Avis sur

Shin Megami Tensei : Lucifer's Call sur PlayStation 2

Avatar Somasan
Test publié par le
Version PlayStation 2

Après Silent Hill 2, je m'attaque ce soir à un des meilleurs jeux de la playstation 2, à savoir Shin Megami Tensei. Lucifer Call est un jeu que j'ai acheté par hasard en vide grenier, je ne connaissais nullement la célébrité de la série au Japon et les Persona n'étaient pas encore sortis chez nous. C'est un peu idiot mais la possibilité de jouer Dante a un peu influencé mon achat de ce jeu dont je ne connaissais rien. Et là ce fut une vraie claque comme on en a peu, que ce soit au niveau du gameplay, du scénario, des musiques et dans l'ambiance unique du soft, jamais une intuition se basant sur un simple coup marketing ne s'était montrée aussi inspirée.

Lucifer Call commence dans le monde tel que nous le connaissons aujourd'hui mais nous n'y resterons pas longtemps. Nous incarnons un garçon muet sans caractère, nous sommes maître de notre avatar, libre de répondre ce qu'il nous plait dans les dialogues, libre de choisir parmi les différentes voies possibles celle qui nous inspire le mieux. Les personnages muets ont tendance à me gonfler mais étant donné la richesse du jeu, je pense que pareil que dans les Persona un personnage ayant un caractère propre influencerait trop la tournure dont les choses se défilent, alors qu'un perso qui ne parle pas nous laisse intervenir nous le joueur comme si nous étions nous même plongé dans le jeu. Bref, je savais que m'égarerais dans cette critique mais je ne pensais pas que ça arriverait aussi tôt. Donc dans notre monde, de nombreux crimes perpétrés par un groupe occulte mystérieux sont commis sans que nous sachions pourquoi. Nous rejoignons nos amis Isamu et Chiaki, deux lycéens ordinaires comme notre avatar, une journée ordinaire en somme. C'est en allant voir Yuko notre professeur à l’hôpital que l'on se retrouve tout trois embarqués dans les desseins de Hikawa, un indivu complètement givré qui provoque l'Apocalypse et la mort de l'humanité. Oui, Lucifer Call est bien le seul jeu que je connaisse où la fin du monde arrive aussi tôt et où la survie du monde n'est pas en jeu. ici, nous allons plus loin; nous allons vers le renouveau. Nous sommes ainsi les seuls survivants dans ce monde post apocalyptique dirigé par les monistes et notre survie n'est due qu'a un put hasard. Alors que Yuko, Hikawa et nos amis disparaissent, nous nous retrouvons livré à nous même dans ce monde peu hospitalier. Peu de temps après un mystérieux enfant accompagné d'une vieille femme croise notre chemin, on saura bien plus tard qu'il s'agit de Lucifer en personne qui nous a choisi comme son champion personnel.

A partir de là, les zones s’enchaînent comme dans un rpg classique. Le jeu est rythmé par les apparitions de quelques personnages secondaires, tous aussi réussis. Nous recroisons nos anciens amis qui semblent eux aussi s'investir peu à peu de leur propres missions. Hikawa complote et possède une vraie emprise dans ce monde, alors que Yuko se révélera être au service d'une petite divinité qui lui impose ses faits et gestes. Très vite tout le monde commence à réaliser la possibilité de remodeler ce monde anéanti en quelque chose de neuf, et chacun réfléchi à sa propre Raison, son idéal du monde parfait. Chiaki lassée par la vacuité de son existence, voudra créer une société dirigée par les forts uniquement et où les perdants n'existeront même plus. Isamu, jeune homme solitaire et ignoré dans le monde d’avant voudra créer un monde de solitude où il ne souffrira plus de son absence de liens. Hikawa voudra crée l'égalité parfaite entre les êtres en détruisant toutes les différences. Yuko elle voudra ramener les choses à la normalité. Quand à Lucifer, je ne vous le dirais pas bien entendu. Selon ce que vous faites dans le jeu et à qui vous donnerez le plus souvent raison dans le jeu, c'est à dire selon la personne que vous soutiendrez le plus vous obtiendrez une fin différente correspondant à la Raison de qui vous vous êtes le plus rapproché. Sachez tout de même qu'obtenir la fin de Lucifer est une tâche très longue qui implique de nombreuses heures de jeu supplémentaires. Le scénario est une tuerie, il faut le dire c'est à un niveau rarement atteint dans un jeu video. Ponctué de références bibliques, notamment à l'Apocalypse, le jeu peut se targuer d'un valeur émotionnelle et symbolique exceptionnelle.

Les autres personnages que vous rencontrerez seront liés au monde détruit. Vous fricoterez d'un coté avec les Onis, de puissants démons qui cherchent à s'accaparer le monopole sur ce monde et dirigés par le tout puissant Gozu Tenho; d'un autre coté vous suivrez dans un même temps leurs principales victimes les Manikins, des êtres faibles et fragiles dirigé par Futomimi qui ne vise qu'à la paix. Vous croiserez également à de nombreuses reprises Hijiri, un journaliste d'avant la catastrophe du monde ayant survécu lui aussi on ne sait comment qui vous aidera sans que vous ne sachiez réellement pourquoi.

Le gameplay est à la fois simple et complexe. Vous rencontrez des monstres aléatoirement comme dans n'importe quel RPG. Vous disposez de la possibilité de les recruter plutôt que les tuer, à condition bien sur que votre avatar ait un niveau suffisamment élevé pour le monstre que vous désirez. Vous devrez ensuite fusionner ces monstres entre eux pour en obtenir de nouveau plus puissants, tout en s'assurant que vous conserverez les capacités les plus intéressantes. En tâtonnant au hasard on peut s'en sortir, mais les monstres les plus puissants demandent bien sur des fusions très précises, des niveaux particulièrement élevés et de nombreux prérequis. Et c'es en tâtonnant qu'on apprend car comment savoir quelles capacités sont efficaces et quoi utiliser à quel moment contre les monstres? En mourant bien sur, certains boss comme Matador ne vous feront aucun cadeau, et ce même si ce sont des boss de début de jeu. Il faudra rapidement arriver à cerner quelques bases et quelques capacités à exploiter sous peine de se faire annihiler par les premiers boss ou par certains ennemis. Si vous maîtrisez le gameplay vous progressez très vite, sinon vous risquez de mourir très souvent comme moi je l'ai fait. La difficulté n'est jamais rebutante et pousse à prendre pleinement conscience de ces possibilités. En effet, en parallèle de l'évolution de nos monstres, il faudra gérer celle de notre avatar. En plus de choisir quellles statistiques augmenter à chaque changement de niveau, il faudra également lui apprendre de nouvelles capacités grâce aux magatamas. Une fois équipé, le magatama gagne de l’expérience en même temps que le héros débloquant de nouvelles compétences au passage. Il faut bien sur créer un personnage efficace et équilibré le plus rapidement possible pour ne pas se faire dérouiller en un rien de temps. Le jeu se base sur un système de faiblesses élémentaires comme dans un pokemon si vous équipez un magatama de glace contre un boss utilisant le feu, je suis presque certain que vous allez perdre; megaten est un jeu ou rarement on peut vaincre un boss du premier coup. Il faut apprendre de chaque défaite mais le jeu n'est jamais frustrant parce qu'il est riche et que l'on finit toujours par surmonter les obstacles pour peu de se donner la peine d'élaborer des stratégies cohérentes.

Durant tout le jeu, vous serez attaqué par d'autres champions de Lucifer, dont Dante de Devil May Cry. Ils seront souvent retors mais les affronter est un véritable plaisir tant ces joutes sont passionnantes. Nous affrontons les 4 cavaliers de l'Apocalypse et la Courtisane, des créatures issus de l'Apocalypse chrétienne, si ça ne n'est pas la classe tout de même! Un autre objectif secondaire consistera à réunir tout les magatamas, parfois en les achetant,, parfois par le biais de mini jeux un brins pénibles. Parallèlement à la quête principale, vous pourrez au fur et à mesure de votre avancée dans l'histoire débloquer de nouveaux blocs du donjon des Labyrinthes d'Amala. Ces donjons vous permettront de créer les meilleurs monstres du jeu dont notre fameux chasseur de démons préféré, mais aussi d'affronter les derniers champions de Lucifer et débloquer ce dernier en tant que vrai boss final. Pas besoin de tourner autour du pot: la durée de vie du jeu est tout simplement énorme et sa rejouabilité l'est tout autant. La possibilité de recommencer en choisissant une autre fin ou avec de nouveaux monstres permet de jouer à SMT3 une éternité durant si l'envie nous en vient.

Graphiquement et musicalement le jeu est plutôt correct. Le tout colle parfaitement à l'ambiance malsaine et glauque du jeu sans être extraordinaires pour autant. Les thèmes collent au jeu mais sortis de leur contexte ne se réécoutent pas vraiment. Le jeu n'a pas de réels défauts, si je devais quand même me prononcer je ne dirais que deux choses; trop de combats aléatoires et un mode difficile stupide. Pour les combats disons que ce n'est même plus une tare tant les RPG japonais nous habituent à nous faire harceler d'ennemis (ça reste plus respirable que Suikoden V). Quand au mode difficile, c'est vraiment ce point là qui a noirci ma note et m'a coupé l'envie d'y rejouer car j'ai gâché mon new game + si durement acquis pour me faire tuer par les tout premiers ennemis du jeu. Comme ça bêtement, sans même pouvoir m’entraîner, avant même d'avoir mes monstres pour me soutenir ou des objets. Non on ne m'a laissé aucune chance, les premiers monstres m'on bel et bien fait la peau une dizaine de fois avant que je ne renonce à mon new game +. Je veux bien qu'un mode difficile soit difficile mais est ce une raison pour me faire massacrer dès les bases sans même avoir les cartes en main pour aller plus loin? Mon frère a également essayé, impossible de tuer les premiers démons qui contre attaquent à coup de coup critique les attaques souvent ratées d'un avatar qui ne tient rarement plus d'un tour ou deux. J'aurais mis un 10/10 si j'avais pu conserver ma partie, mais tout perdre comme ça sur une difficulté ridicule m'a coupé l'envie jusqu'à même d'y rejouer; je ne peux donc lui attribuer la note que je donne aux jeux faits et refaits. Un jour peut être finirais-je par passer outre cette déception et reprendrais le jeu du début.

Lucifer Call est un must have, avec une ambiance hors du commun et un climat de démence permanent, ce jeu est aisément l'un des jeux à acquérir à tout prix sur cette console. Moins accessible qu'un Persona, bien que traduit en français contrairement à ces derniers, il reste abordable pour peu de saisir les mécaniques du jeu. Un jeu exceptionnel qui vaut clairement le détour.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 502 fois
4 apprécient

Somasan a ajouté ce jeu vidéo à 13 listes Shin Megami Tensei : Lucifer's Call

Autres actions de Somasan Shin Megami Tensei : Lucifer's Call