une base ennemie sans jouer soit la carte de la prudence, soit celle du bourrin pur et simple.
Et c'est là que le jeu est jouissif, les possibilités sont infinies, et pour avoir parlé avec du monde qui jouait en même temps que moi j'ai réalisé que personne ne jouait de la même façon et que les missions ne se déroulaient donc pas de la même façon non plus. Beaucoup de choix sont "optionnels" mais beaucoup débloquent des bonus qui leur sont liés.

Pimp my shit up

Un des trucs cools du jeu, c'est la personnalisation possible pour tout. De votre monture à votre Mother Base en passant par vos armes. Ça passe aussi par les améliorations apportées à votre hélicoptère, qui peuvent par exemple permettre l'installation d'un haut parleur qui permet la diffusion de la musique de votre choix (dans la liste des cassettes que vous pouvez trouver dans le jeu) lors de son atterrissage. Ou sinon vous pouvez installer un lance-roquettes pour avoir un backup utile. C'est comme vous le sentez. Et c'est en recrutant plus de monde que la personnalisation va plus loin. Si vous ne vous occupez pas de la gestion de la Mother Base et de ses soldats, pas moyen d'avancer. Il vous faut du matériel de qualité et l'améliorer sans cesse pour ne pas se retrouver dépourvu de moyens. Mais le nombre de gadgets et d'armes est assez motivant, après tout, qui ne veut pas équiper sa prothèse d'une fusée pour la balancer à la gueule des autres ? Moi en tout cas ça m'a chauffé. Pour en parler rapidement le jeu est beau graphiquement, les environnements sont assez variés suivant l'endroit et le moment où on s'y trouve, et le monde ouvert est vraiment bien géré. Ça fait plaisir à voir quand on sait ce que le japon fait au niveau des open world, qui étaient plutôt la spécialité des studios de l'ouest. La bande son est elle aussi géniale, ambiance 80's oblige, on se retrouve avec des morceaux comme The Final Countdown de Europe ou encore The Man Who Sold The World. Certains thèmes de la série comme Heavens Divide ou Snake Eater sont aussi de la partie. Personne ne sera déçu de ce côté là (tout du moins je l'espère)

Autrement, l'histoire est un beau "final". Je ne m'attendais pas à ça, mais c'était tout de même excellent. Et encore une fois, c'est le jeu de la série dans lequel je me suis le plus impliqué, et ça fait plus de dix ans que j'ai commencé la série. Impossible de s'étendre sur l'histoire sans spoil mais je pense pouvoir dire que les fans de la série ne seront pas déçus. Quant à ceux qui n'ont pas joué aux autres jeux de la série avant j'ai peur de vous annoncer que c'est un gâchis tant l'histoire est au centre de ces jeux et tant les références au reste de la série sont nombreuses. Même si le jeu saura satisfaire tous les joueurs tant la quantité de choses à faire est nombreuse (Et Metal Gear Online est même pas encore ouvert).

Kojima nous livre ici une oeuvre (n'ayons pas peur des mots) qui s'adresse en particulier au joueur. Et pour ça je le remercie, parce que c'était beau, fort et bon. J'en redemanderais bien mais pourquoi abuser des bonnes choses ? Il ne reste plus qu'à espérer que sans Kojima, Konami n'abuse pas de la série pour en faire une daube, même si dans tous les cas dépasser cet opus s'avèrera fort difficile. On peut penser que je suis pas objectif pour un sou en tant que gros fan de la série, mais j'étais parti plutôt pessimiste. Je regrette un peu d'avoir douté du jeu, mais je regrette pas du tout d'avoir pu profiter de cette expérience d'une façon aussi intense.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2964 fois
31 apprécient · 8 n'apprécient pas

Aurablade a ajouté ce jeu à 9 listes Metal Gear Solid V : The Phantom Pain

Autres actions de Aurablade Metal Gear Solid V : The Phantom Pain