Duels matins, midis et soirs. Et la nuit aussi. | Altair-eco

Avis sur Pokémon Colosseum sur GameCube

Avatar P911Magazine
Test publié par le
Version GameCube

Pokémon Colosseum c’est, avec Pokémon XD, un jeu pour lequel j’ai du attendre pas loin de 12 ans avant de pouvoir y jouer. 12 ans à guetter la moindre occasion pour acheter ce fichu jeu. D’ailleurs c’est bien simple, j’ai gardé ma Gamecube dans cette seule optique. Et pour Pandora Tomorrow aussi. Et The Windwaker. Mais je m’égare.
Alors forcément, à force d’attendre, on a tendance à sacraliser l’objet d’une telle frustration. C’est de cette manière que l’on arrive à en attendre beaucoup plus que ce que le jeu vaut réellement, entraînant ainsi une forte déception.

Ce qui n’est pas le cas ici. Pas tout à fait.

Dès sa sortie, j’ai su que ce truc allait être une perle. Une occupation qui me prendrait de nombreuses heures. Après tout j’adore Pokémon, et j’adore les duels de dresseurs. Et que dire de Mentali et Noctali…
C’est donc avec une émotion non dissimulée que j’ai inséré le micro-disque dans la console, et que j’ai lancé Pokémon Colosseum. Et le premier mot que j’ai décroché après la courte introduction et le premier combat de mise en bouche fût “Awesooooooome…!”

Déjà, premier gros point positif, notre héros n’est pas spécialement gentil. Il faisait partie de la Team Snatch, bande de malfrats la plus crainte du coin. Jusqu’à ce que sa conscience le rattrape et qu’il décide de dérober une magnifique pièce de technologie ayant forgée la réputation de la dîte bande. Cette pièce, c’est le Snatcheur. Un brassard/gantelet permettant, une fois chargé avec un ball, de capturer les pokémons des dresseurs adverses. Rompant ainsi le lien dresseur/pokémon.
Cette décision de piétiner la sacro-sainte règle bien pratique des versions cartouches est plutôt osée, et je me dois de la saluer. Et franchement, si les gens n’aimaient pas braver les interdits dans les jeux vidéos, les opus tel que GTA, NFS ou encore Payday n’auraient pas le succès qu’ils ont aujourd’hui.

Deuxième gros point positif : on n’enlève pas seulement les pokémons mais aussi les jeunes filles. Surtout une, Ysabel. Bon dis comme ça, je me rend compte que cela peut être mal interprété alors je vais préciser.

Ici, nous avons clairement affaire à un univers un peu plus adulte que les bisounours auxquels nous sommes habitués. En quelques minutes de jeu, on voit du vol à plus ou moins grands fracas et du kidnapping. Deux infractions plus que majeures. Bon il est vrai que depuis la 3G, les Teams versent dans le crime contre l’humanité. Mais on se rend moins compte de l’importance de leurs actes, précisément parce que l’on a naturellement plus de difficulté à voir le tableau sous un grand angle. Ici, ce sont des actes plus “faibles” mais auxquels on s’identifie plus facilement.

Bref, pour en revenir à l’enlèvement d’Ysabel que je n’ai toujours pas clarifié, je me dois de faire le point sur un élément important de l’histoire. Les pokémons Obscurs. Je vous passe les détails quant au pourquoi et au comment, il est préférable de le découvrir soit-même. Mais je peux tout de même vous dire qu’il s’agit de Pokémons dont l’aura a été modifiée pour les rendre plus agressifs et ainsi plus violents. A priori certains s’en prendraient même aux dresseurs. Et la particularité de la rouquine, c’est qu’elle a la capacité naturelle de voir cette fameuse aura sombre. Alors forcément, cela contrarie particulièrement les plans du groupe à l’origine des Obscurs. D’ou l’enlèvement.
Encore une fois, ce n’est pas dans les versions cartouches que l’on verrait ça. Sauf erreur de ma part, pas une seule fois un humain n’a été ciblé par une quelconque organisation. Enfin il y a bien les personnages agées habituellement gardiennes de tel ou tel gemme censée contrôler tel ou tel pokémon légendaire. Mais en général les Teams se contentent de les intimider au sommet d’une tour. Pas de les enlever dans un sac.

Du coup, Ysabel nous est reconnaissante et voit en nous une bonne personne. Elle décide donc de nous suivre. Et qui dit compagnon…
On ne compte plus les jeux avec des followers qui nous tapent sur le système soit à parler pour ne rien dire soit à se bloquer dans le décor. Ici, la tare d’Ysabel (outre son expression absolument terrifiante quant elle repère un pokémon Obscur) et qu’elle nous suit. Mais tellement bien que dans des couloirs étroits elle nous bloque carrément le passage. Alors on peut bien la pousser mais parfois il faudra aller jusqu’à un agrandissement du couloir pour pouvoir faire demi-tour.

Puisque l’on est partit dans les défauts, parlons des trop longues mais nécessaires séances d’entrainement. Comme on peut prendre les pokémons d’autrui, les sauvages ont donc été retirés. Exit les hautes herbes, et bonjour les Colisées. Attendez vous à devoir en enchaîner des dizaines et des dizaines. La première série pour ouvrir peu à peu la conscience des pokémons obscurs, et la seconde pour rattraper le retard d’expérience prit par ces mêmes bestioles. Heureusement que l’on gagne en général une conquête somme d’argent en récompense, ce qui nous permet d’acheter foison de balls et de médicaments.

Mais je vous vois venir. N’espèrez pas voler tous les pokémons que vous croiserez. Seuls les Obscurs seront capturables. Pour les autres, Ysabel vous en empêchera. Du coup cela limite considérablement le choix, et rend difficile la constitution d’une équipe équilibrée. Heureusement que les deux starters (parce que oui, les duels seront exclusivement en 2vs2) sont puissants –surtout Mentali. Les experts savent qu’il a une excellente Attaque Spéciale– et qu’on rencontre assez rapidement des bourrins. Cela fini ainsi rapidement en équipe axée sur la force brute et la vitesse. C’est suffisant pour finir le jeu tranquillement, mais les adeptes de stratégie seront malheureux. Les objets indispensables tels que les restes ou le bandeau choix sont par contre présent, mais à un prix exorbitant à la boutique du Mont Bataille. Accomplir deux fois d’affilés le Mont (soit 200 combats) vous permettra d’acheter un objet et demie. Cool hein ? Et je ne parle pas des CT. Laser Glace par exemple. Eh bien c’est ici qu’on la trouve.

Pour finir, je dirais que nous n’avions pas eu de jeu pokémon en 3D comme ça depuis Stadium sur N64. Et franchement, c’est cool. Surtout que le jeu a très bien vieillit. Les animations sont propres bien qu’un peu longuet parfois. En séance de boucle de Colisée surtout. On soulignera juste les déplacements et positions ridicule des personnages en combat. Surtout le héros. Un de ses ancêtres devaient être un Airmure passionné par les avions à réaction. Cela expliquerait également les cheveux gris.

Bref, c’est un très bon jeu. Je ne regrette pas les années d’attente. Perdre un Colisée uniquement parce que mon équipe entière s’est faite décimée à cause d’une série de confusions qui m’a empêché de placer ne serait-ce qu’un Morsure, et ce avec cinq levels de plus que l’ennemi, est incroyablement énervant, c’est vrai. Mais je ne regrette quand même pas l’achat.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 341 fois
1 apprécie

Autres actions de P911Magazine Pokémon Colosseum