Avis sur

Sword Art Online: Hollow Realization sur Nintendo Switch par Euklif

Avatar Euklif
Test publié par le
Version Nintendo Switch

Petit préambule : la version Switch est une definitive edition avec pas mal de contenu supplémentaire. J'en ai vu une partie (j'avais pas le choix de toute façon) mais je n'en ai pas fait le tour. J'ai abandonné le jeu après une quarantaine d'heure.

Entrons donc dans le vif de ce Sao dont l'histoire se passe dans un moorpg. Et effectivement, le titre jour bien cette carte à fond, aussi bien dans l'histoire que dans les mécaniques de jeu.

Pour le premier point, je trouve que tout passe à coté du sujet : ça a beau parler de pnj, quête & co, le traitement tellement léger, superficiel et bourré de guimauve faire perdre toute crédibilité au truc. C'est fait à la jap avec harem, ecchi et autre quiproquo raté. La niaiserie ambiante est très développée et il est assez difficile de se prendre au jeu des pnjs "vivants" quand les joueurs ont des personnalités si... terne.
On est censé pouvoir faire équipe avec tout ce qui passe du moment qu'on devient ami avec, avec les traditionnels quêtes et cadeaux, mais on ne peut pas leurs donner un rdv quelque part par exemple. On se retrouve donc à zoner dans un hub segmenté en 4 petites zones, avec des temps de chargements de 10/20 secondes entre, dans le but de grouper. Le jeu reste "sympa" et envoie les probables candidats dans les lieux où on se trouve mais à part me donner envie de ne jamais changer d'équipier, ce système parait tellement incomplet en solo que le jeu semble véritablement taillé pour le multi (que je n'ai pas essayé).

L'humeur du moment de notre entourage, qui diffèrent donc de la jauge de proximité, influent sur leurs comportements lors des raids et leurs capacités donc il peut être interréssant de le modifier pour gagner en efficacité. Il y a cependant deux problèmes avec ça... Le premier, c'est que l'enrobage de tout ceci passe par du dating sim, des dialogues à image fixe et quelques cgs récompense. Les cgs sont souvent bien réalisées mais alors le dating, c'est une vraie daube.
Je ne suis pas la personne la plus exigeante sur ce point d'habitude mais là, c'est compliqué : faut chercher des endroits dans le hub pour faire des rendez-vous. Et ces rencards consistent juste à lire des dialogues répétés ad-nauseam et à hocher de la tête à chaque phrase afin de pouvoir nous rapprocher et conquérir cet être en réduisant la distance petit à petit afin de pouvoir enlacer ou caresser des têtes. Oui, comme ça, à la cool. Et c'est ces combinaisons d'audaces qui orientent le tout, combinaisons différentes suivants les personnages mais -heureusement- fixe pour une personne donnée. Enfin, fixe, on s'entend : il y a une combinaison différente par humeur histoire de corser la chose. Trop, en fait, vu qu'il y a plus d'une quinzaine d'humeurs (18 ou 19 de mémoire).
Une petite aparté pour dire que je trouve bizarre de pouvoir se mettre avec tout le monde alors que le héro, parangon de la vertu, est censé être marié avec un des personnages du jeu.

Le second problème, c'est que le jeu est tellement facile qu'il est loin d'être impossible de tomber des ennemis avec 10 à 30 niveaux de plus que nous, même en début d'aventure. Et en le faisant, on devient tellement surpuissant que la trame principale devient osef de fou à cause de sa construction. Déjà parce que les maps sont des longs couloirs interminables, eux aussi segmentés par des temps de chargements bien sur, avec une narration tellement inexistante qu'on se demande qui pourrait avoir envie de se fader des quêtes de ce type avec tant d'envie. Du pur fedex, semblable à ce qui peut se trouver sur n'importe quel panneau d'affichage de n'importe quel mmo du monde.
Mais comme si c'était insuffisant, le jeu t'oblige à arrêter tous les 2 à 4 écrans pour retourner dans son hub des enfers, afin de distiller son scénario. Et vu qu'on est sur de l'image fixe sans doublage, ils auraient pu en coller dans ces donjons histoire qu'on évite de se taper x temps de chargement relou. Et accessoirement, pouvoir garder intact les humeurs qu'on s'est embêté à orienter...

Mais bref, vu que derrière il y a un vrai jeu, faut savoir aussi qu'une partie du reste vient du mmo. Il y a par exemple énormément de capacité utilisable en fonction de son arme ou du type de combattant/soigneur que l'on vise être. Les combats sont sympa en soi, assez proches de ce que l'on pourrait trouver dans un jeu d'action lambda : on esquive, on tape, on utilise des objets, ce genre de truc. On peut commander nos alliés aussi, ce qui est loin d'être de trop vu qu'ils sont bêtes à crever, et les "récompenser" en parole afin de modifier légèrement leurs actions et leurs fréquences. Oui, encore de la modulation.

Sao propose une tonne de chose à faire pour qui apprécie mais il échoue lamentablement dans la manière de le présenter à un nouveau joueur. Dlc ou non, tout intervient dès le lancement du jeu et on se retrouve comme un gland avec des trucs qu'on pense faisable mais qui ne le seront que dans plusieurs heures, des marchands pour du haut niveau et ce genre de chose.
Au delà d'alourdir un début déjà poussif, noyer le joueur de trucs inutiles dont il oubliera probablement l'existence après la première dizaine d'heures, c'est l'antithèse du truc à faire. Et je précise que malgré 40h dessus, la fin ne semble pas si proche.

Bref, même à 15€, je ne le conseillerai pas en solo. Les bastons sont sympa mais le jeu reste trop facile, trop linéaire et trop entrecoupé pour donner envie alors que le reste n'est qu'un jeu de dating géant, aux dialogues bien trop peu nombreux, dans un hub sans le moindre intérêt ludique.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 806 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Euklif Sword Art Online: Hollow Realization