Une régression sur (presque) tous les plans...

Avis sur Resident Evil Zero sur GameCube

Avatar Jopopoe
Test publié par le
Version GameCube

Resident Evil 0 a le cul entre deux chaises :

-D'un côté on est en présence d'un jeu terriblement classique, qui suit les lignes directrices de son aîné de 1997 sans changements majeurs. Énigmes, monstres, armes, inventaire limité, manoir, labo "secret", etc... Ceux qui apprécient cette série (et j'en fais partie) retrouveront donc un RE "classique" (par opposition à ceux sortis après, à savoir le 4 & le 5). La formule est peut-être usée mais possède un charme indéniable et les clins d'œils aux 1 et au 2, même si ils sont un peu timides, feront plaisir au fan moyen (du fan-service certes, mais en tant que fan je vais pas me plaindre ^^).

-D'un autre côté, mûs par la volonté de ne pas paraître ressasser encore et toujours la même chose, les développeurs ont modifié un facteur et apporté une nouveauté : tout d'abord ils ont tenu à supprimer les coffres, puis ils ont donné au joueur le contrôle de deux personnages au lieu d'un seul. Et autant le dire tout de go, les deux seules modifications sont autant d'échecs monumentaux au niveau du plaisir de jeu : ils ne font que renforcer un des défauts principaux de la série (et en crée un nouveau : le syndrome du boulet en fonte)
En effet la suppression des coffres force à faire des allers et retours encore plus fréquents que dans les opus précédents (ce qui n'est pas peu dire), car l'inventaire est très limité et de nombreux objets occupent deux blocs dans celui-ci. On se retrouve ainsi à devoir déplacer ses objets d'un bout à l'autre de la carte, c'est très pénible...
Mais la pire innovation de toute la série prend la forme d'un fausse bonne idée : Et si nous donnions un deuxième héros à contrôler simultanément, plutôt que par alternance (comme dans le 2 où cela rendait très bien) ? Du coup on a en permanence deux personnages à l'écran, celui que l'on incarne et son side-kick, l'inverse étant possible sur la simple pression d'une touche.
Et que devient celui que l'on ne contrôle pas, me direz-vous ? Et bien une IA abominable va se charger de le déplacer, et de le faire attaquer ou non, à la discrétion du joueur (une option à cocher dans le menu d'inventaire). Seulement cette IA est complétement défaillante : quand on lui demande d'attaquer, si elle n'a pas le nez collé à l'ennemi c'est niet, elle n'esquive pas les monstres, se met sur le trajet de vos cocktails molotovs, etc... Et une IA qui n'esquive pas les monstres alors que la majorité de pièces doit faire entre 10 et 20 m², ça se transforme en gros boulet en fonte attaché à la cheville du joueur ; du coup on serait tenté de stocker le deuxième personnage dans une pièce vide, et de cheminer seul, mais les développeurs n'ont apparemment pas voulu vous rendre la vie si facile : à peine le dos tourné, un appel au talkie-walkie vous informe que ce boulet se fait attaquer et que vous devez aller l'aider.

Donc en définitive je mets quand même la moyenne car c'est un jeu que j'ai su apprécier, mais qui m'a fait pester un certain nombre de fois contre l'aveuglement des développeurs, qui n'ont pas su se rendre compte des aberrations qu'ils incluaient à leur jeu. A conseiller aux fans de la série et sans doutes moins aux autres...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 862 fois
7 apprécient

Autres actions de Jopopoe Resident Evil Zero