Odd Wild West

Avis sur Oddworld : La Fureur de l'Étranger sur PC

Avatar MrShuffle
Test publié par le
Version PC

J'ai eu deux semaines de vacances. Enfin pas vraiment des vacances parce que j'y ai pas droit mais ça y ressemblait beaucoup. Pour bien me soigner, j'ai décidé de faire dans le régressif. La première semaine, c'était Noël à la campagne, j'avais pas énormément de choix. J'ai donc commencé Pokemon Rouge sur l'antédiluvienne Game Boy familiale (édition 1990) dans l'espoir annoncé de choper Mew avant de rentrer dans la civilisation. Raté pour cette fois-ci. Pour la deuxième semaine, ma soif n'était pas épanchée et je n'ai toujours pas retrouvé de chargeur pour la GBASP (ta mère l'acronyme) de secours pour finir le jeu des bestioles à collectionner.

Une bonne douzaine de jeux achetés un jour de folie pendant les soldes Steam encore sous blister digital m'attendait. Il me fallait du neuf mais avec un soupçon de nostalgie. J'ai opté pour la fureur de l'étranger. 20h de jeu et une semaine plus tard, c'était vraiment chouette.

L'histoire est plutôt simple comme dans tout western qui se respecte : un chasseur de prime anonyme remonte le cours de la rivière pour arrêter des glandus afin de se payer un truc indispensable à sa survie. Sans le faire exprès, il en apprendra plus sur ses origines et combattra le capitalisme qui pollue. Sauf qu'on est dans Oddworld. Du coup, on navigue dans un monde post-industriel parfois mystique, parfois bucolique mais toujours drôle et écologique. L'Etranger utilise des bestioles poilus pour chasser ses proies, les colons sont des poules, les indiens sont des tritons, les malfrats ont des gueules pas possibles et le docteur ressemble à une vieille connaissance. Pour la première fois, Oddworld Inhabitants promet du fun avant de faire du mythologique et on finit malgré nous à s'attacher à ce protagoniste charismatique et cet endroit totalement inconnu de la planète d'Abe.

Parce qu'avant de faire des remakes HD et des promesses de nouveaux jeux toutes les trois semaines, le studio avait un plan bien défini. On devait suivre les aventures des habitants d'une certaine planète en cinq volets (sans compter les épisodes bonus), ça avait bien commencé par Abe, puis mal continué avec Munch et une exclusivité toute pourrie avec Microsoft. On était sans nouvelles, je dépérissais comme tous les fans. Je me souviens que Stranger's Wrath était sorti sans trop prévenir et que de loin ça ressemblait à un FPS rigolo.

Quelques années plus tard, je peux confirmer que ça l'est mais pas seulement. Déjà les gus ont surement beaucoup joué à Jak & Daxter pendant la création du jeu. l'influence se ressent énormément tant au niveau du design que du scénario. Il aurait fallu pomper aussi un peu plus sur le gameplay afin d'optimiser les phases de plate-formes. Celles-ci trop peu nombreuses ne sont malgré tout pas trop reloues à effectuer au clavier/souris pour une fois (mais je n'ose imaginer les séquences de shoot dans le Fallujah des grubbs avec une manette). Le côté shoot est foutrement réussi puisqu'il allie infiltration, bourrinage et chasse avec un dosage parfait. On notera au passage une bonne quinzaine de vrais combats de boss bien épiques qui donne au jeu son caractère unique. On pourra regretter un dernier acte un peu trop radical mais la musique s'emballe assez pour qu'on ne fasse pas trop attention à la monotonie.

C'est bien, c'est beau, c'est fun, c'est drôle. C'est pas aussi révolutionnaire que l'odyssée d'Abe mais l'envie est là et la nouveauté met du baume au cœur. L'univers s'élargit. J'ai hâte d'avoir dans les mains leur prochain spin-off quand ils auront fini de capitaliser sur les mêmes jeux ad vitam eternam.

Le plus chiant c'est que lundi je recommence le boulot.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1011 fois
15 apprécient · 1 n'apprécie pas

MrShuffle a ajouté ce jeu à 1 liste Oddworld : La Fureur de l'Étranger

Autres actions de MrShuffle Oddworld : La Fureur de l'Étranger