Le nordique qui pique

Avis sur The Elder Scrolls V: Skyrim sur PC

Avatar LucasSchiano
Test publié par le (modifiée le )
Version PC

Comment écrire un papier sur Skyrim? Difficile exercice quand on parle d'un des jeux les plus adulés côté jeux de rôle de la dernière décennie (qui n'oublions pas vient de commencer).

Le problème, c'est que j'aime beaucoup les ES, j'avais adoré Morrowind et son univers haut en couleur avec des graphismes appréciables en 2003, les classes décalés comme le barde et ses bestioles sortis de nul part. Skyrim se déroule dans le même monde avec une carte plus grande, plus de quête et plus beau qu'un koala alors pourquoi est-il bien moins bon que son grand frère ?

Il faut dire que si le 5ème ES est un beau garçon bien façonné, il a de nombreuses tares qui font mal pour un homme de PC (donc de goût bien sur). Il faut dire qu'avec son frère plus récent qu'est Oblivion, on se doutait un peu que Skyrim allait manger un peu le sol à l'accouchement. Non, une interface aussi ridicule et contraignante que la sienne n'est pas excusable. Celle de Morrowind était parfaitement bien adapté au PC mais pour faire plaisir à nos cousins un petit peu idiot de joueurs consoles, Bethesda (La grosse Beth pour les intimes) a carrément enlevé la totalité pour nous pondre le truc le plus ergonomique du monde au pad. Je suis tellement fâché que je vais me permettre un caps lock... AU PAD. Foutre Marie, on joue avec des claviers nous !
Le problème, c'est que question découpage violent à la hache dans le ton "enquête de l'impossible" sur NT1, Beth, cette coquine a carrément oublier de nous mettre une fiche de personnage, des classes, un vrai background solide, bref, elle a oublié qu'un jeu de rôle est une expression où tout les mots comptent et c'est douloureux.

Que reste-t-il de ce beau bébé bien bête, on ne peut pas le mettre aux ordures, trop américain, alors on explore, on se ballade, bref, on se fait une bouffe en campagne. Cela pourrait être parfait, après tout, un jeu d'exploration mâtiné d'élément de jeu rôle est une formule viable mais si la sauce ne prend pas ici, c'est que Beth, avec l'âge, devient frigide et nous a pondu des décors sympathiques mais assez génériques au bout de 10 heures, il y a du beau, on ne va pas se le cacher mais en jouant la carte du réalisme, on ne retrouve pas le grain artistique de Morrowind (encore lui), ce qui fait qu'on a tôt fait d'arrêter de se lustrer sur les décors.

Alors voilà, Skyrim n'aura que 5, une note objective pour un jeu un peu vide et teubé sur les bords comme dise les artistes de notre époque. Il n'est pas à repousser et sera passable en GOTY à 15€ mais pour l'instant, ça reste bien moyen.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 588 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de LucasSchiano The Elder Scrolls V: Skyrim