Beau, rigide et schizophrène

Avis sur Resident Evil 7 sur PlayStation 4

Avatar Alex Dlmr
Test publié par le
Version PlayStation 4

Je dois avouer que je ne comprends pas bien l'enthousiasme inconditionnel de la presse pour Resident Evil 7. Moi aussi, la démo aux faux airs de P.T. m'avait hypé.

Mais le jeu final est bien différent : rigide comme pas permis, avec des boss-fights ultra-scriptés qui enfreignent les règles de gameplay établies par le jeu juste quelques instants plutôt. C'est aussi un cas d'école en termes de dissonance ludo-narrative et de game design aux intentions radicalement contradictoires. D'un côté, le jeu tend vers l'immersion maximale et le (photo)réalisme ; de l'autre, le personnage qu'on incarne (un quidam de base) a des réactions tellement absurdes (voire absentes) face à des évènements ultra-traumatiques que même la suspension d'incrédulité la plus basique est impossible. En sortant de SOMA - qui prête un soin tout particulier à ce point - ça choque d'autant plus.

Sinon, on retrouve vraiment bien le gameplay et le feeling de base d'un Resident Evil old-school, avec simplement une vue à la première personne. Mais là aussi, ce n'est pas sans créer certaines dissonances : incarner un type lourd et pataud avec un champ de vision ultra restreint, c'est bien plus perturbant en vue à la première personne (où, étant donné la caméra, on s'attend à avoir un contrôle bien plus immédiat sur notre avatar) qu'avec une caméra distante type TPS.
Mention particulière tout de même à la mécanique des VHS, franchement bien vue.

Quant à la VR, je n'ai certes pas eu l'occasion d'essayer, mais ça sent le gerbotron 3000 à tous les étages : FOV de base dégueulasse, fluidité sans doute en dessous des 90FPS en VR, perso ultra-lourd etc. Ça doit être marrant 5min pour les jump-scares qui te sautent à la gueule et puis c'est tout.

La critique de NoFrag résume plutôt bien mon sentiment - même si, de manière assez suprenante, elle se termine malgré tout sur une impression plus que positive. J'ai donc isolé ci-dessous les passages qui me semblent les plus révélateurs (fautes d'orthographe incluses ;) :

Tout le jeu semble engoncé dans un moule prévu par les développeurs [...]. On se sent un peu trop spectateur, il n'y a pas de QTE à proprement parlé, mais on avance parce qu'on a fait les choses prévues par Capcom et subir telle interaction où ne peut quasiment rien faire. On doit se mettre la logique du jeu dans la tête et agir en conséquence [...]. Le jeu n'est pas très motivé pour aller au-delà des clichés du genre et la plupart des effets tombent un peu à plat, d'autant plus que ce qui se passe à l'écran n'a pas d'impact émotionnel ou presque [...]. Ethan [...] fait quelques remarques parfois, mais elles sont complètement déconnectées de ce qui se passe à l'écran [...]. Il faut accepter le fait que l'histoire soit stupide, que les réactions des personnages n'aient aucun sens [...]. [Et] c'est plus difficile que [dans les précédents épisodes], parce que là où avant on était en train de voir toutes ses idioties se dérouler à la troisième personne, Resident Evil 7 est un FPS, un genre plus immersif où il faut au moins croire en ce que fait le héros pour ne pas sortir du jeu.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 86 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Alex Dlmr Resident Evil 7