La claque !

Avis sur NieR : Automata sur Xbox One

Avatar Philippe P.
Test publié par le
Version Xbox One

Drakengard, NieR : faut-il les avoir fait pour comprendre le jeu ?

Je tenais à commencer cet avis sur NieR Automata afin de préciser un peu le contexte général dans lequel s'inscrit ce dernier vis à vis des autres jeux qui font partie d'un tout plus ou moins lié. La série des NieR est issue d'une des nombreuses fin du premier Drakengard. La série Drakengard a continué sur deux autres jeux, mais en restant indépendante de la licence NieR. De cette fin du premier Drakengard est donc issu le premier jeu NieR, puis arrive NieR Automata, lui-même issu d'une des fins de NieR, tout en se situant dans un très long espace de temps séparant les deux jeux et les personnages sont différents dans les deux jeux. Toute cette précision pour dire qu'il est tout à fait faisable de jouer à NieR Automata sans avoir fait le premier NieR, ni même Drakengard. L'histoire du jeu se suffit en elle-même et les quelques références aux événements des jeux passés sont habilement racontées afin qu'on puisse comprendre les tenants et les aboutissants du monde qu'on parcourt. L'aspect parfois flou de ces informations ajoute à mon sens une composante intéressante parce que cela permet de théoriser sur les événements et les raisons qui ont amené à la situation actuelle.  Cela rend le·a joueur·se actif et l'oblige à s'impliquer dans l'histoire. Donc pas d'inquiétude, vous pouvez allégrement profiter immédiatement de l'un des meilleurs jeux de sa génération. 

Une histoire généreuse et profonde !

L'histoire de NieR Automata vous emmène dans un questionnement profond autour de la question de l'humanité et des mystères de ce monde. La grande force de ce NieR Automata est de toujours pousser plus loin le·a joueur·se dans l'émotion en offrant un panel de sentiments à la fois doux, violent, mais aussi subtil. Chaque personnage qu'on rencontre possède son histoire qui se dévoile au fur et à mesure des quêtes, des rencontres ou des dialogues avec ce dernier et chacun de ces personnages a quelque chose à raconter sur lui ou son monde. Chacune de ces petites histoires ne laisse pas le·a joueur·se qui s'implique neutre émotionnellement. On s'attache à chacun des personnages secondaires et on pleure même pour certains d'entre eux. Le monde de NieR Automata est rempli de réflexions philosophiques, à l'écriture fine et d'une rare intelligence qui pousse le·a joueur·se toujours plus loin dans ses réflexions et à remettre en question certains de ses acquis. Le duo de personnage principaux composé de 2B et 9S en est un bon exemple, chacun d'entre eux abordant de manière différente les rencontres et les situations, discutant sur ce qui fait leur humanité ou non et réussissant à dégager énormément d'émotions alors qu'ils ont les yeux bandés, cet organe qu'on désigne par le miroir de l'âme. Même jusque dans ce détail de character design, une réflexion se cache : est-ce qu'on cache leurs yeux parce qu'ils ne sont que des machines ? Quand il l'enlève, est-ce parce qu'ils acquièrent une conscience ou en tant qu'androïde ils en sont incapables ? Vous l'avez compris dans son propos NieR Automata emprunte beaucoup à Asimov ou Philip K. Dick, mais au-delà de la simple inspiration Yoko Taro et son équipe s'approprient ces thématiques et les exploitent parfaitement. 
L'histoire générale du titre n'est pas en reste puisqu'on prend plaisir à découvrir les indices qui ont amené à la ruine de la Terre, à déjouer les mystères qui entourent les ennemis de nos héros, mais aussi de leur propre camp. La narration est très bien rythmée et le jeu a toujours quelque chose a raconter et ne s'étire jamais en longueur dans son propos. Mais surtout il est très surprenant et arrive à toujours capter le·a joueur·se notamment par sa mécanique d'arc narratif. Pour vous partager mon expérience personnelle, j'ai terminé le premier arc avec le sentiment d'avoir joué à un très bon jeu bien écrit et avec beaucoup de potentiel. S'enclenche donc un nouvel arc narratif qui apporte de nouvelles informations aux différentes histoire et là mon sentiment se modifie passant de très bon jeu à exceptionnel. Le jeu aurait pu s'arrêter ici et beaucoup d'autres jeux l'auraient fait, mais pas ce NieR Automata. Il a encore des choses à offrir et là c'est l'explosion la plus totale, on passe de l'excellent jeu au chef d'œuvre, impossible de s'arrêter et que d'émotions durant ces moments. Et je ne peux pas vous parler des derniers moments du jeu, sinon je risque de vous spoil un jeu qui est à faire à tout prix, mais cette montée en puissance qui m'a fait emballé le cœur, c'est tout simplement du génie.  
Si vous aimez les histoires intelligentes et bien écrites, NieR Automata est fait pour vous.

Un gameplay riche et technique !

Qu'en est-il donc du gameplay de ce NieR Automata ? Si vous connaissez la réputation de PlatinumGames dans le monde vidéoludique, vous ne serez pas surpris de savoir que le gameplay est une grande réussite. Le gameplay de base du jeu peut s'aborder de deux manières différentes. Soit vous y aller tranquille, vous faites parfois quelques enchaînements, mais vous restez au basique et à l'essentiel : le jeu est tout à fait faisable de cette manière et la satisfaction est immédiate quand on arrive à réaliser quelques beaux enchaînements. Soit vous pouvez y aller à fond et alors là c'est l'avalanche de combos et je vous invite à aller voir sur Youtube ce que certaines personnes sont capables de faire sur le jeu et ça fait rêver.
Le gameplay de base de ce Nier Automata est nerveux comme il le faut, d'une richesse technique et surtout adaptable à votre style de jeu grâce à la pléthore d'armes trouvables, mais aussi des améliorations qui sont possibles d'attacher à votre personnage. Votre androïde a la possibilité de s'équiper de deux armes de corps à corps, il est suivi d'un petit robot qui sera au départ votre arme à distance, par la suite vous pourrez lui attacher d'autres capacités, et vous pouvez réaliser des esquives au dernier moment qui ralentissent le temps. Voilà pour la base du gameplay et maintenant c'est à vous de jouer : frapper, sauter pour récupérer un ennemi dans les airs, enchaîner avec quelques tirs de votre assist, esquiver l'ennemi qui vous attaque par derrière ... Le tout répond extrêmement bien et c'est un réel plaisir de se battre dans le jeu. 
Mais le gameplay du jeu propose bien des surprises amenant des phases très différentes les unes des autres, mais je vous laisse la surprise de la découverte. 
Les nombreuses quêtes secondaires du jeu vous permettent d'éprouver aisément ce gameplay et celles du end game vous demanderont une réelle maîtrise de ce dernier pour en venir à bout.

Est-ce que des graphismes 4K sont forcément nécessaires ?

Disons-le tout de suite, NieR Automata n'est pas une claque graphique et vous n'allez clairement pas bavé d'extase devant les textures du monde qu'on parcourt. Cependant, le jeu possède de jolis éclairages notamment dans la zone de la forêt, mais surtout possède une véritable direction artistique.
Le monde ouvert de NieR Automata est assez réduit, notamment comparé à ce qui fait dans les standards des open world, mais cela n'est pas un défaut puisqu'un soin particulier à été apporté à chacun des décors. C'est simple aucune zone qu'on parcourt ne se ressemble. Chacune possède sa propre identité et des architectures marquantes et certaines d'entre elles vous feront lâcher un "wouah" de surprise. Alors oui, la texture des brins d'herbes n'est pas folle, oui le monde est assez figé, mais la direction artistique est bien présente et elle fait bien plus d'effet sur le·a joueur·se. 
Ce qui est important pour moi ce n'est pas avoir les plus belles textures, mais réussir à produire des décors qui restent en tête et qui marque le·a joueur·se, mais aussi que ces décors donnent de la crédibilité à son univers. C'est ce que réussit à faire NieR Automata.

Anglais ou Japonais ? Une bande-son divine !

'ai parlé des émotions que crée le jeu auprès du joueur·se, mais il faut aussi souligner l'excellent voice acting du casting japonais. Chacune des scènes est extrêmement bien joué et toutes les émotions sont retransmises à la perfection. Pour ce qui est de la version anglaise du doublage, elle n'est pas mauvaise, mais reste un peu en-dessous du japonais. 
Tant qu'on est dans la partie son de cet avis parlons de la musique et quel délice pour les oreilles. Clairement l'une des meilleurs bande-son de jeu que j'ai pu écouté. Chacune des musiques restent en tête de la plus combatif à la plus douce. Beaucoup de poésie, de douceur et de grandeur se dégagent des compositions de Keiichi Okabe, Keigo Hoashi et Kuniyuki Takahashi. Mention spéciale à Weight of Worlds que j'écoute encore régulièrement.

Un DLC dispensable ?

En ce qui concerne le DLC au nom imprononçable de NieR Automata, je ne saurais dire s'il est dispensable ou non. Il n'a pas d'histoire à proprement parler puisqu'il consiste en trois arènes de combat aux différentes contraintes et une zone secrète qui se débloque une fois ces arènes complétées. Un DLC donc très axé gameplay, mais comme dans l'ensemble de NieR Automata cela va bien plus loin que sa simple apparence laisse suggérer. A travers quelques dialogues ou quelques scénettes, le DLC m'a fait me sentir honteux et sale psychologiquement dans mes actions au sein de ce dernier. Et pour sa fin plus que surprenante, j'aurais tendance à le conseiller, mais d'un autre côté si on ne s'implique pas émotionnellement dans le jeu je pense qu'il n'a pas beaucoup d'intérêt. Je me trouve piégé dans un entre-deux donc à vous de voir en fonction de votre profil. 

Des défauts ?

J'ai bien du mal à trouver des défauts à NieR Automata, mais si je voulais chipoter je mettrai en avant le design de 2B et plus particulièrement son habillement qui n'est clairement pas justifié et peut donner l'impression au simple coup d'œil d'un jeu compilant les mauvais cliché de jeux japonais. Une impression qui peut-être renforcé si on se penche sur la liste de succès et qu'on voit qu'il y en a un qui consiste à tenter de regarder sous la robe de 2B une dizaine de fois. Donc bon sur ce point, on peut dire que le jeu est plus que douteux, mais paradoxalement à cette première impression le jeu n'appuie jamais sur une sexualisation quelconque de son personnage : que cela soit par les dialogues ou les poses. Donc au final est-ce qu'il n'y a pas une intention de piéger le·a joueur·se dans ses pensées les plus horribles ? Il y a matière à réflexion. 
Et en deuxième point très légèrement négatif, on peut souligner le farm assez long et un peu fastidieux qui est nécessaire pour débloquer tous les succès du jeu, mais là encore cela s'adresse à un profil particulier de joueur·se. Cela reste donc un faux défaut. 

**En conclusion, NieR Automata est indéniablement l'un des meilleurs jeux de sa génération. Un chef d'oeuvre en tout point : une narration intellligente à l'écriture fine et profonde, une implication émotionnelle du joueur·se sans fin, une direction artistique marquante et soignée, des acteurs et actrices de doublage en grande forme, un gameplay technique et riche et une musique divine pour accompagner le tout. Finalement qu'est-ce qu'on pourrait demander de plus à un jeu ? La réponse n'est rien parce que ce NieR Automata est un jeu parfait en tout point. **

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 47 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Philippe P. NieR : Automata