Mario Land 2 ou comment Bob n'a pas passé une bonne nuit, une fois de plus.

Avis sur Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins sur Game Boy

Avatar Eziode
Test publié par le
Version Game Boy

Plongé dans l'obscurité de son imposant manoir, une Game Boy Advance à la main, votre serviteur continue son périple à la recherche des jeux de la console portable mythique.

Le rétro éclairage de la console laisse apparaître dans la pénombre le visage blanchit du critique suant comme jamais il n'avait sué.
Tremblotant sous sa couette avec une certaine excitation qu'il ne saurait dissimuler, il ne se retient plus une seule seconde et lâche finalement un soupir d'exaltation totale suivi de petits cris aigus.

Enfin, il l'a fait !
C'est la consécration ultime, le but de sa vie maintenant atteint.
Votre serviteur ici présent jouit d'un bonheur quasiment divin.

-Ça y est, je peux maintenant quitter ce monde cruel sans un seul regret...

Si la mort devait le couvrir de son sinistre manteau noir, qu'elle le fasse maintenant.
Il n'en a plus la crainte, car cet homme est un être accompli.
Il a vaincu Wario.

Bob : Patron, c'est la troisième fois que vous me réveillez en pleine nuit, je commence à en avoir jusque-là...

Et pour la première fois de sa vie , l'escla...Le serviteur grassouillet de votre critique, Bob, ne passa pas le restant de sa nuit dans les cachots du domaine.
Il faut dire que le patron est sacrément en joie.

On reprend les mêmes formules et on recommence, en mieux, avec cet épisode portable des aventures de Mario.
En début d'année 1993, fort de ses expériences sur NES et Super Nintendo, notre plombier favori du jeu vidéo (en même temps, n'est-il pas le seul?) revient pour une deuxième escapade dans les landes de son propre royaume assiéger par le vil Wario.
Cet opus est important à plus d'un titre, marquant par ses ambitions une évolution conséquente de la franchise sur console portable, proposant un antagoniste qui deviendra un personnage emblématique de la saga et permettant à deux nouvelles séries de jeux d'apparaître sur nos petits écrans de joueurs.
Si vous aimez les Wario land, les Wariowar.inc ou tout simplement flatuler sur vos ennemis dans Smash Bros, (dans le dernier des cas vous êtes un gros dégueulasse) c'est grâce à Super Maio Land 2 que vous pouvez profiter de tous ses petits plaisirs.
Seulement la renommée d'un jeu pareil ne se limite pas à la simple présence d'une figure devenue culte avec le temps.
Super Mario Land deuxième du nom est un titre abouti et qui sait faire preuve d'une richesse rare pour un jeu de plate-forme de cette génération.
J'espère au travers de cette critique décrire du mieux que je peux les particularités de cet épisode.

VoyageXLevel DesignXWorld Map

Si dans le premier Super Mario Land nous étions dans un univers étrange, mêlant idées saugrenues de gameplay et direction artistique tout aussi empreinte d'étrangeté, ce deuxième épisode nous montre là quelque chose de bien plus familier.
Fini les koopa explosifs, voilà les véritables tortues que l'on connaît depuis le premier jeu.
Fini aussi les boules de feu rebondissantes, on a ici le droit à de nouvelles transformations plus classiques et efficaces.
Fini également le bestiaire étrange composer de têtes de Moaï ailés qui auraient pu finir dans un film d'Alejandro Jodorowsky.

Certains d'entre-vous pourraient voir en ce classicisme un manque d'inventivité et une preuve de fainéantise mais il n'en est rien.
L'envie de Gumpei Yokoi pour les franchises éditées sur Game Boy est clairement plus portée vers le renouvellement de leurs formules pourtant efficaces et fructueuses.
C'est d'ailleurs pour ça que le premier épisode est si étrange et que cette suite, bien que moins extravagante dans ce domaine, profite d'un bestiaire et d'un univers unique.

Ici, on vous propose un vrai petit voyage au travers de six mondes disposés sur une World map hérité de Super Mario Bros 3 et surtout l’excellent Super Mario World.
Cette dernière est vraiment le bon point du jeu tant elle est prenante à parcourir et nous offre une vraie liberté dans le choix de nos niveaux.
Vous voulez faire les mondes un par un ? Vous pouvez.
Vous voulez faire tous les niveaux et garder les boss pour la fin ? Vous pouvez.
Vous voulez juste tester le jeu et visiter tout l'univers qui découle de ce dernier ? Vous pouvez aussi.
Ça peut paraître totalement anodin aux yeux des joueurs actuels et clairement, ça l'est.
Mais il faut comprendre que pour l'époque c'était très inventif comme système et que beaucoup de joueurs ont découvert cet aspect de game design dans ce Super Mario Land 2, en tout cas, c'est ce qu'il en fut avec moi.

Mais que vaux une map si les niveaux parcourus manquent cruellement d'intérêts ?

Avec Super Mario land 2 nous avons au premier abord une vraie identité visuelle pour chacun d'entre eux.
Vous pourrez un temps pénétrer dans une maison hantée à l'esthétique et au bestiaire inspirés des films d'horreurs classiques et des Yokai issues du folklore japonais.
Vous escaladerez un arbre millénaire en affrontant en ces lieux la faune sauvage.
L'espace vous dévoilera la piste de ses étoiles, prémices aux Mario Galaxy avec un gameplay gravitationnel et où vous verrez même une tête connue.
Tout ça suivi part une bonne musique composée par le sieur Totaka dont je vous ai déjà parlé.

Mais il suffit de toutes ces palabres élogieuses.

Le cas des niveaux de Super Mario land 2 n'est pas exempt de défauts. Je lui trouve même une certaine inégalité par moments.
Des niveaux voir des mondes plus pauvres que d'autres.
Des décors vides parfois presque indigne du premier opus et des parcelles de niveau pouvant être traversés sans problème comme dans un Kirby, c'est-à-dire, en volant au-dessus de tous nos obstacles via un power up.
Quand j'ai refait le jeu il y a de cela trois jours, je n'ai pu m'empêcher de pester par moments sur ces petits points agaçants car ils participent au manque de challenge du soft et offrent quelques failles importantes dans un jeu portant une identité propre et une ambition toute particulière.
J'ai un aveu à vous faire, malgré mes éloges sur ce jeu, je trouve son level designe en niveau proche du médiocre tant certaines phases de plates-formes m'ont paru moins bien pensés que le premier.

En fait, ce Mario est une sorte de gruyère.
C'est délicieux le gruyère mais ça comporte quelques trous qui pourraient combler plus convenablement ma faim...
Tiens, ça m'ouvre l'appétit ça. Je reviens, je vais me chercher un casse-croûte.

-BOB ! Réveille-toi, j'ai faim !

DifficultéXGameplayXItems

Quand on essaye d'avoir une discussion ou une pensée autour d'un jeu, il vient fatidiquement un moment ou l'on aborde la difficulté comme un facteur de qualité ou de défaut.
Ce jeu est trop simple, c'était d'un ennui !
Ce jeu est trop dur, ouille ouille j'ai mal aux pouces ! (comment ça mon exemple n'est pas crédible?!)
Mais je pense que l'on simplifie souvent la chose et que l'on surestime l'importance du challenge dans certains jeux vidéo.
Qu'elle soit enfantine ou infernale, si derrière le parcours effectué durant le jeu ne vous procure aucun plaisir, aucun émerveillement, ça ne sert pas à grand-chose.

C'est un peu mon ressenti global envers l'épreuve que peut représenter notre Mario land.
Peut-être suis-je tomber dans l'aigreur et que je ne prends plus autant de plaisir qu'avant à parcourir ce jeu mais, cette dernière partie fut d'une monotonie...
Pour en revenir au gruyère dont je vous parlais juste avant, c'est un peu comme si tous ces petits trous fusionnaient pour en faire un énorme, béant, me procurant un soupçon d'ennui, lassitude et une faim insatiable de plate-forme pur et dur.

Durant ma partie je me suis souvent dit que ce Mario aurait très bien pu devenir le meilleur de la série si seulement tous les niveaux du jeu étaient aussi bien pensés que ceux de la Lune et du château de Wario, dernière épreuve qui vous fera presque regretter la balade de santé des autres mondes.

Je sais que le jeu s'adresse davantage à de jeunes joueurs et que moi, du haut de mes ****ans je ne peux que glisser dessus.

Seulement, dans mes souvenirs, il me semble que je n'avais pas eu plus de difficulté dans ma tendre jeunesse hormis ce fameux Wario que je n'avais jamais réussi à vaincre auparavant.

Ce n'est pas spécialement une déception car, comme dit plus haut, le parcours en vaux largement le coup tant la maîtrise des développeurs sur tous les autres aspects du jeu témoigne d'une certaine qualité qui dépasse un game design parfois pas toujours passionnant.

Quant à la jouabilité du bon vieux moustachu elle est comme la plupart du temps plus que correct ! Cette dernière possède une inertie un peu étrange, avec un Mario gravitant plus lentement dans les airs, comme s'il avait gardé des stigmates de son voyage lunaire...

Ce dernier point permet un meilleur dosage durant les phases de plates-formes, ce qui peut-être, participe à les rendre justement moins ardus.
Tout est lié !
Les quelques améliorations que Mario peut obtenir en jeu s'arrêtent aux basiques champignons et fleurs de feu.
La seule réelle nouveauté à ce niveau-là étant les oreilles de lapin ayant quasiment les mêmes caractéristiques que la tenue de raton laveur dans Mario bros 3

Conclusion

Il est je pense crucial pour un joueur de partir à la recherche des vieilleries du passé ne serait-ce que pour mieux comprendre le jeu vidéo d'aujourd'hui.
Ce Super Mario Land 2 est un pilier important de la série, prouvant que l'on pouvait bien développer un titre digne des opus 8 et 16 bits sur console portable.
Si jamais vous devez choisir entre ce deuxième opus et le premier que j'ai testé il y a déjà quelques mois, j'orienterai plus votre choix vers ce Mario land 2 (même si, évidemment, il vaut mieux faire les deux si vous avez le temps)
Il est assurément le Mario qui a le mieux vieilli de la console et son intérêt vidéoludique surpasse selon moi les portages de Donkey Kong où des Megaman que vous pourrez trouver sur le même support.

Je suis admiratif devant l'ambition de Gumpei Yokoi et son équipe et leur envie de nous proposer autre chose que ce à quoi nous sommes familiers dans l'univers du plombier.
C'est quelque chose de complètement impensable aujourd'hui.
Imaginez un nouveau Mario, avec des ennemis complètement différents, des niveaux et un monde nouveau et des spécificités propres dans son gameplay ou son level designe.
En omettant bien évidemment les épisodes en 3D qui recèlent de créativités, force est de constater que ma dernière description ne colle pas très bien aux Super Mario bros Wii et 3D Land aussi bons soit-ils.

Enfin, le jeu vidéo ce n'était pas forcément mieux avant non plus.

J'espère vraiment revoir des Mario 2D à l'avenir, c'est une sorte tradition du jeu vidéo qu'il nous faut perdurer, je pense.

Votre serviteur vous salue, en espérant avoir réveillé en vous l'envie de découvrir les aventures monochromes de notre mascotte culte.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 79 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Eziode Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins