👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Je m'étonne à chaque fois de la grossièreté foncière mais très maline de South Park. Je la trouve formidable, je ne sais pas pourquoi. The Stick of Truth contient les trucs les plus dégueulasses du monde, mélangés, macérés : ça pue de partout et c'est terriblement drôle, au delà d'un simple humour scatophile.

/Des spoilers sont présents./
Avec mon voleur à la peau noire et aux cernes cachées sous une peinture de guerre, la ville de South Park est devenu mon royaume. Mon mutisme terrifiant me rendait supérieur à ces bandes d'elfes, d'humains, de zombies, de gnomes, de clochards ou autres aliens. De quêtes en quêtes, de maisons pillées en maisons pillées, j'accumulais un butin considérable : malgré ma nature de voleur et ma capacité joyeuse à backstabber mes adversaires, je dotais mes armes d'ingrédients particuliers pour foutre le feu ou la gerbe à mes ennemis si nombreux. Je me déguisais avec des costumes improbables, échangeant tristement mon bonnet en forme d'ours pour un casque de barbare bien plus puissant. Un jour, je dus m'habiller en gothique, un autre en chirurgien (je n'ose me souvenir de celui où j'ai du me travestir) : on aurait pu me surnommer Copperfield plutôt que Douchebag. Je devenais le maître de techniques magiques insoupçonnées : des pets. Art méconnu mais difficile à contrôler, il m'a sauvé de nombreuses infortunes. Avec un drôle d'objet transhumaniste alien et de la drogue de gnome, j'ai pu me faufilé dans des parties inimaginables du monde - des égoûts, le Canada ou encore un anus. Au cours de mon aventure, grâce à mon charisme incroyable et ma bonté naturelle, mon compte Facebook est devenu grand - comme moi. Mes amis furent indispensables pour affronter toutes les péripéties qui ont ponctué mon histoire et je les remercie de m'avoir accordé ces quelques jours d'un jeu dont je me souviendrais longtemps.
slowpress
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Statistiques 2014 - Jeux vidéo.

il y a 8 ans

21 j'aime

9 commentaires

South Park : Le Bâton de la Vérité
Mashiro
9

Un bon RPG à la sauce South Park.

"South Park: The Stick of Truth" était une de mes plus grandes attentes jeux-vidéo de cette année 2014, il faut dire qu'un RPG à la sauce South Park, ça peut attiser la curiosité. Après plus d'une...

Lire la critique

il y a 8 ans

28 j'aime

South Park : Le Bâton de la Vérité
MaSQuEdePuSTA
8

Respect Its AUTHORITAAAH!

Notre histoire commence dans le Colorado, l'un de ces petits états qui unis à tant d'autres forment un pays dont certains disent qu'il l'est. Elle n'est pas existentielle, prétentieuse ou même...

Lire la critique

il y a 8 ans

25 j'aime

South Park : Le Bâton de la Vérité
slowpress
9

De la délicatesse dans la vulgarité.

Je m'étonne à chaque fois de la grossièreté foncière mais très maline de South Park. Je la trouve formidable, je ne sais pas pourquoi. The Stick of Truth contient les trucs les plus dégueulasses du...

Lire la critique

il y a 8 ans

21 j'aime

9

Carrie au bal du diable
slowpress
10

If you want some terror, take Carrie to the prom

Ceux qui me suivent depuis un moment savent que je m'intéresse de près à la figure de la femme dans les films d'horreur : le genre dans le genre comme dirait Superjèr. (Ceux qui ne le savent pas le...

Lire la critique

il y a 7 ans

54 j'aime

12

Terminator 2 - Le Jugement dernier
slowpress
9

Une nounou d'enfer

Déjà, Terminator premier du nom était sexy avec ses lumières bleues et son synthétiseur. Je m'étonnais moi-même de ne pas cracher sur Schwarzy et je fondais comme une petite fille devant Sarah...

Lire la critique

il y a 8 ans

49 j'aime

7

Une femme sous influence
slowpress
10

La mort du cygne

Quelques femmes, dans l’univers, virevoltent au ralenti, les bras lourds tentent de faire s’envoler le corps par la grâce. Mabel est l’une d’elles. Personne ne veut danser - les costumes-cravates...

Lire la critique

il y a 8 ans

46 j'aime

8