Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Avis sur

Resident Evil 2 sur PC

Avatar val990
Test publié par le
Version PC

Resident Evil 2 nous compte l'histoire de Léon S Kennedy et Claire Redfield, qui ont visiblement mal choisi leur moment pour débarquer dans la ville de Raccoon City. S'en suivra course pour la survie et sauvetage du monde face à la vilaine corporation du parapluie.

Je n'ai pas joué à l'épisode original, alors je ne vais pas comparer avec ce dernier. On peut découper le jeu en deux parties: celle du commissariat et le reste, un tantinet plus linéaire. Quand Resident Evil 7 s'effondrait pour moi une fois sorti du manoir, RE 2 parvient à maintenir le cap, même si sa deuxième partie reste un peu plus faible. Déjà parce que le jeu fait un super boulot pour maintenir la tension dans le commissariat; on apprend à connaitre les lieux en explorant le commissariat, on identifie les passages plus ou moins dangereux, on finit par connaître les itinéraires, et quand on connaît bien l'espace, le jeu nous envoie les lickers, mais surtout le Tyran, là pour vous bloquer le passage et vous mettre la pression plus que pour vous tuer (il n'est pas une grande menace en soit, il est relativement simple à fuir), et vous forcer à emprunter d'autres chemins, une belle manière de maintenir le commissariat comme endroit hostile malgré vos connaissances tout en mettant à contribution ces dernières, que qui est plus malin et intéressant que de vous rebalancer des zombies à la tronche toutes les 10 minutes (le tyran n'est pas parfait, il ne peut entrer partout et son IA a des faiblesses, mais ça marche plutôt bien la plupart du temps). Mais des zombies, il en faut quand même, car traverser et retraverser les couloirs avec une menace éliminée la première fois ferait perdre toute la tension. D'où ces zombis très résistants que vous serez incapables de complètement éradiquer. S'il est tout à fait possible de les tuer définitivement grâce à une balle d'arme plus lourde que votre pétoire de base, le manque de munitions vous poussera à viser les jambes pour la leur couper et ainsi les rendre bien moins dangereux, ou bien tenter l'esquive. Donc pour moi la résistance des zombis et le fait que chaque manœuvre offensive ait un coût dans des ressources limitées ne sont pas des problèmes mais des éléments qui font toute la tension de Resident Evil 2. Le level design du commissariat est particulièrement réussi, mais vous l'aurez compris, faut pas être allergique au backtracking (généralement c'est pas mon truc, mais là ça passe bien), le jeu vous demandant souvent d'aller trouver un truc pour ouvrir un machin histoire de débloquer un item pour ouvrir une porte. On retrouve le système des vieux jeux d'horreurs, mais on note quand même un effort de cohérence, on nous demande pas des trucs complètement fumés (ça reste assez tiré par les cheveux des fois, comme trouver un truc pour déplacer une bibiothèque alors qu'il suffirait de sauter un vide de 30cm). Les zones suivantes font aussi appel au backtracking mais n'auront pas autant de chemins alternatifs, d'où leur aspect moins intéressant (le Tyran n'apparaitra d'ailleurs que de manière sporadique dans ces zones). Cette seconde partie reste néanmoins très cool grâce aux autres éléments susmentionnés et au gameplay solide du titre (la visée est faite intelligemment pour servir le jeu et les déplacements fonctionnent très bien, les sensations de tir sont là,...), l'intérêt ne disparaît pas. Y a aussi de la gestion d'inventaire, d'habitude je trouve ça chiant et inutilement frustrant, et là, bah je trouve ça chiant et inutilement frustrant. Mais c'est pas la fin du monde.

La technique du jeu défonce pas mal et aide vraiment à asseoir une ambiance oppressante, avec de superbes effets de lumières et de pluie, et du gore bien cradingue. Si la musique reste dans le fond la plupart du temps, elle est dans le ton et sert très bien le jeu, et quand elle se fait plus présente, ça marche encore mieux, avec des thèmes très réussis. Le sound design est aussi excellent. La DA du commissariat est très réussie et participe grandement au charme du jeu. Les deux autres zones sont moins intéressantes. Le labo passe pas trop mal, mais les égouts,... Bah c'est des égouts, paie ton décor de merde. Après c'est pas les pires égouts du monde, et c'est un remake, donc on peut pas trop jeter la pierre aux développeurs. La zone inédite du jeu est sympathique bien qu'on y reste un quart d'heures à tout casser.

Le fond du scenar n'a, à ce que j'ai compris, pas bougé, et c'est très RE: dans vilaines corporations, des virus transformant les gens en super mutants et des héros héroïques pour arrêter tout ça, c'est très série Z et plutôt con, mais c'est assumé, je ne pense pas que qui que ce soit dans la team de dev était dupe et pensait écrire du shakespeare, ce qui fait que le jeu ne prend jamais de grands airs. Le fond est donc un peu débile, mais la forme est vraiment correcte: les cinématiques sont bien foutues, les doublages sont convaincants (même en VF), et se paie même le luxe de quelques scènes vraiment réussies, avant de revenir au complots d'Umbrella et aux scènes bien clichouillardes. Au final, ça se laisse suivre sans déplaisir, mais faut pas être allergique aux persos unidimensionnels et aux répliques à la con.

Le jeu se boucle une première fois en 5-6 heures, mais on nous a promis une aventure complètement différente avec l'autre personnage jouable. C'est ma foi assez faux: une ou deux scènes inédites, un scénar différent et basta, les énigmes et placements d'ennemis sont les mêmes, ce qui met en plus la cohérence au chiottes, l'une des campagnes se déroulant après l'autre (bizarre alors de défoncer le même mur ou de fumer le même boss). Reste le scénar différent (c'est toujours ça), mais surtout la possibilité de faire l'aventure avec des pétoires différentes, ce qui est plutôt sympa, même si on est loin de la campagne supplémentaire promise. On est pas mal poussé à refaire le jeu, pour le faire en hardcore (ce qui change pas mal le trip), ou pour atteindre le rang S afin de débloquer des bonus sympas comme des flingues à munitions illimités (dommage que le rang ne soit dépendant que du temps effectué par contre). On a aussi droit à des missions supplémentaires, "4th survivor" (que j'adore) et "tofu survivor", de très chouettes missions bien tendues, même si assez courtes. Au final, le jeu sait capitaliser sur son contenu et s'avère relativement généreux malgré sa courte durée de vie initiale et sa fausse deuxième campagne. Dommage cependant que les costumes supplémentaires soient payants, c'est le genre de petit truc que j'aurais aimé avoir en bonus déblocable. Après, c'est pas du "vrai" contenu, donc ça va, mais ça reste un peu chiant, surtout au prix auxquels ils sont proposés.

Pour moi, Resident Evil 2 est le meilleur de la franchise depuis le 4. S'il se prend de temps en temps les pieds dans le tapis, souvent à cause de son statut de remake d'ailleurs (un peu dommage qu'on doive faire un remake pour intéresser autant les foules sur un jeu solo pas open world ni jeu-service, mais bon), il réussi parfaitement son entreprise: nous plonger dans le cauchemar du début à la fin de l'aventure. S'il ne m'a pas fait peur à proprement parler (je suis pas vraiment réceptif à la peur dans la fiction), son gameplay et son rythme savamment dosé ont maintenu la tension et l'immersion tout le long de l'aventure, ce qu'au final assez peu de survival horror ont réussi à faire. Et son scénario nanardesque et ses quelques errances (dont des boss pas dingos) ne font que peu d'ombre au tableau.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 35 fois
1 apprécie

val990 a ajouté ce jeu à 1 liste Resident Evil 2

Autres actions de val990 Resident Evil 2