Premier Jour

Avis sur Resident Evil 2 sur PC

Avatar Eddy Baker
Test publié par le
Version PC

Un jeu qui sait optimiser son talent. Tout est calculé, rien n'est laissé au hasard.

Le beau monument qu'est la licence Resident Evil a eu droit à plusieurs coups de pinceaux ces dernières années. En dehors de quelques portages HD très anecdotiques, on nous a tout de même gâté avec son "Remaster" du premier opus de la saga. Le même jeu qu'en 1996, mais des graphismes retravaillés (et pas salement étiré...) ainsi que quelques nouveautés de level design. Cela m'avait suffit très franchement, l'expérience de jeu restait plaisante et fidèle à sa source, que demander de plus ?

Resident Evil 2 prend une route différente de son prédécesseur. Il veut faire son propre jeu, un remake indépendant, ayant une place légitime parmi les Tops de la saga. La prise en main se fera grâce aux codes de jeu d'action qu'a mis en place Resident Evil 4. Fini les caméras fixes, une vue TPS et une visée dynamique avec curseur. Le jeu veut vous impliquer dans ce que vous regardez ou visez, de cette manière, vous contemplerez un visuel maîtrisé ainsi qu'une ambiance synonyme de perfection. Dieu que c'est splendide. Ce n'est pas le plus beau jeu que vous ayez vu de votre vie, ni même le plus beau de cette simple année, mais CAPCOM est malin, CAPCOM est connaisseur. Que cela aille du moindre détail graphique en passant par toutes les animations, on sait diriger votre regard exactement là où il faut, exactement quand il le faut. Grace à un HUD plutôt timide, toute la surface de l’écran sera consacré à la mise en abîme. Je prends pour exemple n'importe quelle séquence où vous serez plongé dans la pénombre, muni de votre simple lampe torche. Combinez à cela, les bruitages divers et variés qui vous ferons douter sur ce qui se trouve derrière la prochaine porte, le fait de faire des aller retour devant un cadavre qui selon vous sert de décor pour se rendre compte au 10ème passage qu'il n'est plus là, les différents jeux de lumières et d'ombres qui peuvent rendre parano, et vous obtiendrez une ambiance de maître, un environnement dans lequel vous allez adorer (et détester) vous balader.

La prise en main est donc différente, mais le principe reste le même, et la difficulté n'est pas atténuée pour autant. Il suffit de constater la délicatesse de la visée, sans oublier l'imprévisibilité des mouvements des mobs. Munitions et soins, qui vous paraîtront offert en début de jeu, viendrons très vite à manquer. Il y a donc de quoi être prudent, et cela renforce votre implication dans le monde que vous explorez, car en avançant plus lentement on prend d'avantage de temps pour observer et contempler. CAPCOM est un studio mature, il maîtrise ses timings. Il connait votre niveau de tension et votre état d'esprit à chaque instant. De ce fait, il saura placer à des moments clefs des difficultés supplémentaires histoire de vous faire paniquer. Le personnage de Mr.X est admirablement bien conçu et diablement efficace (en 1998 comme en 2019). Les moments précis où il fait son apparition, les bruits de pas qui résonne sur 3 étages, le fait qu'il ne vous lâche pas d'une semelle ce qui vous oblige à vous presser dans des zones où vous auriez préféré ne pas l'être au risque de rameter des lickers... Ce colosse invincible m'a offert de magnifique scènes de tensions.

Resident Evil 2 c'est une infinités de détails qui, une fois associés, donne une expérience unique. Un blockbuster du Survival-Horror, à faire, et à refaire. Moi je m'en vais tester le mode "Hardcore" et le mode "Scénario Bis".

[EDIT 14/02/19] SCENARIO BIS ET MODE HARDCORE

CAPCOM ne nous prend vraiment pas pour des pigeons. Je m'attendais à une repompe simple du scénario de base en un peu plus corsé, c'est en fait beaucoup plus subtil que ça. Comme expliqué plus haut, le jeu vous connait, il sait comment vous appréhendez les différentes phases du jeu. Dans cette nouvelle partie, vous aurez donc affaire à un environnement qui ne cessera de vous rappeler vos traumatismes. Encore mieux, le jeu exploitera à merveille les pièces et couloirs dans lesquels vous vous sentiez en sécurité, ou au contraire pas très serein. Grace à cela, et malgré les environnements quasi identiques, l'incertitude de la seconde partie vous collera autant aux tripes que durant la première. Ajoutez à cela un final qui n'aura pas fini de vous pousser à bout, et vous obtenez un jeu solo qui se fout pas de votre gueule.

Si vous aimez les défis, ayez le cran de faire le "Scénario Bis" en mode "Hardcore" (si ce n'était pas déjà fais pour le premier). Moi je m'en vais faire le "Scénario Bis Bis", et après cela le mode "4th Survivor".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 60 fois
3 apprécient

Eddy Baker a ajouté ce jeu à 3 listes Resident Evil 2

Autres actions de Eddy Baker Resident Evil 2