Oblions tout ça...

Avis sur The Elder Scrolls IV: Oblivion sur PC

Avatar Flagadoss
Test publié par le
Version PC

Continuant mon marathon de "c'est les vacances, j'ai rien à foutre, je vais faire des plein de jeux en promo Steam qui sont il paraît bien et incontournables pour toute culture vidéoludique", je me suis dit qu'il était temps de s'atteler à Oblivion vu qu'il était pas cher. Cette fois ci l'arrêt a été plus court qu'initialement prévu.

Avant tout, je souhaiterais m'exprimer sur le fait que si les RPG médiévaux où on tabasse saloperies et conneries à l'épée ne sont généralement pas à la première personne, c'est qu'il y a une raison. Voyez, l'intérêt de la vision à la première personne est à mon avis principalement pour viser, et que l'immersion n'est que rarement affectée (exception faite de Amnesia). Là, ça donne la possibilité de taper avec une épée sur un monstre qui fait la moitié de l'écran car il a la distance pour me rouler une pelle entre deux coups de gourdin avec des clous rouillés dedans. Le côté challenge d'exécution est quand même assez réduit quand une des seules marges de manœuvre que l'on a consiste à laisser enfoncer le clic de la souris plus ou moins longtemps pour donner un coup plus ou moins gros, sachant qu'au final l'on finit par toujours donner le même type de coup aux ennemis. Cependant, il est possible de jouer à la 3e personne et ainsi de mystérieusement rater tous ses coups qui étaient précédemment inévitables, mais tel Fallout 3 l'animation du perso en vue à la 3e personne n'est à utiliser que si l'on a envie de revomir sa bile. J'aurais pu faire ce paragraphe dans ma critique de Morrowind mais j'ai heureusement oublié ce souvenir douloureux.

Donc je disais, re-vomir. Car oui, vous aurez déjà vomi avant d'en arriver à trouver la touche pour changer de vue. Déjà, vous commencez par une création de personnage qui est à gerber, tout est paramétrable mais le problème est que quelles que soient les caractéristiques physiques du personnage, il aura la tête de Dominique Pinon un lendemain de fête.

Et oui, le moteur graphique a beau être puissant et avoir la possibilité de faire des trucs super cool comme de pouvoir montrer les détails du dîner de la semaine dernière dans la barbe du brigand qui essaie de me péter la gueule, ça ne change pas le fait qu'avec un moteur, il faut faire quelque chose d'un minimum esthétique. Vous aurez beau modéliser avec, si ce que vous représentez est un étron, cela reste un étron, même si cela fait fondre votre carte graphique pour le rendu. Donc il y a des persos moches dans des villes fades avec des décors répétitifs. Mais un jeu, ce n'est pas uniquement le côté visuel, donc continuons la visite s'il vous plaît.

Les touches sont complètement non-intuitives et pour la première fois depuis longtemps j'ai dû chercher sur internet pour savoir comment faire pour jeter un objet ce qui est quand même un peu le ponpon. L'interface est certes mieux que pour Morrowind, mais il n'y a pas de quoi pisser dans un violon non plus.

Les PNJ ont des animations de merde, et vous aurez beau avoir un moteur de gestion de leur vie en les faisant aller se coucher, mais ils restent mal animés. MAIS on avait dit qu'on parlait plus du visuel (alors qu'Oblivion m'avait toujours été vendu comme un jeu époustouflant au niveau de la qualité graphique MAIS PASSONS). Donc ces petits PNJ, ils ont tous la même vois, et même si ces petits personnages peuvent maintenant dormir et avoir une vie virtuelle, au final j'ai pas vraiment moyen de le savoir, et leurs dialogues restent quand même grosso merdo identiques. L'on pourra quand même noter l'absurde d'avoir un personnage qui parle à un autre personnage qui possède exactement le même doubleur, ce qui rend les choses complètement ridicules (Hé mais, ça fait deux technologies, graphique et IA, qui étaient censées être au cœur de l'intérêt du jeu non ?).

Enfin tout cela ne serait rien sans la faille majeure du jeu qui fait que je m'amuserait plus à lire du Marc Levy qui est qu'il n'y a pas d'immersion, ou bien que je n'ai pas trouvé les petits écriteaux "Vous êtes censés vous amuser" éventuellement cachés au fond d'une obscure grotte génériquement créée dans une campagne générique. L'histoire est sans faveur (faut sauver le monde, again) et au final on se retrouve avec notre Dominique Pinon lubrique à battre la campagne et à discuter avec des mecs qui ressemblent à des clones et qui nous regardent fixement comme si on avait tué leur chat (ce qui est possible, j'ai pas fait gaffe à tout ce que j'ai crevé dans ce bas-monde), tout ça pour pouvoir se taper une grognasse qui dans un bled paumé.

Une autre chose que j'aime bien dans les RPG et dans les jeux vidéo en général et qui est absente d'Oblivion, c'est d'avoir au bout d'un moment des flingues qui tirent simultanément 8 ogives nucléaires et qui font en même temps le café alors que l'on se bat contre des hordes de bouseux (lire : impression de puissance et epicness). Bah là, les ennemis montent de niveau en même temps que notre acteur du cinéma français. C'est un peu comme si à chaque fois que je trouvais une nouvelle dose plus forte de Viagra, un sale petit con venait me montrer une photo de ma grand-mère qui se serait pris une bombe au phosphore : on a pas vraiment l'impression de progresser. Mais comprenez-moi bien, c'est pas pour cela que j'ai envie de tuer des rats pendant tout le jeu alors que mon e-penis devient plus grand, c'est juste que j'aime bien avoir des monstres qui deviennent plus gros, plus impressionnant, plus nombreux ou n'importe quoi qui me donnerait l'impression de progresser et qui me donnerait une impression d'accomplissement d'une façon autre que "Your Sneak ability has gained 1 level".

Enfin bref, tout ça pour dire que le seul moyen que je vois pour Oblivion de marquer l'histoire du jeu vidéo, c'est en montrant un concentré de choses à ne pas faire. Cela montre aussi que sortir un jeu, l'estampiller "AAA" et faire une bonne campagne marketing, ça permet de faire acheter le jeu au gens, quel qu'en soit le contenu. Et je commence d'en avoir ma claque des RPG "réalistes" aussi, tout est marron ou fris, les personnages ressemblent à des lavettes et les scénarios sont presque toujours pourris. Je sais pas si c'est le genre qui commence à fortement m'ennuyer, mais ça devient une manie. Je vais me retrancher dans les J-RPG et me faire cracher dessus par les joueurs "matures" alors que je me fais une épée en carton de 19m de long, que je me teins les cheveux en blanc et que j'y met un pot de gel.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1443 fois
22 apprécient · 9 n'apprécient pas

Flagadoss a ajouté ce jeu à 1 liste The Elder Scrolls IV: Oblivion

Autres actions de Flagadoss The Elder Scrolls IV: Oblivion