Faith +1 (Sans Spoiler.)

Avis sur Outlast 2 sur PlayStation 4

Avatar Psykokilla_V3
Test publié par le
Version PlayStation 4

Toi aussi tu viens de finir Outlast 2 et tu est tout confus dedans ta tête? C'est normal. Outlast 2 est la suite direct du premier opus et de son DLC. Logique? Huum, non hélas, explications :

Après le mérité mais surprenant succès de "Outlast" premier du nom, Red barrels nous offre un second opus qui a le don de changer complètement de sonorité.
Fini l'asile et ses expériences pas très sympathiques en lieu clos, et bonjour a la religion et a la nature.

Inutile de préciser que niveau scénario, en plus d'avoir fait le tour dans le premier épisode, il était presque impossible de faire un lien avec le second tant son allure de "Stand alone" est trompeuse.

Vous l'avez compris, mieux vaut avoir commencé les choses dans l'ordre, précision que Red barrels a volontairement "Oublié de préciser" pour faire du scénario d'Outlast 2 une grosse page a double lecture.
Un choix osé mais qui porte ses fruits si on est un tantinet observateur.

Voilà, je ne vais pas m'étaler de trop sur les détails, revenons a nos moutons.

Oh mon Dieu, je vais tous mourir!

Outlast 2 commence vite et fort : Vous êtes Blake, un journaliste qui avec l'aide de sa femme, Lynn sont a la recherche d'une "Jane does" (Une inconnue quoi.) qui aurait été aperçue pied nus, enceinte et légèrement perdue pas loin de votre poire au début du jeu.

Le hic, c'est que pendant vos "1,2,1,2, tu m'entend ?" de vigueur journalistique, votre hélicoptère se met a battre de l'hélice suite a une "explosion" inexpliquée.

C'est le caca, vous êtes salement amoché dans l'incident, votre femme a disparue, et le pilote de l'helico a été tué avec une certaine violence, et hélas, c'est pas a cause de la chute...

Le village des damnées

Outlast 2 vous jette directement en pâture a grand coup de caca-culotte, de caméra a l'épaule (Signature de la série.) et surtout, surtout de courses poursuite avec des chrétiens pas très catholiques.

Entre cadavres empilés, têtes sur des pics, symboles religieux a toutes les sauces, chapitres sectaire et apocalyptique a chaque recoin et sa bande de tueurs TRÈS sanguinaires, Outlast 2 ne fais pas dans la dentelle, et la descente aux enfers sera longue mais surtout éprouvante.

Car contrairement au premier Outlast, le second opus mise sur le One shot, sur la fuite perpétuelle et sur un rythme presque jamais interrompu. Un bien pour certains, fatiguant pour d'autres, ce qui est sûr c'est que l'équipe de Red Barrels a assumé son choix pendant la majorité du jeu, avec (ouf.) une dernière ligne droite bien plus scénarisé et artistiquement travaillé. (Non, je spoilerai pas. Rien a foutre.)

Le problème, c'est que s'échapper en courant comme un dératé, c'est chouette, mais c'est pas sans défauts...

J'ai respawn plus de fois que Jésus

Le problème d'Outlast 2, c'est qu'il a la fâcheuse habitude de tomber dans le die and retry, et que cela casse une bonne partie de l'immersion, car a force de manquer de chance, on apprend par coeur les scripts des ennemis, les rendant nettement moins crédibles.

Si on te touche, tu crève, tu speed, et la, trois portes/trois chemins, mais une seule porte ou un seul chemin est le bon.
Voilà ce qui arrive un tantinet trop souvent dans Outlast 2 pour garder toute sa saveur pourtant bien épicé, mais se faire OS pour une mauvaise porte, ou même parfois sans savoir pourquoi, c'est terriblement frustrant.
On attendra un patch tout de même, mais en l'état, certains passage reste du Super Meat Boy en vue Fps.

Mais Dieu que c'est bon !

Malgré ses quelques passages un tantinet fâcheux (ou complètement casse-couilles.) Outlast 2 pose la barre très haut dans le genre horrifique. Oui ça fait peur, oui c'est gore, sale, complétement abusé en litre d'hémoglobine et de sueur sur ton front, et l'effet de Caméra nocturne fonctionne plus que jamais dans ce volet. C'est bien simple, dans le noir et seul, il y a de forte chance pour que vous soyez tendu comme rarement. Car contrairement a (L'excellent) RE7, votre personnage est une véritable proie sur pattes, avec comme seul arme...une caméra. Il va donc falloir la jouer fine, parce que ici, point de fusil a pompes, juste vous, beaucoup de morts, des "Hallucinations" inquiétantes et une secte prête pour la fin du monde et l'arrivée de l'antéchrist. Rien que ça.
Ajouté a ça quelques sequences qui fonctionnent vraiment très bien, une durée de vie correcte (Environ 8h, ça dépendra beaucoup de la difficulté choisis et de vos talents de fuyard.) et vous obtenez un jeu que tout fan du genre se doit de posséder.

Peut-être plus maladroit que le premier dans une certaine mesure, le jeu n'en reste pas moins très intéressant une fois toutes les clés du scenarios en main, et fait de ce Outlast 2 un jeu moins bourrin qu'il ne l'est réellement dans son message de fin.
Comme quoi, Red Barrels aime tromper le joueur, sauf sur la marchandise.

Les plus

  • Une ambiance hyper efficace
  • Le stress constant
  • une histoire prenante
  • Pas mal de scènes efficaces
  • Le diable se cache dans les détails.
  • Un mindfuck qui fonctionne.

Les moins.

  • Le Die & Retry, pas vraiment a sa place.
  • Parfois on aimerait souffler un peu.
  • Un scenario qui demande d'avoir fait les épisodes précédent pour une compréhension totale.
  • 8h de ramassis sur Jésus et sa clique, faut pas s'écœurer facilement des églises.
Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1172 fois
6 apprécient · 3 n'apprécient pas

Psykokilla_V3 a ajouté ce jeu à 2 listes Outlast 2

Autres actions de Psykokilla_V3 Outlast 2