Ce que le public demande...

Avis sur Star Wars : Battlefront II sur PC

Avatar MagnusRathoriel
Test publié par le
Version PC

À l'instar de la nouvelle trilogie Star Wars, le reboot de Battlefront (une manœuvre en elle-même propre à une époque de révisionnisme pour le pas terrible et surtout pour le pire) semble démarrer sur de très mauvaises bases (surtout de la malhonnêteté).

Et à ce sujet, EA/DICE navigue en eaux plus que connues chez les développeurs AAA. La formule est simple: reprendre une franchise populaire, promettre monts et marrées, jeter de la poudre aux yeux et le tout surchargé d'un visuel si beau qu'il en devient très difficile d'y croire. N'oublions pas les budgets astronomiques, qui ne sont là que pour la campagne marketing, du moins quasiment.

Mais là où le bas blesse, c'est que les coups foireux ne s'arrêtent clairement pas à "l'avant". Et visiblement, le public semble apprécier de se faire prendre pour une vache à lait et à raison pour une bonne partie de celui-ci. Tant que l'emballage est super beau et si en plus t'as une licence tellement trop géniale que ça efface absolument tout les défauts, c'est tout bon.

C'est le cas avec Battlefront II. Son prédécesseur était déjà incroyablement creux et vite oublié, mais EA/DICE a bien remarqué ça, et pour combler les manques, il a fallut roulement de tambours
Blinder de micro-transactions et de lootboxes!
Bah oui, si d'autres développeurs le font (Activision Blizzard, Microsoft/Turn 10, Warner/Monolith...), pourquoi ne pas s'en priver? Après tout chez EA, leur réputation n'est plus à refaire, autant creuser d'avantage.
À l'heure où cette critique est écrite, les micro-transactions ont été désactivées temporairement. Oui temporairement, donc inutile de hurler victoire.
L'excuse de base pour l'implantation d'un tel système directement tiré du marché des jeux mobiles est que le développement coûte très cher. De quoi se gausser comme un bossu sachant que les ventes sont garanties malgré tout.

Il y a aussi la sempiternelle excuse du "mais c'est juste du cosmétique". Maintenant oui, sauf qu'auparavant (et sans doute plus tard), le jeu était un glorieux "pay to win" mêlé à un sinistre jeu d'argent. Pour un produit (non fini) vendu à 60€ de base, autant dire que certains ne cherchent guère à assumer de s'être bien fait pigeonner.
Pourtant EA/DICE pouvait au moins tirer des leçons du passé, on pense surtout au débâcle CS:GO lotto mais aussi des loot boxes de Overwatch.

Ajoutons à cela une bonne dose d'abominable grind, un jeu creux qui possède une tare qui a une fâcheuse tendance à coller à la peau des jeux à licence Star Wars (ou à licence tout court): le principe est basique au possible, a déjà été maintes fois exlpoité. En somme, c'est un skin Star Wars pour Battlefield, au même titre que Dark Forces était plus un skin Star Wars pour Doom.
Cependant, le blâme n'est pas non plus aussi grave, il y a toujours moyen d'apporter une petite touche par-ci par là. Mais dans le cas ci-présent, autant revenir sur Battlefield (si on est maso).

La campagne est... désespérément plate. Bien évidemment très courte et n'offre guère de raison de s'y remettre. Chose prévisible puisque EA/DICE a tout misé sur le multijoueur, comme tout autre développeur de la même trempe.

En bref, on joue cinq minutes à Battlefront II et on n'en retient que la facture particulièrement salée pour une expérience si mauvaise.

Le retour de flamme fut si violent que ce n'était qu'à partir du moment où Disney a fini par coller une violente giroflée à cinq pétales sur sa bobine que EA/DICE se décide à prendre des mesures (foireuses) histoire de faire comme si la leçon a été apprise.
Ah oui, et les gouvernements belges et hawaïens montrent leurs crocs et ça commence à sentir mauvais pour EA/DICE, mais aussi et surtout pour le marché des loot boxes et micro-transactions dans des jeux vidéos.

On se retrouve devant un produit qui fait dans le consensuel, impersonnel et malhonnête.
Ce que le public demande, c'est une belle couverture, un magnifique nappage. Ce qu'il y a à l'intérieur, il s'en fout. Du coup c'est vide, sans saveur, incomplet, frustrant et hors de prix.

"Oui mais c'est bien mieux après" dira le pécore qui aime à justifier qu'un produit n'est pas complet et qu'il s'est fait arnaquer au prix le plus fort juste pour sa petite dose de poudre aux yeux.
Nous vivons dans une époque relativement glauque du domaine des jeux vidéos AAA, les fautifs sont très majoritairement les développeurs, mais il ne faut pas oublier qu'une part de responsabilité est due à un public qui n'a plus la moindre idée de ce qu'est un produit fini.
Au même titre qu'un défoncé à la méthamphétamine , il va demander et redemander sa microscopique dose bidouillée au fond d'un urinoir, et il en claquera des millions juste histoire de ne pas oublier et passer à autre chose. Et ce, devant un revendeur hilare et grassouillet qui prend un plaisir morbide à abreuver ce qui deviendra une carcasse aussi vide que son produit.

Les jeux AAA sont sur le bon chemin... pour aller droit dans le mur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 528 fois
6 apprécient · 4 n'apprécient pas

Autres actions de MagnusRathoriel Star Wars : Battlefront II