👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J'ai commencé en prison, à me choisir une tête moche (parmi une infinité de faciès disgracieux, cela dit, c'est pas le choix qui manque) quand le roi est venu me faire part de quelques soucis.
Un donjon et quelques rats plus tard, je quittais enfin cette laborieuse entrée en matière et me retrouvais dehors, au grand air !

Ah ben... c'est moche. Les textures des montagnes lointaines sont atroces, ça gâche un peu le panorama.
Quelques patch et textures pack plus tard, c'est vraiment très beau, cela dit. Une bonne chose de faite.

J'ai exploré les environs en sautillant dans les hautes herbes et me suis emparé d'un cheval pour aller visiter le vaste monde.
Du moins, je l'ai cru vaste pendant les trop courtes minutes qu'il m'a fallu pour en atteindre les limites. Je galopais tranquillement et je me suis pris un mur invisible dans la face. Même pas un fleuve ou une montage, une putain de barrière invisible qui m'a ramené brutalement dans les années 90 du jeu vidéo.
J'ai regardé tranquillement ma carte et j'ai vu que la région était toute petite. "Bah, c'pas grave, je vais en changer". "Ah beh on peut pas..." "Mais... c'est ma carte du monde, ça, alors ? :X" Oui, ce jardin de quelques hectares constitue l'aire de jeu d'Oblivion. Le dernier Elder Scroll auquel j'avais joué était Daggerfall, et je vous promets que ça fait un choc.
Alors oui, c'est plus dense, plus beau, plus cohérent, mieux rempli mais on se sent immédiatement à l'étroit. Ce n'est pas seulement pour se promener que ça craint, c'est aussi qu'on entend toujours les mêmes noms de ville, du coup, et que ça aussi, ça renforce cette impression de confinement.

L'interface en a pris un méchant coup dans l'aile aussi. Les menus sont peu pratique, c'est assez laid. Wtf ? La musique est jolie mais vite oubliée. La sonorisation des dialogues, avec le mini jeu de réputation, est insupportable.

A côté de ça, les PNJ réagissent bien. Ils donnent l'impression de vivre leur vie, d'avoir un emploi du temps. Les quêtes mettent parfois cet aspect en valeur en demandant de prendre des gens en filature.
Les combats ne manquent pas de pêche. C'est dynamique, assez riche, on sent un certain potentiel. Je ne suis pas allé assez loin pour réellement en profiter.

Ce qui m'a fait arrêter prématurément, c'est que l'univers donne l'impression de n'avoir quasiment aucune identité propre. J'étais dans l' "Univers d'héroic-fantasy standard n°79" et ce n'est pas la direction artistique sans saveur ou le charisme inexistant des personnages qui me feront changer d'avis. Tout ça manque singulièrement d'âme.

The Elder Scrolls IV: Oblivion
LeChiendeSinope
6

Elder Scrolls pour les nuls

Je suis quasiment toujours emballé, à leur annonce, par les Elder Scrolls. Plus que jamais ça a été le cas avec Oblivion. Les screens en jetaient un max. C'était d'une beauté hallucinante. Au vu des...

Lire la critique

il y a 11 ans

22 j'aime

4

The Elder Scrolls IV: Oblivion
Flagadoss
4

Oblions tout ça...

Continuant mon marathon de "c'est les vacances, j'ai rien à foutre, je vais faire des plein de jeux en promo Steam qui sont il paraît bien et incontournables pour toute culture vidéoludique", je me...

Lire la critique

il y a 11 ans

22 j'aime

18

The Elder Scrolls IV: Oblivion
ThoRCX
7

De si bonnes idées et des persos si moches...

Il y a bien des manières pour présenter un RPG. Certains d'entre eux tels que The Witcher ou Deus Ex mettent en avant un personnage unique imposé, sans customisation de l'apparence, et mettent en...

Lire la critique

il y a 11 ans

18 j'aime

1

Martyrs
Ezhaac
9
Martyrs

Expérience traumatique

Peu de films ont su me retourner comme l'a fait Martyrs. Je vais éluder le débat stérile sur la légitimité du thème de la torture au cinéma et partir du postulat que la vocation première du film...

Lire la critique

il y a 12 ans

82 j'aime

4

Sweeney Todd - Le Diabolique Barbier de Fleet Street
Ezhaac
4

I feeeeeeeeel you, Johaaaaaanaaaaaaaaaa !!

Avec une photo gothique à souhait et un Johnny Depp qui fait peur, le film partait plutôt bien, d'autant qu'une fable romantique sur le cannibalisme n'était pas pour me déplaire, sur le papier. Mais...

Lire la critique

il y a 11 ans

62 j'aime

11

Vidocq
Ezhaac
8
Vidocq

Paris gothique en numérique

Le film qu'il vaut mieux ne pas aimer quand on veut briller en société, tant il se traine une réputation usurpée de nanar. Alors c'est le moment de m'empoigner les couilles et de les poser sur ce...

Lire la critique

il y a 11 ans

58 j'aime

14