Emotional Technology

Avis sur OPUS: Echo of Starsong sur PC

Avatar LoutrePerfide
Test publié par le
Version PC

Développé par SIGONO INC., OPUS: Echo of Starsong est un jeu d’aventure narratif dans lequel on incarne Eda et Jun, 2 voyageurs spatiaux maudits qui vont devoir faire équipe pour découvrir la source d’un mystérieux rayonnement spatial connu sous le nom de “Starsong“.

Le studio provenant de Taïwan n’en est pas à son coup d’essai, il a déjà sorti 2 jeux basés sur cet univers à savoir Opus : Rocket of-Whispers et Opus: The Day we Found Earth.

Le gameplay du jeu évolue entre la narration d’une Visual Novel, la résolution d’énigmes et de puzzles, la cartographie et la découverte des galaxies, la navigation dans l’espace ainsi que l’exploration à la troisième personne.

Toute l’histoire de OPUS: Echo of Starsong se déroule tandis qu’Eda et Jun tracent un parcours au cœur de la galaxie afin d’en découvrir plus sur Starsong mais également sur eux-mêmes.

L’univers du jeu est remarquablement bien amené avec énormément de mise en exposition des tenants et des aboutissants politique derrière la situation dans laquelle on va devoir commencer notre périple interstellaire.

OPUS: Echo of Starsong nous propose donc une aventure singulière dans laquelle on devra explorer tout un univers en long, en large mais surtout en travers à la recherche des fameux astéroïdes émettant un son connu sous le nom de “Starsongs”. On devra également explorer différents endroits afin de faire avancer les histoires de nos 2 personnages principaux et ainsi en découvrir plus sur eux et sur leur passé.

Hey You Up in the Sky
Les astéroïdes sont devenus le centre de conflits en raison de l’immense pouvoir qu’ils détiennent. Banni par son clan, Jun est déterminé à revendiquer ses propres astéroïdes afin de restaurer la grandeur perdu dudit clan.

Pour ce faire, il fera la connaissance de Eda, une jeune femme capable d’imiter les chansons des étoiles et qui l’aidera à trouver ces astéroïdes inconnus des différentes confédérations.

On découvrira également que da est une des dernières sorcière, des femmes ayant été utilisées comme armes lors du grand conflit et qui sont désormais considérées comme des parias. C’est pourtant grâce à elle qu’ils parviendront à démêler un ancien mythe au cœur de l’espace.

De son côté, Jun peut explorer librement les astéroïdes pour localiser la source du chant des étoiles. Il y trouvera de magnifiques temples au plus profond des astéroïdes qui demanderont un peu de jugeote pour révéler leurs anciens secrets.

Ces phases de jeu se déroulent en scrolling horizontal et on contrôlera Jun afin de trouver de nouveaux chants et ainsi se rapprocher de notre but ultime.

OPUS: Echo of Starsong ne se limitera toutefois pas à nos seuls héros, notre équipage fera rencontrera de pas mal de personnages plus ou moins secondaires.

On y trouvera des courtiers en renseignement de Starsong à des agents chargés de l’application des fouilles d’astéroïdes d’une corporation plutôt véhémente. En fonction de nos choix certains pourront agir contre nous, tandis que d’autres se révéleront être des alliés indéfectibles.

This is the Way
OPUS: Echo of Starsong est un jeu riche et doté de plusieurs phases de gameplay différentes. Celles-ci s’imbriquent parfaitement dans la narration et l’histoire globale qui prend peu ou prou la forme d’une Visual Novel. Pour le reste, voici les autres actions que l’on devra effectuer lors de nos aventures.

Il faudra ainsi gérer les ressources du navire telles que le carburant, l’armure et les kits d’explorations mais également l’améliorer avec des des matières premières découvertes lors de nos expéditions. Les améliorations de notre vaisseau augmenteront de façon substantielle notre niveau de départ de ressources, ne les négligez pas!

Pour ce faire, il faudra soit en racheter directement lors de certaines de nos escales moyennant finances soit en trouver au hasard au grès de nos explorations spatiales. Le carburant nous permettra de voyager plus ou moins loin, l’armure de survivre a des attaques d’autres vaisseaux et les kits nous permettront de trouver des indices dans ces caves inexplorées.

Pour en arriver là, il faudra tracer sa route à travers les étoiles et y découvrir des zones plus ou moins amicales. Grâce à notre scanner et à certaines coordonnées données par certains de nos contacts, il nous sera possible de scanner des zones inexplorées et de déplacer notre vaisseau jusqu’à elles moyennent une consommation plus ou moins élevée en carburant.

Il nous arrivera parfois de traverser un territoire inconnu et dangereux ou tout simplement de rencontrer des vaisseaux à la dérive ou nécessitant notre aide. Dans ces cas précis, une sorte d’événement apparaitra nécessitant de faire un choix pour résoudre la situation.

C’est dans ces moments là que le facteur chance fera son apparition avec un tirage de dé qui devra dépasser une certaine valeur pour résoudre favorablement notre situation.

En fonction des améliorations de notre vaisseau mais aussi des objets trouvés ici et là dans l’espace, on aura des bonus nous octroyant +2 ou autre à certaines actions ce qui nous permettra de ne pas trop perdre de plumes dans cet événement.

Lorsque l’on sera bien avancé dans le jeu, on aura également des recommandations de certaines corporations nous facilitant grandement la tache.

The Flowers There… Are Always in Full Bloom
L’exploration des caves se trouvant dans les astéroïdes est là aussi un gros point culminant de OPUS: Echo of Starsong avec tout ce que cela entraine au niveau des découvertes en matière d’intrigue mais également les grosses avancées dans l’histoire.

On contrôle donc Jun la plupart du temps et il sera désormais temps de découvrir la partie exploration-puzzle du jeu. Il faudra explorer de fond en comble les caves afin de découvrir leurs secrets et ainsi trouver de nouveaux chants. Pour peu que l’on soit les premiers, l’astéroïde sera à nous.

Il n’y a que très peu de place au hasard ici, tout est linéaire et il ne peut y avoir qu’une seule issue quelque soit ce que l’on y découvre ou les objets que l’on ramassera. Il faudra également récupérer des plantes et autres souvenirs afin d’en revendre une partie.

Cela nous permettra ensuite d’acheter du carburant et tout ce qui peut nous manquer afin d’avancer plus dans le jeu. L’histoire est ponctuée de chapitres reprenant ce que notre binôme spatial découvrira. On y découvrira également beaucoup sur leur passé ainsi que sur les drames ayant ponctué les vies des autres personnages croisés ici et là.

OPUS: Echo of Starsong est certes linéaire dans sa trame principale mais certains choix auront une sacrée influence sur notre odyssée spatiale et sur la façon dont les autres nous percevront. On peut faire une confiance aveugle et se retrouver trahi quelques événements plus tard.

Il faudra également prendre position au niveau des forces politiques en place et parfois soutenir des tyrans et autres agents corrompus afin d’obtenir des informations nous permettant d’avancer. C’est complexe à expliquer mais on a vraiment un sentiment de cohérence et d’unité dans ce monde et sur la façon donc nos actions ont un impact.

Pourtant une autre force du jeu réside dans le fait que l’on revit notre aventure dans le passé avec un Jun vieillissant servant de narrateur 66 ans plus tard. On se remémore plus ou moins ce qu’il s’est passé entre les membres de l’équipage tout en se doutant qu’il occulte très certainement des actions moins glorieuses comme le jeu nous le distille de façon très maligne via les souvenirs.

L’histoire de OPUS: Echo of Starsong est remarquable que ce soit du début jusqu’au final que je ne pourrais que qualifié de grandiose émotionnellement. Pour peu que l’on ait un bon niveau en anglais, on appréciera les dialogues, les textes d’explications mais surtout les silences et les moments de contemplation.

Les puzzles ne devraient pas vous donner de trop gros maux de tête. Ils sont limpides et extrêmement clairs, la plupart du temps, on a tout le temps nécessaire pour découvrir les bonnes combinaisons. Ils sont à l’image du jeu, intelligents et stylés.

You’re Going To Leave, No Matter What
Techniquement OPUS: Echo of Starsong est très réussi avec ce mélange d’illustrations dessinées à la main et une patte artistique low-poly qui me fait fortement pensé à l’excellent jeu de plateau Ganymede. Les décors sont certes simples mais ils ne sont pas simplistes, certaines scènes montrent bien qu’ils sont réalisés en 3D et que le rendu est vraiment très bon.

Les illustrations sont de toute beauté et elles participent grandement à cette ambiance feutrée et minimaliste du design. Les grands moments d’émotion sont parfaitement rendus que ce soit en 3D dans les caves, dans les souvenirs de nos personnages mais aussi dans les dessins plus simples.

OPUS: Echo of Starsong dispose également d’un autre très gros point fort, sa bande son. Elle est juste remarquable de justesse avec ces notes de pianos limpides, ces cordes sobres mais toujours bien placées et les chants parfaitement intégrés à l’histoire et à tout ce qui arrive à Eda.

Le jeu est intégralement en anglais dans le texte et même si le jeu vient de Taiwan, je n’ai pas remarqué de gros soucis au niveau des fautes et autres contre-sens. Il n’est pas doublé mais sincèrement, les textes seuls ainsi que les illustrations suffisent à égaler les meilleurs productions comme What remains of Edith Finch et bien d’autres.

Il vous faudra un bon niveau d’anglais pour profiter au mieux de cette aventure et surtout ne pas avoir peur de lire tout le Codex et tous les souvenirs que l’on trouvera dans le jeu. C’est par ailleurs un des meilleurs World-building que j’ai pu voir depuis longtemps avec le truculent In Other Waters.

Au niveau des griefs que je pourrais adresser au jeu, les contrôles ne sont pas toujours très précis dans certaines phases d’action et il faudra passer en QWERTY pour être tranquille.

J’ai également perdu ma sauvegarde suite à l’instauration du Steam Cloud mais je suspecte une mauvaise manipulation de ma part et non un problème venant du jeu en lui-même. Les développeurs ont d’ailleurs essayé de m’aider sans succès mais j’ai donc du recommencer le jeu sans le moindre remord.

Le jeu est seulement disponible sur Steam pour le moment et sincèrement c’est une merveille qui se trouve à un prix fort raisonnable de 14.99€. Forcément, je vous conseille de vous procurer OPUS: Echo of Starsong + Original Soundtrack Bundle qui rajoute l’excellente bande son.

Au final, OPUS: Echo of Starsong est une vraie merveille de jeu vidéo narratif. Durant les 15 heures que constitue sa durée de vie effective, on passera par énormément d’émotions et on sera vraiment pris dans cette histoire remarquablement bien narrée et écrite. C’est très certainement un des jeux les plus touchants auquel j’ai pu jouer et je vous invite très sincèrement à vous pencher sur ce prétendant au jeu de l’année 2021 me concernant.

Si vous aimez les histoires complexes, bien écrites avec tout ce qui faut de drames et de moments sincères de joie simples, je ne peux que vous conseiller OPUS: Echo of Starsong. Vous ne serez pas déçus.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 6 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de LoutrePerfide OPUS: Echo of Starsong