La vie de Red.

Avis sur Pokémon Rouge sur Game Boy

Avatar Théo Altman
Test publié par le
Version Game Boy

Vous pensiez que Pokémon Rouge était le meilleur jeu de tous les temps? Ou au moins le meilleur jeu de la Gameboy? Vous n'êtes pas au bout de vos surprises. Pokémon est vicieux, salaud et traumatisant.

Pour commencer, voici ce que tout le monde retient de Pokemon Rouge (et Bleu bien sur) après l'avoir fini :
- Red ("Sacha") est un badass, il se réveille à la bonne heure pour avoir un vrai starter et non pas Pikachu et extermine tous les dresseurs qui lui barrent la route.
- Blue ("Regis") est un enfoiré fini, qui vous traite constamment de minable, tu sais même pas pourquoi.
- Mewtow est puissant et fascinant.
- Avoir les 150 Pokemon, ça c'est une vraie aventure.

Maintenant restituons clairement les choses. Pokemon était dans notre enfance, vous savez, cette enfance ou vous ne vous demandez pas pourquoi untel à pas une papa ou une maman, pourquoi il n'y a que des jeunots, des vieillards dans Kanto et une toute petite poignée d'adulte.C'est très simple. Si Pokemon parle en surface d'amitié, de combat et d'amour pour ses petits Pokemon, la trame de fond est complètement glauque. On commence avec Bourg Palette...

Un drôle de type, le Pr. Chen vous réveille et vous demande votre nom, vous êtes réduit à l'état de tout p'tit bonhomme et vous vous retrouvez dans votre toute petite maison. Tellement petite que votre mère vit dans la cuisine. Vous êtes seul à l'étage. Vous n'avez même pas de père. Vous faites vite la connaissance de Blue votre rival depuis votre plus tendre enfance. Qui est le petit fils du Prof. Chen, qui ne se souvient même pas de son nom... Blue vit avec sa soeur et n'a strictement aucun parent. Son rêve est de devenir le meilleur dresseur de tous les temps. Je vous vois déjà rire méchamment et vous rappelle qu'il à 10 ans (et pas de parents). Son grand père l'apprécie tellement qu'il vous laisse choisir votre Pokemon en premier. Quand Blue se sent légèrement humilié et oublié (alors qu'il attend dans le labo depuis des lustres), son grand père l'invite cordialement à aller se faire voir. Ambiance.

Le premier combat commence. Vous mettez bien sur une branlée à Blue, parce que vous avez récupéré la potion dans le PC. Celui ci, encore plus humilié, s'en va devenir le meilleur. Il ne lui reste plus que sa sœur qui ne consent même pas à lui donner l'exclusivité de la carte malgré sa demande. Elle en rit même jaune en vous délivrant le parchemin. Ambiance. Vous êtes dores-et-déjà le chouchou de tout le village. Courez-donc voir votre mère pour lui dire en revoir, elle ne fait que radoter, affalée sur la table de la cuisine. Ambiance. L'aventure ne fait que commencer, et c'est déjà louche.

Vous rencontrez ensuite de nombreux gamins laissés pour compte qui vous interpellent dès que vous croisez le regard. Une fois que vous les envoyer mordre la poussière, ils vous délivrent une certaine somme d'argent, dont on apprendra l'origine quelque temps plus tard. Vous croisez également un homme complètement bourré, affalé le long de la route. Traversez une forêt et arrivez à Argenta. Lorsque vous tenter de continuer votre quête sur la droite, un boy-scout désœuvré et déséquilibré vous reconduira devant l’Arène. Infiniment. Ambiance. Pour votre premier combat contre un champion, grosse surprise, c'est un gamin, tout au plus de deux ans votre aîné. Il vous invite à respecter son autorité. Une fois battu, le boy-scout vous laisse passer.

Il se passe ensuite plein de choses anodine (vous traversez une grotte, arrivez à Azuria, mettez une branlée à tout le monde, etc...).
Vous rencontrez notamment la Team rocket, contre laquelle la police envoie le nombre incroyable de 1 enquêteur qui ne pensera même pas à traverser la maison cambriolée pour affronter le vilain sbire. Vous comprenez rapidement que Kanto est une zone de non droit, où l'autorité fédérale est complètement absente. Vous arrivez à Carmin-Sur-Mer, grimpez à bord du Saint-Anne, bateau de luxe rempli de personnes ivres qui vous affrontent incessamment. Vous croisez votre rival, prêt à en découdre. il dispose dans son équipe d'un Rattatac. Plus pour très longtemps, en effet, à l'issu de ce combat, vous ne le reverrez plus jamais. L'explication arrive ensuite. Après que le capitaine du navire dont vous massez le dos (car il à le mal de mer) vous offre la capacité spéciale Coupe, vous vous arrêtez un moment et comprenez sans trop de peine qu'il n'a pas grand chose à faire là (un vieux qui à le mal de mer est capitaine?!?). Vous réalisez à nouveau que vous n'avez croisé qu'un nombre très limité d'adultes dans l'aventure.

Et au début du combat contre le premier champion d'arène majeur (d'environ 35 années), Major Bob (gradé de l'armée), il vous dit : "Hé, gamin ! Tu fais quoi là ? Tu ne résisterais pas longtemps en temps de guerre ! Je vais te dire, mes Pokémon Électriques m'ont sauvé la vie ! Et ouais ! Ils ont paralysé mes ennemis avec leurs éclairs ! Une vraie boucherie ! Y va t'arriver la même chose ! Compte tes dents ! Tu vas morfler !". "En temps de guerre"... "Une vraie boucherie", "paralysés mes ennemis"... Vous vous rappelez du fait que vous n'avez qu'une mère complètement gage qui vit dans une cuisine, que Blue est disons, orphelin et qu'il n'y a pratiquement aucun adulte dans tout le jeu, sauf un militaire hyper costaud. Et là c'est le drame, et, oui. Avant que vous partiez à l'aventure, il y a eu une guerre qui a décimé une énorme partie de la population. Laissant toute une génération désœuvré qui arpentent les routes avec pour seul finance le testament de leurs parents, tentent de survivre tant bien que mal à toute cette horreur.

Votre esprit n'est pas encore tout à fait retourné. Mais vous allez bientôt arriver dans l'endroit le plus glauque de Pokemon. Lavanville. Une ville où il n'y a strictement rien sinon... une énorme tour qui sert de cimetière au Pokémon. Vous y croisez d'ailleurs Blue, qui vous ne vous avoueras jamais ce qu'il faisait là. Vous le comprenez très vite, il vient d'y enterrer son Rattatac, qui n'est plus dans son équipe, bien que celle-ci ne soit pas pleine. Vous pensiez Blue une enflure, mais en fait c'est vous : Lui qui n'a rien dans sa vie sinon de pouvoir devenir le meilleur dresseur Pokemon, vous allez mettre un barrage à tous ses rêves, tout ce qui lui reste comme raison de vivre.

C'est ainsi qu'après avoir découvert l'élaboration d'un Mewtwo, réelle arme de guerre alliant gène de Pokemon et d'humain, mis une pâtée monumentale au conseils des 4, aristocratie suprême qui semble très éloignée des soucis de Kanto (pas une seule intervention contre la Team Rocket), que vous affrontez votre rival pour la dernière fois et aller réduire à néant son plus grand rêve, qui n'est peut être finalement rien d'autre que celui d'être reconnu par son grand-père. En effet, celui-ci, une fois que vous avez battu Blue, débarque avec du retard, et blâme ce dernier. Vous avancez tous deux vers la salle ultime, laissant Blue là où il est : à la fois si près de la gloire, mais également si loin, puisque celle-ci lui sera à jamais inaccessible.

C'est ainsi que se termine Pokemon. Ce merveilleux jeu pour enfant.

PS Bonus : Red ne se remettra jamais de ( la mort de son père / du sort qu'il a réservé à Blue / de la folie laconique de sa mère / Ce que vous voulez ) et ira s'exiler tout en haut du mont couronné. Pour toujours.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 896 fois
5 apprécient

Autres actions de Théo Altman Pokémon Rouge