Les fesses de Jill Valentine

Avis sur Resident Evil : Revelations sur PC

Avatar Matthew_Horne
Test publié par le
Version PC

Resident Evil : REvelations, c'est comme on peut s'y attendre, un peu de la soupe. En fait c'est cette soupe industrielle pas chère (enfin elle est quand même assez chère des fois...) qu'on achète parce qu'on sait pas cuisiner, qu'on est chômeur, qu'on est surbooké, qu'on est étudiant, qu'on a jamais vu de légumes ailleurs que dans Harvest Moon ou dans une campagne de com' de McDonald's. C'est bon, ou en tout cas, on trouve le moyen de l'apprécier et de s'en contenter. Au fil des années on a tellement été marqué par le gout authentique et si fin du passé, qu'on continue à s'enfiler les simulacres produits en séries. Même si on sait que ça pourrait être tellement mieux, que le packaging-ou en tout cas la promesse de l'éditeur et de la geekosphère- annonçait quelque chose de sacrément intéressant.

Déjà pour commencer, renouveau de la saga? Retour aux sources? Mon cul! C'est cette même soupe que Resident Evil 5. En fait c'est même pire.
Ah on doit parfois faire un aller-retour pour utiliser une clé nouvellement acquise! Le retour des moments d'anthologie de Resident Evil Rebirth, à n'en pas douter. Surtout que l'exploration n'est pas vraiment prégnante à ce RE, le level design est pensé pour qu'on avance en ligne droite sans trop se poser de questions même lors des retours sur des zones précédentes. Du coup, on (je) a presque l'illusion d'explorer et de faire un véritable effort de compréhension de la topographie. Ce dernier point était assez important dans les gameplays de REbirth et surtout RE0 (avec son système d'inventaire épouvantable) mais là, on s'en fout juste, on a juste un arrière gout de recyclage de map à chaque fois.

Ah y a des énigmes! Faut parfois se souvenir de x objet récupéré, parce qu'il était en évidence au bout d'un couloir plus mince qu'une anorexique, faut penser à l'utiliser sur l'un des rares mécanismes rencontré. Y a surtout des puzzles d'une grande complexité, digne du niveau "very hard" de "L'éveil de bébé".

Ah la difficulté est très bien dosée! Clair, oui, on a plus de chances de survie qu'une Buckler¹ à une réunion des poivrots anonymes!

Y a aussi ce mode "commando", je ne suis pas sur d'avoir bien compris ce que c'est; j'ai cru à un n-ième mode "mercenaires", mais là il était question de retourner sur des lieux de la campagne pour s'amuser à s'acharner sur des ennemis gonflés jusqu'à ras-bord de PV. Pas très enthousiasmant et je doute que j'aurais eu envie de m'y attarder seul ou en coop, surtout pour se coltiner la même chose que dans la campagne en pire.

Vous n'êtes pas sans ignorer que Capcom a embauché Cyril Lignac, et qu'il n'y a pas d'oignon dans leurs soupes vu que c'est dans le nôtre qu'ils les réchauffent chaque année. Bref R.E.RE. (Si je change une voyelle cette acronyme ça fait quoi?) nous vient de la 3DS, console pas connue pour ses prouesses techniques, la faute à un second écran à gérer et une 3D qui vampirise des ressources qui auraient été bien plus profitables au jeu sur un seul écran.
Donc voilà, sur PC même au maximum on a des graphismes d'outre-tombe digne du milieu des années 2000. QUE DIABLE CONTIENNENT DONC CES 8GO DE DONNÉES INSTALLÉES? (c'est vrai quoi, c'est moche et pas bien vaste). EST-CE QUE NOUS LE SAURONS APRÈS AVOIR BIEN NOTE LE JEU SUR SENSCRITIQUE? (plot twist: surement les cutscenes qui sont des fichiers vidéos volumineux encodés douteusement).

De toutes façons c'est pas vraiment ça qui me gêne.
Pourtant en l'occurrence: ça devrait. Le jeu souffre d'une flagrante pauvreté d'exécution. Peut être que le public 3DS qui n'avait rien à se mettre sous la dent a fait la danse de la pluie pour accueillir un jeu +18 (en fait, c'est +16) entre leurs dizaines de Pokémon Marron Prout ou Super Mariole Truc 35².
Comme je le disais précédemment, le jeu est par moments du shoot typé arcade très nerveux, et par d'autres, plus posé et soporifique, demandant au joueur de faire légèrement plus que tirer sur tout ce qui bouge. Donc, c'est aux graphismes et au son de retranscrire les sensations adéquates (effets sonores, animations etc...) dans l'esprit du joueur. Et bien non. Même si le personnage court comme un grand cafard, on a pas toujours l'impression de tirer à la mitraillette ou au fusil à pompe. Les bruitages de 9mm ont toujours été pourraves chez R.E. mais le 4ième épisode (sur Gamecube, en 2005) offrait une ambiance sonore hors du commun surpassant Revelations à tous points de vue.
Pas la peine que je m'acharne davantage sur les graphismes qui servent peu la direction artistique pas si mauvaise (la faute au hardware pauvre d'origine, les développeurs ont du aviser et travailler l'esthétique des shaders, couleurs et autres post-effets, qui restent assez primaires sur pc cela dit).

Ah et bien j'en viens au fond. Pas grand chose à dire de ce coté là. Capcom pédale dans la semoule parfum virus-T depuis quelques années déjà. Le fan-service est ici pauvre, peu subtil, et outrancier à un point parfois ridicule, on se demande bien si ce n'est pas plutôt du pastiche. Décors, level design, répliques, histoire,[...] à peu près tout est pensé pour outrageusement rappeler l'époque ""dorée"" de la saga.
Le doublage français est mauvais, la mise en scène mièvre et navrante, n'évoque en rien une descente dans la terreur des morts-vivants. Le pire, un scénario dont les mécanismes sont vus et archi-revus depuis près de 16 ans, un scénario pédant qui se croit subtil avec son suspens (qui est un faux suspens vu que les twists arrivent comme un cheveu sur la...soupe, niveau construction de thriller on a vu mieux) et sa structure décousue. No comment sur les chapitres brefs et dispensables avec les deux idiots geeks qui sont des Eric & Ramzy en puissance.

Mais que dis-je, j'allais oublier! Les zombies sont plutôt des sortes de mutants complètement irréalistes, surement pour ne pas froisser Nintendo et ses "valeurs". Ce qui expliquerait d'ailleurs du gore très limité et politiquement correct.

Je ne sais pas vraiment si ce genre de com à deux balles a permis à Capcom de clouer le bec aux détracteurs véhéments des nouveaux épisodes, en tout cas j'espère pas.
Je (on?) ne suis pas dupe, faudra quand même beaucoup plus que ça pour rétablir la tradition Resident-evilienne. Mais pourquoi la rétablir -ou feindre de la rétablir- au fait? 'Fin je sais pas, assumez vos choix artistiques, RE a métamorphosé depuis plus de 12 ans, et ressasser maladroitement le passé ne va rien résoudre, au contraire. D'un point de vue artistique, soyons franc: ça n'a aucune valeur et c'est stupide. Quitte à faire du Blockbuster, soyez ambitieux, faites le, et faites le bien. RE6 et 5 arrivaient à s'en sortir en dépit de tout ce que je peux leur reprocher, en plus de ne pas se constituer larbins des fanboys en rut.

Dans l'ensemble, faut compter à peu près 7h voir un peu moins pour voir le bout du tunnel (ça inclut les cutscenes interminables et les passages inutiles). On garde l'amère impression d'avoir joué à une adaptation très banale d'un dessin-animé pour ados, ce qui me fait dire que R.E.RE. restera un spinoff anecdotique tout juste tolérable. Maintenant, me reste plus qu'à m'atteler à la suite qui a l'air plus ambitieuse.

¹Binouze sans alcool (paye ton oxymoron).

²Bon je précise quand même, j'adore certains Marios et j'ai vaguement grandi avec Pokémon, mais pour le coup je cautionne pas la surexploitation de certaines licences.

Bonus: Jill en émoi face au trombinoscope génétique de Capcom

et cette fois, c'est pas de la soupe.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 199 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Matthew_Horne Resident Evil : Revelations