PUBG, cette nouvelle drogue venue de corée.

Avis sur PUBG: Battlegrounds sur PC

Avatar Dove
Test publié par le
Version PC

Péhubégé ?

Pubg, c’est battle royale, c’est 100 types parachutés sur une île, bite et couteau à la main (sans le couteau), qui vont devoir se chicorer avec les moyens du bord. Une zone qui se referme progressivement sur la carte oblige les joueurs à se rapprocher les uns des autres jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un survivant (ou une équipe) qui aura, en guise de récompense, un savoureux poulet.

Un jeu qui nous prend pas pour des cons

Ça commence à devenir une denrée rare, ces jeux qui ne nous prennent pas trop par la main, avec une courbe de progression énorme. Pas de care package, pas de soins automatique, pas de revive quand on est mort.

L’apprentissage est long : il faut connaitres les (grandes) cartes, les armes, les différents accessoires, gérer son inventaire, looter rapidement, savoir utiliser la map, donner les bonnes indications et bien communiquer, savoir quand se cacher et quand attaquer…
Le nombre d’aspects différents à pratiquer et apprendre pourrait en rebuter plus d’un mais ceux qui s’accrochent découvriront un jeu avec un potentiel de progression (et de fun) énorme.

A côté de ça, il faut également une bonne grosse dose de skill. Le Gunplay est surement un des aspects les plus intéressants de ce jeu. Chaque arme a sa particularité et il est impératif de connaître leur fonctionnement et leur recul. Les balles ont une trajectoires crédible (et partent bien du canon et non du pointeur comme dans la majorité des FPS) et chaque type de munition aura une vélocité différente.

Maîtriser son arsenal et avoir une bonne communication avec son équipe peut résulter à des fights mémorables, intense et fun.

Un jeu pas tout à fait fini

Pubg est encore en chantier. Malgré sa sortie d’early access il y’a huit mois le jeu n’est pas encore totalement abouti. Les bugs ont déjà majoritairement disparus, mais le plus ennuyeux est que persiste ces problèmes de serveur et netcode (lag, désync, rubberbanding) présent depuis le début.
Un bon gros taf a été réalisé également sur la suppression des cheateurs. Il y’en a toujours, mais leur nouveau soft anti triche a l’air efficace et on croise des tricheurs que très rarement dorénavant.

Il reste du taf, mais quand on voit les progrès du jeu en l’espace de un an, on ne peut que se sentir confiant pour l’avenir.
Les développeurs sont au taquet, ils sont efficaces et à l’écoute.
J’insiste sur ce dernier point car c’est assez rare de voir des devs prendre en considération les remarques des joueurs, et c’est généralement ce qui fait la différence entre un bon et un mauvais studio (coucou EA).
Ils ont une poule (un poulet ?) aux œufs d’or dans les mains, je les vois mal abandonner le projet en l’état.

Pubg, c’est bg

Le jeu se moque des derniers effets à la mode qu’on pourra trouver des les jeux AAA type Battlefield qui ne seraient ici pas du tout adaptés et rendraient le jeu totalement illisible.
Là c’est propre, net, carré, sans fioritures.
Le bestiau affiche tout de même 100 personnes, sur une map de 8x8km, je trouve la performance assez remarquable, d’autant qu’il est encore loin d’être complètement optimisé à l’heure actuelle.
Tous taquets poussés au maximum dans les paramètres, le jeu est même carrément beau gosse mais ne tournera sur presque aucune config actuelle.

Ce qu’on pourrait lui reprocher, c’est son manque de variété. Les bâtiments copié collé un peu partout sur la map. Quelques soucis de level design.

D’autant que le jeu se démarque sur un autre point très important : le son.

Le sound design est assez remarquable (bien qu’encore perfectible sur certains points).
Le son des armes et leur spatialisation est juste parfaite. On peut repérer un ennemi à 300m (voire davantage), connaitre sa localisation, l’arme qu’il a utilisée. On entendra précisément la détonation, le sifflement de la balle ainsi que l’impact.
On a encore quelques soucis en terme des volumes, mais la plupart des sons ont été réétalonnés et spatialisés correctement.

Le E-Sport

Depuis sa sortie, le jeu est présent sur plein de scènes compétitives. On en a déjà bouffé un paquet alors que le jeu est tout de même encore peu “E-sport ready”.
On sait qu’un jeu qui arrive à percer sur la scène compétitive est un jeu qui a des chances de vivre un bon moment.

Là ou on peut se poser des questions, c’est sur sa légitimité à se présenter comme un jeu taillé pour le E-sport (même si on omet ses soucis de stabilité).

Car en effet, le sport en général ne laisse pas trop sa place au hasard. Si on regarde de plus près les jeux qui ont percés dans le domaine, à savoir Counter Strike, Starcraft, Dota, League of Legends, Fifa, etc…
Tous ces jeux ont pour point commun de ne laisser aucune place à l’erreur, très peu de place au hasard. Tous les joueurs démarrent sur un même pied d’égalité. Aucun joueur ne doit être avantagé de quelque manière que ce soit. Et ça parait logique. Un affrontement est censé opposer les joueurs de la manière la plus égalitaire qui soit, c’est le seul moyen de déterminer un vrai vainqueur. Un joueur (ou une équipe) qui a vraiment mieux performé que les autres.

C’est pareil pour le sport (sans E devant). A ma connaissance, le hasard n’a sa place dans aucun sport physique. Les affrontements sont toujours totalement symétriques.

Alors PUBG fait figure d’Ovni, avec sa table de loot aléatoire, ses zones rouges, la zone bleue qui peut clairement avantager une équipe au détriment d’une autre. Voir un sport avec une part aussi importante de chatte, je crois bien que c’est du jamais vu.

D'où mon interrogation sur la viabilité du jeu sur la scène E-sport.

Mais là ou ce jeu pourrait se démarquer de la concurrence selon moi, c’est du point de vue des spectateurs. Car PUBG est fun à regarder. Il repose sur des mécanismes simple à comprendre pour un novice (ça reste du battle royale après tout). Le jeu est difficile à maîtriser, mais facile à comprendre.
Il pourrait toucher un nouveau public. Un public par forcément intéressé par les jeux vidéos. Allez mettre quelqu’un qui n’a jamais joué à Dota devant un match pro. Il va être totalement largué au bout de 30 secondes.
Là, quelqu’un qui n’a jamais joué n’aura aucun problème à suivre une partie, et pourra même prendre du plaisir à la regarder.

Tout reposera sur le taf des cameramen et des commentateurs, et ça risque d’être compliqué. Le boulot et l'expérience requise pour arriver à placer la caméra au bon endroit, au bon moment quand on parle d’un jeu où s’affrontent 100 joueurs semble titanesque...

Tout ceci me parait bien compliqué, mais l’enjeu est de taille. Si PUBG arrive à percer, il pourrait bien recruter un tout nouveau type de spectateurs. Ceux qui ne bitent rien aux jeux vidéos. Et c’est pas rien.

Du coup c’est bien ?

Pubg se fait chier sur la gueule depuis sa sortie. A une époque, c’était compréhensible et pardonnable. Le jeu était bourré de bugs, il ramait, lagguait et pouvait rendre l’expérience bien déplaisante.
Maintenant j’ai envie de dire “on ne peut pas plaire à tout le monde”. Le jeu thrust le top des ventes sur steam depuis quasiment 20 mois, il s’en serait vendu plus de 50 millions de copies rien que sur PC. On a toujours quotidiennement plus d’un million de joueurs uniques sur Steam. Bref, il établi des records pour un jeu multi payant. Forcément dans une masse de joueurs aussi importantes, on a toujours une forte part de déçus.
Rajoutons à ça la difficulté d’accès du titre et le niveau des joueurs actuels qui peut rendre l'expérience assez déconcertante pour les nouveaux venus.

Difficile d’accès car il demande pas mal de skill et de connaissance, mais ceux qui auront la patience d’apprendre à le dompter auront à coup sûr un gros gros kif.

Il n’en reste que c’est probablement mon expérience la plus fun à ce jour en multijoueur. Je lui pardonne bien volontiers tous ses petits défauts tellement il est complet et généreux.
Atteindre l'objectif final d'être le dernier survivant demande de la concentration, de la reflexion, du teamplay, et mettra pas mal de vos sens à rudes épreuves. Les pics d'adrénaline quand on est proche de la victoire est une sensation qui ne s'estompe pas au fil des parties (attention au palpitant, c'est pas pour les cardiaques). Et la victoire est toujours un grand moment, bien plus que dans n'importe quel autre FPS multi auquel j'ai pu jouer.

Pubg, c'est une drogue dure. Quand on commence à s'y habituer, difficile de lâcher. A consommer idéalement avec un, deux ou trois amis.

PS : Cette critique vaut pour la version PC uniquement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 195 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Dove PUBG: Battlegrounds