Super Ghouls'n Ghosts'n Bitch (Oui môssieur!)

Avis sur Super Ghouls'n Ghosts sur Super Nintendo

Avatar Reymedy
Test publié par le (modifiée le )
Version Super Nintendo

Ce jeu souffre d'une ma foi bien collante étiquette de jeu hardcorement difficile. A s'en tirer une balle certains diront, d'autres meme expliquent que "oui le premier niveau il est troooop dure, bah wé y'a des zombies qui sortent du sol et qui marchent tout droit en trainant la papatte".
Oui, j'approuve ces bestioles qui sortent du sols et t'enlevent ta parure dorée que t'as passé 1 heure a chercher, on de quoi te briser les couilles façon petit sablé breton.
Quand t'as moins de 10ans.
C'etait mon cas en commençant, j'ai joué, j'ai vu (le caleçon, oh mes pauvres yeux, cette vision m'arranchant à la douceur de l'ignorance, a ma virginité mentale), et j'ai....... mourrut.
Avec mon pere en prime qui rigolais grassement, et mon oncle (le personnage abjecte qui m'avait délivré cette liqueur impure) faisant de meme.

LA FIN D'UN MYTHE

Alors comme mon popa c'est le plus fort, je lui tend la manette, les joues encore rouges sous le coup de l'affront, les yeux ruisselants de haine, mon coeur criant "VENGE MOUA, POPA!".
Il a pris la manette, comme il prendrait la carotide de quiconque m'enquiquinerait. Puis il a joué. Je vais pas faire durer le suspence, malgre tous les espoirs que j'avais en lui, il s'est fait merveilleusement empaler la cafetiere sur le serpent degueulasse qui balance des boules de feu (encore plus lentes que les zombies), tout en se tortillant, chantant a qui veux l'entendre du "Whenever, Wherever, We're meant to be together".
Je passe l'episode ou mon oncle s'est fait pitoyablement reduire en tas de petits os, je n'avais de toute façon, que de bien maigres espoirs concernant ses capacité de tronchage de zombies.
La fin d'un mythe vous dis-je, j'etais la, pantelant, les mots que j'aurais voulu adresser a mon popa s'etaient refugies dans mon estomac, formant une boule, masse compacte de regrets et de deception.

Ce jeu traina donc les ruines de ma desillusion envers mon paternel, mais surtout, il traina tout court dans mon placard a veillieries, victime de mon impitoyable vindicte.

ET IL RELEVA LE FLAMBEAU

Un bô jour, j'etais tranquillou gilou avec un koupain, de ceux que j'aime bien inviter pour flatter mon ego. C'est a dire que je les choisis pour leur capacité extraordinaire a perdre contre moi, donc a n'etre que des dechets videoludiques ambulants.
Et voila que je lui soutient que OUI, j'ai deja finis street fighter II, et sans abuser de la gâchette, du hadoken (ni meme du strafafenchtreulouken... ouai la toupie dans les airs quoi).
Donc on joue, bien assez longtemps pour se prendre un bon tas de branlée. Notamment par cette enflure de sadique asexué qu'est Vega, l'enfoiré qui te balance des "yehee" (DEPUIS QUAND LES TYPES SUR UNE GRILLE SONT INVINCIBLES?). Mais breeeeeeeeeef on le finit, on latte l'animal de fin (j'avoue meme avoir faillis jouir en voyant le masque explosé et la gueule en sang de énergumène asexué).

Back to nos moutons :
Je range SFII avec un petit sourire en coin, de bonnes grosses ampoules, l'apostrophant d'un "tiens je t'avais dit que j'allais méchamment le punir l'animal" '(j'y ait bien passé une heure). Quand d'un coup d'un seul, a bruuuuuule-pourpoint il me tient un discours bien etrange a base de "regarde ce jeu si zoli, en plus y'a des zombies, zyva on y joue?".
Je venais de me prendre en pleine gueule ma hantise, il venait de m'eclater la poire avec le piedestal que mon pere avait laissé dans cette boite de jeu en carton rongé par des mites (par la suite on apprendra qu'elles n'ont pas survécu).
Moi bonne pâte, j'accepte, lui dit de balancer le coco dans le turbo ou l'inverse.
- Petit point, pourquoi deux gus joueraient a un jeu en solo? on s'etait fait le pacte de s'echanger la manette chanque fois qu'on mourrait ou qu'on passait un niveau, histoire qu'il y a pas un glandu qui se decrotte le pif pendant qu'un autre fait mumuse avec la bebete. -

ET IL FAIL

Je lui dis gaiement de commencer, jubilant dans mon fort interieur "le con va pas survivre deux seconde". Et bah, j'etais sacrement surpris par la suite, il a fait pile ce que j'avais prevu.
Vla maintenant qu'il me passe la manette, la larmichette a l'oeil, geignant "mais, mais, mais cé tro dureuh!".
-Tékaté victime des jeux trop faciles de cette époque bénie, je vais t'apprendre ce que j'ai dans le bidon" lui dis-je non sans quelques trémolos dans la voix.

AU TOUR DU ROI ARTHUR, FILE LE FLAMBEAU POPA

Autant abréger, j'ai ete scotché des heures, je me sentais investit d'une mission, j'ai enchaîné les missions, avide de vengeance, de verité, et de torchage malsain d'un jeu qui avait traumatisé une famille.
"-Mais, mais, mais t'es mort ! a moi!
-Tégé le nooby, c'est une affaire de famille. Tu peux pas comprendre Remi"

Donc j'enquillais les niveaux, officiellement, le monde ou t'as une pauvre biscotte qui dérive sur l'eau est bien le plus dur. Mais peut-etre parceque j'avais l'affreuse manie de sauter non-stop en narguant le jeu, gueulant carrement aux poissons "CALL ME ARTHUR JOLLY JUMPER BITCHES".

Tout fini, du niveau 1 au 7, lattant Satan sans vergogne, en mode pause caca, a coup d’arbalète a tete chercheuse dans ses miches.

STOP BITCHIN PLEASE

Je vois alors la tronche de la donzelle (j'avais carrement oublié) qu'on devait sauver. Je me dis alors "c'est bon, enfin, avec en prime une scène de hentai en bouquet final". Je m'etais mis le bras dans l'oeil jusqu'au coude, je m’étais carrément "Fist the Face" si je puis dire.

Parce que ouai la bitch te demande de récupérer son putain de bracelet qu'elle a sois disant perdu en meme temps que sa virginité quand elle s'est faite enlevee.
A trois heures du matin, mes yeux pleurant carrément du sang (avait pu d'eau) je lui balance au visage "QUOI FOUTRE DE TON SEXTOY SALE GUENON". Mais trop tard, le jeu reprend au debut.
J'ai pris mes couilles a mon coups et j'ai recommencer... vaillamment.

Ma mère a alors posé sa main sur mon épaule et m'a glissé "il faut se calmer mon ange" (ou bien c'était "ferme la petit, on veut dormir").
Mais mon pere, en héro déchu l'a arrêtée en disant "laisse le, c'est son destin, c'est notre destin" (ou bien peut-être "laisse béton, regarde son regard hagard, il est deja no-life"), secouant la tête d'un air triste et distant.

-Mon pote etait depuis longtemps partit pour ceux que ça intéresse-

VERDICT

Donc, voila, un jeu facile, finit sans aucune honte en chiant dans un coin tout en spammant les fleches. Bas les couilles, l'honneur est sauf.
Pour ceux qui trouvent ça dur, bah c'est que vous connaissez pas la technique du sniper, suffit d'ignorer les monstres noobys qui te donnent du "bouge campeuuuuuuuuuuuur" et de leur flooder la race de flechettes.

De la motherfucking barre de rire assaisonnée d'un poil de sadisme, mais croyez moi, maintenant que je l'ai finis, je me rend compte que y'a franchement plus dur. Ne laissez pas tomber jeunes arthuriens!

PARTIE JEU

"Azy toua, stop raconter ta putain de life, je m'en tamponne le bernard l'hermite"

Soit, ma foi, je dois l'admettre : Valid Point.

Alors pour ceux qui veulent en apprendre plus sur le jeu, venez zieuter par là.

1) Les commandes

On peux jumper comme un fifou, c'est a dire qu'on peut sauter deux fois comme Samus, sauf que la combi colle moins la peau (zallez me dire..... TANT MIEUX). Les sauts repondent bien, no problem, l'animation est fluide et god bless america on peux varier la hauteur de son saut avec la duree de pression du bouton (ou pas). Petite subtilité qui vaut son pesant de pepitos, une fois les petons decollés du sol... on ne peux plus changer la direction, dans le sens ou si vous avez sauter vers la droite, c'est la fin du céleri rémoulade, il ira vers la droite, qu'il vente, qu'il pleuve ou que les nuages chient des bulles. Donc c'est un truc de fifou, on peux par exemple sauter d'abord a la verticale PUIS faire un second saut vers le coté, ou l'inverse, et c'est la maitrise de cette technique qui pourra sauver votre petite life des poissons degeux ou des grands-peres de casper le fantôme pédé. De plus, l'activation du deuxième saut interrompt le premier, on peut donc totalement gérer la durée du premier saut ce qui est très utile dans le monde de lave où faut atteindre les verges sortant des flots rouges et bouillants (oui y'a bien un double sens graveleux).

La deuxième commande... c'est... TADAAA l'attaque : digne des plus grands numéros de lancers de couteaux, vous pouvez envoyer valser vos armes, Le malade balance des nunchakus (normal c'est un chevalier... WAT?!), des faux comme un gueux, ou plus simplement des lances (Ouai il lance des lances... =D).

Donc voila, plutot binaire tu peux sauter ou faire sauter tes ennemis.... mais est-ce si simple?? (tintintin)

2) Les armes

Dieu que ceci est jouissif, des armes donc quelques unes ont été suce-nommées, mais y'en a plein d'autres et c'est la force du jeu, surtout que chaque arme a une evolution et, BOUH une super ataque de la mort qui troue ton slip et te perfore l'arriere train, remonte tes intestins, ressort par la bouche et recommence la tour de manège.... ON REFAIT LE MATCH!
Zallez me dire " le poignard c'est dla daube en tube, la lance ça defonce tout, ça fait bien plus mal". KE NENI, bruti, le poignard il peut y'en avoir trois à l'ecran en meme temps, la lance ... deux!
Chaque arme a une limite, les plus faibles peuvent plus etre spammées. "Wow c'est trop balanced!"
Bah ouai, mais certaines armes ont en plus des trajectoires qu'il faudra connaitre, la hache avance en faisant des cercles et en partant au dessus de votre tete, en gros si l'ennemi est JUSTE en face... elle ne le touchera pas ou apres une attente souvent fatale bazooka. Ouai la hache c'est pas pour les pédés, faut gérer le cornichon. Le nunchaku il fait carrément le ouf, il part en diagonale concentrique brisée, avec revers saccadé. De quoi te rendre dingue quand l'ennemi est juste en face et que ton arme dance la bougadance dans les airs tout en évitant consciencieusement le zombie camé qui te menace "donne moi ma dose de tits ungh".

Autre nuance, les évolutions changeront (nan sans dec?) les spécialités de vos armes. Par exemple, vous jouez a l'arbalète : Vous pouvez lancer deux salves de deux fleches en meme temps a l'écran. Mais une fois l'armure verte fluo enfilée, vous ne pouvez en lancer plus qu'une seule de salve (de trois flèches cette fois). Celle ci est plus puissante et est à tête chercheuse, mais voila, le mal est fait, plus qu'une seule salve et il va falloir connaitre bien ces details pour finir le jeu!
Et, pour finir ce chapitre des armes il convient de parler du tampax volant qu'on vous refile à la fin, et avec lequel on vous oblige à finir le jeu. Ceux qui l'ont finis, au moins la moitié, comprendront ce que j'entends par "tampax de merde volant; doublant à lui seul la difficulté du jeu".

3) Les Armures

Mon dieu que c'est bon aussi ! Digne successeur des mothafackin powa ranga je me devais de bander sur ces armures. Il y a trois types, celle de bronze, basique, equivalentes à un coeur, no upgrade de stuff, bref le minimum syndical du gueux en conserve.
Celle d'argent, elle upgrade bien comme il faut tes armes, transformant parfois des daubes en bijoux, des bijoux en daubes (oh oui ces cocktails molotov qui mettent dix plombent a finir de cramer, pendant lesquelles tu creve allegrement) et parfois... ne change rien (vive les upgrade de la lance, qui maintenant souleve de la poussiere de cornflakes derriere elle).
MAIS SURTOUT, je veux faire une cassdédi a cette armure. Le type qui a fait l'allure graphique de cette armure avait totalement sniffé la moquette par le rectum. Rendez vous compte, son nom est l'armure d'argent ... et au final, on eccoppe d'une putain d'armure bleu/vert turquoise qui brille dans le nouare.... wadafuk?
Et le bouquet final l'armure d'or : au lieu d'upgrade les armes, elle leur donne un chuperpouvoire de ouf. Enfin.... ça depend. Il faut garder le bouton d'attaque appuyé (ça peux vous rendre quelque peu vulnerable) et quand ça brille, on peut lacher la sauce vinaigrette. Et bam que des dragons sortent des aisselles d'arthur, et que je te donne des boules de feu bleues qui te tournent autour, des tornades etc...
Seul hic, le pouvoir de l'arbalete , quelle pure chiasse, elle te révèle les coffres cachés alors que de toute façon en général, tellement t'as cramé le jeu que tu connais deja par coeur les emplacements. God damn.
En passant, de l'armure de caca grise à celle d'or, un bidule (même un pet de chauve-souri naine) te chatouille l’extrémité des cheveux et BAM, plus d'armure, pas de racisme chez les armures, une vraie leçon de vie... seule alternative, pécho un bouclier (de lune je crois, un truc du genre) qui peut parfois t'empecher de perdre ton armure d'or...

4) Les niveaux

Nan, mais serieux, ils sont geniaux, par trop durs au point de balancer ta SNES au chiottes, et pas easy au point de te dire en finissant que y'a aucune gloire. No, là tu te sens un peu fier, tu peux te pavaner et honnetement les niveaux sont bien trippants.
On passe du truc tout basique, genre foret, au bateau fantome trop sexy, a l'ocean aussi inhospitalier qu'une fille haltérophile qui a ses règles, en visitant un monde de magma, une citadelle de gremlins, un chatô tout bô, la Laponie et ses loups qui aiment Charal (Hmm Charal) ...
Bref on s'ennuie pas une seconde.

5) Les Monstres et Boss

Les monstres, liés aux zones, sont vicieux a souhait. Y'a des bubulles qui pètent, vous envoyant des myriades de chiures qui pourront aller jusqu'a detruire ton armure d'or que t'idorlatrais. Mais y'a aussi des gobelins en pyjamas (made in taie d'oreiller) comme Dolly d'harry potter qui te saute dessus, des gargouilles tellement fortes qu'il faut courir tout droit pour vite les dépasser... bref du bonheur en barre. Y'a je crois juste les fantômes qui sont un peu recyclés avec une variante dans deux mondes, le reste ça change a chaque fois, avec son lots de fourberies scapines qui te rase le scalp. Donc va falloir s'imprégner de chaque monde, des monstres, echafauder des strategies et des techniques d'esquive et d'attaque! Comme dit la pub "Tu va sentir, tu va gouter, la pâte qui dore au four".
Les boss sont eux, magistraux. Deja le premier, le phoenix il est juste trop stylé, et il te balance des oeufs d'où ses marmots sortent, génial! Et allonge son coup comme s'il bandait avec sur demande!
Pour pas trop spoil, je vais juste dire que mon préféré c'est celui du monde de glace, une pure merveille.
C'est vraiment l'extase d'affronter des boss aussi diversifiés, avec chacun une identité graphique forte, des techniques diverses, qui demandent réflexion et adresse pour en venir a bout.
Et c'est avec un sadisme non dissimulé que je paierais si je le pouvais (c la kriz!) pour voir votre figure s'enluminée de haine et de constipation quand vous devrez faire face au dernier boss armé du tampax, d'ailleurs vous feriez mieux de le caler bien profond où je pense, parce que vous aller en chier.

Je pense avoir fait le tour du patté de maison qu'est ce magnifique jeu, j'ai pas parlé des magiciens qui peuvent sortir des coffres et vous balancer des maléfices qui ont de quoi vous faire rager. Imaginez, vous êtes la, les miches a l'air, vierge de toute armure, avec pour ainsi dire, juste ce caleçon Calvin Krasse. OH MIRACLE, vous trouvez un coffre "à moi les fringues fashion". En plus, un connard de loup vous poursuit, vous n'avez pas le choix, vous foncez sur le coffre prêt a vous habiller en deux deux. MAIS non, un enfoiré de magicien nazi sort et vous transforme en otarie handicapée. Vous pouvez alors juste sauter... et surtout chialer votre mère quand le loup vous défonce la gueule. Blabla, la morale de cette histoire...

Voila le pavé est terminé, vous pouvez avoir une bonne idée du jeu et de mon expérience le concernant je pense (tu m'étonnes, vu comment t'as jacté connard). A vous de vous faire la votre. Moi, la mienne est déjà gravée dans ma chair et c'est avec plaisir que j'y replonge quand j'ai le courage de rebrancher la vieillerie. Qui d'ailleurs ne prend pas une ride... la chanceuse... l'aguicheuse...bitch!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1783 fois
9 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Reymedy Super Ghouls'n Ghosts