👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Caca, enfant et vieille en fauteuil avec une couche de spoils

Que dire si ce n'est quelle déception.

Si la première partie du jeu m'avait plutôt convaincue avec ses énigmes (bien que faciles), la poursuite constante dans l'immense ferme des Bakers qui fait échos au Manoir de RE1, le côté FPS qui marchait assez bien (surtout en VR mon Dieu !) et le mystère qui planait sur cette nouvelle infection ; la seconde partie m'a laissé un souvenir glaçant, celui d'un échec total.

Une ambiance complètement pourrie dans des décors qui le sont tout autant. Des redits sur des énigmes et des décors mais surtout ! Le fameux caca partout sur les murs dans tous les sens dans les humains les habits la bouffe les insectes ton livre de maths la brosse à dents de papa etc etc.
J'ai rarement souvenir de m'être autant emmerdé sur la fin d'un jeu, et pourtant j'en ai finis des bouses. Mais là tout est naze, les flash-back pétés, la cassette obligatoire du bateau qui est chiante à en crever, les apparitions de la gamine qui ne font pas peur pour un sous, le combat final (est-ce qu'on appeler ça un combat d'ailleurs ?) et l'imitation très réussi par contre de mamie fauteuil en étron.

C'est très dommage, je pense que le jeu aurait eu plus d'impact et aurait été meilleur si on ne nous avait pas sortie une énième fois le coup de l'expérience raté qu'on bouffe à toutes les sauces depuis RE1 dans une nouvelle époque, peut-être que simplement faire quelque chose qui se serait passé en parallèle des événements de Raccoon aurait suffit et qu'à la place des monstres cacas on se serait mangé du bon vieux zombies.

Les montres caca parlons-en d'ailleurs, le bestiaire du jeu est extrêmement pauvre, un seul monstre qu'on duplique une fois avec une grosse main pour te palper les couilles, une fois en mode Golum et une fois en mode gros porc qui te vomis dessus, le classique finalement.
Après est-ce que juste remplacé ces étrons géants par des zombies aurait amélioré le bestiaire ? Non évidemment, mais ça aurait eu le mérite de faire écho aux belles année de la licence.

J'attends bien mieux du prochain, si prochain il y a.

Electromania
4
Écrit par

il y a 5 ans

Resident Evil 7
Choub
8

Survival horror is back

Ma première expérience de survival horror a été le premier resident evil, sur ma saturn, tout seul dans le noir, début collège. Redoutant d'ouvrir chaque porte, sursautant à chaque bruit, j'avais...

Lire la critique

il y a 5 ans

24 j'aime

2

Resident Evil 7
Eurytos
5

Cette critique est 100% jump scare-free.

Approchez, approchez, Mesdames, Messieurs, entrez dans le manoir des horreurs, la maison des mille morts, perdu dans les territoires lointains des apostats sanguinaires ! Aurez-vous l’audace de vous...

Lire la critique

il y a 5 ans

22 j'aime

19

Resident Evil 7
SuicideSnake
4

Un brouillon

Ce n'est pas la joie, pas du tout même. On a une première partie qui est intéressante, on arrive dans la maison, on découvre l'endroit, c'est un peu glauque et malsain, on commence à enquêter et à...

Lire la critique

il y a 5 ans

20 j'aime

4

Warcraft : Le Commencement
Electromania
9

Zog Zog !

Pour cette critique je vais tenter de me détacher le plus possible de ma condition d'ultra fan des jeux Warcraft (STR) et World of Warcraft (MMORPG) et de connaisseur du Lore global de l'Univers. Le...

Lire la critique

il y a 6 ans

3 j'aime

5

Batman v Superman : L'Aube de la Justice
Electromania
10

Snyder et le renouveau des Super-Héros.

Tout d'abord je voudrais préciser que je n'attendais vraiment rien de ce film. Je ne suis pas fan de Comics, les films de Super-Héros m'ont de manière générale complètement gavé, et pourtant j'ai...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime

2

Resident Evil 7
Electromania
4

Caca, enfant et vieille en fauteuil avec une couche de spoils

Que dire si ce n'est quelle déception. Si la première partie du jeu m'avait plutôt convaincue avec ses énigmes (bien que faciles), la poursuite constante dans l'immense ferme des Bakers qui fait...

Lire la critique

il y a 5 ans