👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

PANORAMA PHOSPHORE ET SANG
La guerre, c'est moche. Ce constat, pourtant si évident, le joueur le fera comme jamais auparavant dans un jeu vidéo. Yager veut taper là où ça fait mal, et clairement, le studio y parvient avec brio ! Dès le menu principal, on a droit au "Star Spangled Banner" de Jimi Hendrix tandis qu'un drapeau américain flotte au vent. Le ton est donné.

A YAGER COMME A LA GUERRE
On se dit alors, au choix, que l'on:

1. va se taper un truc bien grandiloquent et pro-US comme on en a pris l'habitude ces dernières années. Ca va exploser de partout, les morts vont se compter par milliers, et à la fin on gagne en devenant un héros aux yeux de tous.
2. va assister à un spectacle de désolation, un calvaire captivant, sous la forme d'une satire de l'américanisme et plus généralement, de la guerre, en subissant dès le début ce que l'on pense contrôler de bout en bout, dans un crescendo d'horreurs, à travers une descente aux enfers du trio de soldats.

Et c'est bien au deuxième choix que le joueur va faire face. Non pas que le premier me déplaise totalement, en joueur occasionnel de Call Of Duty et assimilés que je suis, mais un peu de changement dans le fond comme dans la forme, cela fait du bien parfois.

THE A-TEAM
Accompagné de ses deux subordonnés, Adams et Lugo, le Capitaine Walker arrive donc à Dubaï pour ce qui est en apparence une simple mission de sauvetage. Mais les objectifs vont vite converger vers la traque du Colonel Konrad, qui, en salopard ultime, se pose là. Il devient l'homme à abattre. Toute ressemblance avec un film de guerre culte de Coppola sorti en 1979 serait purement fortuite. Ou pas d'ailleurs. Car l'auteur du livre qui a inspiré Apocalypse Now s'appelle Joseph...Conrad ! La boucle est bouclée.

Paré d'une direction artistique très inspirée, le jeu enchaîne les scènes mémorables. Que ce soit par son foisonnement d'idées de mise en scène, ou par certains choix cruciaux que le joueur sera amené à faire. Ces derniers sont d'ailleurs particulièrement bien pensés. L'immersion devient alors totale, et les horreurs vécues d'autant plus dures à supporter. Spec Ops: The Line possède cette caractéristique assez unique, qui pousse le joueur à vouloir aller toujours plus loin, découvrir ce qu'il y a après, alors qu'il sait qu'il va très probablement le regretter, tellement il faut parfois avoir le coeur accroché, et être capable d'assumer ce que l'on vit.

HEY JOE, FAUT QUE "G.I."
Le mot de la fin concerne la bande son du jeu, qui est absolument parfaite. Hendrix, Nine Inch Nails, Björk, Deep Purple, Alice In Chains, The Black Angels, et même Verdi, ponctuent chaque moment-clé du jeu, rendant l'expérience encore plus intense.
L'esprit "rock'n'roll" de tant d'oeuvres ayant décrit la guerre est bel et bien là. Rarement mes oreilles n'auront été aussi enchantées par un jeu vidéo. Magique. Et éprouvant.

il y a 9 ans

43 j'aime

16 commentaires

Spec Ops: The Line
Butt3rs
8

Enfin un jeu de guerre.

Si vous devez jouer à UN "jeu de guerre" jouez à celui-ci. D'abord en apparence parce qu'il cherche l'émotion et le rendu artistique avec des effets de lumière magnifiques (malgré l'unreal engine...

Lire la critique

il y a 10 ans

65 j'aime

6

Spec Ops: The Line
Gothic
9

Napalm d'Or du Festival des canés.

PANORAMA PHOSPHORE ET SANG La guerre, c'est moche. Ce constat, pourtant si évident, le joueur le fera comme jamais auparavant dans un jeu vidéo. Yager veut taper là où ça fait mal, et clairement, le...

Lire la critique

il y a 9 ans

43 j'aime

16

Spec Ops: The Line
Bunzer
7

Enfin un TPS ambitieux bon sang, ENFIN

Spec Ops, c'est un peu le jeu dont je me fichais éperdument avant de réaliser que les gens commençaient à le mettre au même niveau que des Alpha Protocol et autres Nier, c'est-à-dire des jeux moches...

Lire la critique

il y a 9 ans

34 j'aime

3

Lucy
Gothic
2
Lucy

Tebé or not tebé

Nuit. Tisane terminée. Film terminé. Gothic ôte son casque à cornes pour s'essuyer la joue tant il pleure d’admiration. Nomé(nale) quant à elle s'empresse de fuir pour cacher ses larmes de...

Lire la critique

il y a 7 ans

269 j'aime

53

Blade Runner
Gothic
10
Blade Runner

Le Discours d’un Roy

[SPOILERS/GACHAGE] Nombreux sont les spectateurs de "Blade Runner" à jamais marqués par le monologue final de Roy Batty, ce frisson ininterrompu le temps de quelques lignes prononcées par un Rutger...

Lire la critique

il y a 8 ans

256 j'aime

62

Bienvenue à Gattaca
Gothic
10

Ah ! Non ! C'est un peu court, génome !

A la suite d'un "accident", Jérôme est en fauteuil. Devenu "semi-homme" pense-t-il, ce mytho contrit ressent le besoin de s'évader, tandis qu'à Gattaca, Vincent est las de jouer les majordomes. Ce...

Lire la critique

il y a 7 ans

235 j'aime

37