👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

(Il n'y a AUCUN spoiler. De plus, je me permets d'analyser quelques intentions des développeurs, en profondeur, je crois. Bref, c'est un avis qui, j'espère, sera pertinent mais qui ne vaut que ce qu'il vaut, c'est-à-dire bien peu !)

Dans cette bourgade, une chose nous éblouit. Le silence criant est accompagné d'un brouillard opaque. Plus triste que la nuit.

Ceci n'est qu'une des nombreuses ruses des développeurs. La brume sert à masquer les limites de la PlayStation tout en assurant de vous faire croire qu'elle cache quelque chose de bien pire.
Le jeu tourne entièrement en 3D. C'est donc bien plus laid qu'un Resident Evil par exemple. Pourtant, pas de décors creux et banaux. Silent Hill propose une superbe dépravation de l'esprit humain. Un cocktail délicieux putréfiant composé de sang, de rouille et de crasse. La mort reste ici d'une élégante intelligence. C'est raffiné, cette pourriture, noble et en suspension.

L'avantage de l'absence des décors pré-calculés, c'est la possibilité de jouer avec la caméra. La Silent Team y ajoute une petite chose en plus : une radio.
La radio grésille quand vous vous approchez d'un monstre. Pratique me direz-vous ! Pas tout à fait. Imaginez-vous l'horreur d'entrer dans une pièce avec la caméra face à vous, avec la radio bruyante, sans y voir ce fichu monstre. De plus, une sensation très étrange se produit. Par moment, la radio cesse toute activité. Et là, vous êtes perdu. Le charnier devient bien trop silencieux pour un corps laissé pour sourd comme vous. On vous rend accro à quelque chose qui vous conditionne, et on vous le supprime. Un drogué sans sa drogue. La radio est comme une drogue. Elle vous fait du mal, mais vous en avez besoin. De par des liaisons irréversibles (ou pas), la radio est preuve d'une pharmacodépendance d'origine ondulaire. Si vous n'entendez pas ce son, ça va un moment. Si elle est muette plus de vingt minutes, alors là, vous comprenez. Elle ne marche plus… Pourquoi stressez à cette idée ? Lors de l'introduction du jeu, vous ne l'aviez pas, et pourtant, vous n'éprouviez aucune difficulté ? Non ? Le vide sonore et le creux mécanique sont donc sources d'angoisses ?
Le schéma est simple, hélas. Stimuli (grésillements) -> Récepteurs (oreilles) -> Influxs électriques dans votre organisme -> Sensation de peur, angoisse -> Réaction (sursaut, défense etc.). Silent Hill vous résume à ça.

Bref, cessons ce délire sur la psychoacoustique. Parlons bruitages. Akira Yamaoka fait une entrée fracassante dans le monde du jeu-vidéo. Il instaure au final un parallèle original : Silent Hill concrétise les horreurs enfouies dans certains personnages. Yamaoka créer des sons qui semblent prendre le dessus sur votre esprit, vous pénètrent et fabriquent une idée de terreur alors que rien n'est présent à l'écran. Cet homme a réussi à donner aux sons une direction de sens contraire à celui des images. Voilà, comment Silent Hill vous désoriente ! Ils brouillent vos sens.
Niveau mélodie, là, on frôle la perfection. Comment rendre incontournable des scènes avec des instruments ? Il faut demander à Akira. En tout cas, à l'époque, certains ont dû se dire que rééditer une telle performance n'était pas pour demain (Toi aussi, si tu as fait le jeu, tu as fait une liaison entre "pas demain" et "Not Tomorrow" ?).
Bon, je précise que Yamaoka fera aussi bien dans Silent Hill 2.

Finissons par le scénario. L'ésotérisme de la chose nous rend totalement fou d'impatience de savoir la suite.
C'est dans cette épisode que la ville atteint sa fonction de purgatoire, en alternant phases normales et phases alternées avec une teinte organique, sale et rouillée. L'expiation sera omniprésente par la suite. L'omnipotence n'est pas de rigueur ici. Les gens qui viennent n'ont rien d'héroïque. Ils ne sont pas omniscients non plus. Ils sont ni blancs ni noirs. Ils sont gris, comme ce brouillard.
Vous incarnez Harry Mason, qui suite à un accident de voiture dans laquelle se trouve Cheryl, sa fille, se retrouve séparé d'elle.
Il est question ici d'une secte, dirigée par une femme aux allures de plénipotentiaire, venue d'un autre monde dirait-on. Ils parlent de faire venir un dieu, un ange. Pourtant, vous verrez par la suite que ce dieu ressemble à un démon. Du moins, à nos démons à nous. Représentés partout dans nos livres, notre imagination. Mais au final, une question se pose : ils considèrent un démon comme un ange, un dieu. Vous vous dites qu'ils se trompent. Mais qu'en savez-vous ? Avez-vous vu Dieu ? Un ange ? Non. Vous ne savez pas à quoi ils ressemblent dans le fond. Peut-être ont-ils raison. Un monde fait de sang et de rouille est-il forcément un monde plus malsain que le notre ? Vous avez du sang en vous, non ? La rouille est produite à partir de dioxygène et d'eau, non ? Ils sont bien vitales pour nous, non ? La vie est donc possible alors dans ce monde ? Je dis n'importe quoi, pensez-vous ! Vous êtes persuadé(e) qu'un ange a de belles ailes, avec des plumes blanches. Mais, si je vous dis que le jeu Silent Hill coûte environ 70 euros d'occasion, vous allez vérifier l'information, car vous pensez que c'est faux. Pourquoi ? Quelle est l'idée la plus plausible ? Un jeu qui est vieux de 15 ans se trouvant à 70 euros ou qu'une entité que personne n'a vue possède des ailes avec des plumes blanches ?
Je suis une personne impie. Peut-être est-ce que seul un esprit méprisant la religion et tordu peut se poser ces questions ? Je ne sais pas.
Je m'arrête là pour le côté scénario. Je n'ai pas envie de vous gâcher les multiples scènes cultes. Mais sachez que le jeu offre encore bien plus de questions !

Silent Hill a plus de souvenirs que si elle avait mille ans. Le spleen ambiant vous sera expliqué dans le jeu. Plongez-vous dans cette abysse cadavérique. L'excavation de vos idées prédéfinies pourra commencer. Vos certitudes seront mortes à la fin du jeu. Ou peut-être avant. Je ne sais pas.

Silent Hill, ce reliquaire impie.
Meursault
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les jeux que je dois faire vite, là, de suite. et Les meilleurs jeux Silent Hill

il y a 8 ans

9 j'aime

2 commentaires

Silent Hill
VGM
8
Silent Hill

« Silent Hill en fait c'est Fort Boyard en version glauque »

C'est la phrase que j'ai prononcé en tout innocence en discutant avec un ami après avoir fini le jeu. Et puis j'ai réfléchi, et je me suis rendu compte que ce qui était à la base une simple blague...

Lire la critique

il y a 7 ans

31 j'aime

22

Silent Hill
Jben
8
Silent Hill

Critique de Silent Hill par Jben

Familier de la série mais pas du premier opus (joué en diagonale il y a des années de ça, alors que je ne jurais à l'époque que par Resident Evil), j'ai décidé de sauter le pas en me procurant le...

Lire la critique

il y a 12 ans

23 j'aime

3

Silent Hill
SirMohawk
9
Silent Hill

Dérouille et d'os

Harrold "Harry" Mason ne fait pas partie de ces gens qu'on qualifierait de chanceux. Un soir, alors qu'il roule avec sa fille Cheryl sur le trajet des vacances direction Silent Hill, voilà qu'au...

Lire la critique

il y a 7 ans

21 j'aime

4

La Condition humaine
Meursault
10

Seul le suicide est courageux

L'âme de Shangaï veut vivre, mais nous nous suicidâmes ! Nous nous suicidons. Et nous suiciderons. Un simple roman pour définir la complexité de la lutte via les individualités. Voici le combat de...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime

Silent Hill 2
Meursault
10

Spleen

(Avant de commencer, j'ai fait en sorte de ne divulguer aucun passage clé de la trame scénaristique. Il n'y a donc AUCUN spoiler. De plus, je me permets d'analyser quelques intentions des...

Lire la critique

il y a 8 ans

6 j'aime

6

Les sept couleurs
Meursault
7

Un cimetière, c'est comme un jardin

(Je tiens à préciser que la lecture de ce livre reste dangereuse. Il est bon de se renseigner sur le personnage qu'est Brasillach. Le rédacteur en chef de « Je suis partout ».) Brasillach. Robert...

Lire la critique

il y a 8 ans

4 j'aime

4