👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

500h de jeu après en avoir fait l'acquisition à Noël 2011, il est enfin venu le temps de faire le point sur ce qu'est vraiment Skyrim : le RPG ultime comme la presse a pu le dire, ou juste une coquille vide comme on peut l'entendre ça et là ?

Premier regret personnel : en autant de temps de jeu, je n'ai jamais fini la quête principale, ni dépassé le niveau 20. "Comment ?", vous entends-je déjà crier. La faute à une "rerollite aiguë", comme on dit dans le jargon, qui pousse à toujours créer de nouveaux personnages, de nouvelles histoires... Or, niveau histoire, Skyrim est bien pauvre, et c'est à mes yeux son principal défaut. "L'histoire", tout le monde la connaît : un grand dragon vilain vient foutre le bordel le jour de votre exécution parce que vous étiez pas au bon endroit au bon moment... Résultat des courses, vous voici propulsé Enfant de Dragon, avec pour tâche rien de moins que la sauvegarde du monde. Ce pitch extrêmement classique n'attend en théorie que d'être saupoudré de votre imagination : qui incarnerez-vous, quelles seront vos actions ? A ce stade, le jeu promet monts et merveilles en terme de "roleplay", composante évidemment essentielle du "Role Playing Game"... Et se prend rapidement les pieds dans le tapis.

Car en effet, il n'est intéressant de jouer un rôle que si ce rôle impacte son environnement. Mais cela n'arrive jamais. Les personnages non-joueurs sont tous, sans exception aucune, des lignes de dialogue sur pattes : chacun a la sienne, aucun n'en dévie, pas la moindre surprise à l'horizon : les personnages sont des outils de communication entre le développeur (qu'on pourrait appeler le MJ) et le joueur. Ce genre de personnage est le pire possible, non seulement il interdit l'immersion mais en plus il ôte toute envie de continuer le jeu. Ici, chercher à en savoir plus sur un personnage revient à trouver à partir de quel moment il n'a plus aucune quête à vous donner. Le monde ne change pas plus selon vos actions : comme figé éternellement à l'état où il était lorsque vous avez pris la manette pour la première fois. Skyrim n'est plus un jeu vidéo, c'est un "jeu photo". L'immobilisme est le maître mot.

Ce qui est triste, c'est que chaque tentative de contourner cette effrayante immuabilité commence agréablement : chaque personnage est prometteur, chacun porte en lui l'étincelle de l'espoir. On se fixe des règles, on se dit qu'en jouant de telle ou telle façon, l'on parviendra bien à vivre une aventure digne de ce nom. Mais, toujours, un grain de sable vient se ficher dans la mécanique. On connaît de plus en plus le fonctionnement de ce monde, qui perd de son côté enchanteur à chaque nouvelle désillusion, alors on établit de plus en plus de stratagèmes pour ne pas voir les défauts qui nous ont fait abandonner la dernière fois. Rien n'y fait, le jeu vous rattrape toujours pour vous rappeler qu'il est un jeu et que ses règles ne peuvent être contournées.

De l'impossibilité de tuer certains personnages aux passages obligés dans les quêtes quand bien même vous voudriez faire autrement, de l'omniprésence de la baston à la répétitivité des donjons, la vérité apparaît alors soudain : Skyrim n'est pas un jeu de rôle. C'est un jeu d'action, un défouloir bête et méchant. L'apparente opulence de son contenu qui n'est en fait qu'une accumulation de copier-coller (autant au niveau des donjons que des ennemis que des quêtes) ne peut plus cacher ce fait indubitable. Le charme de la nouveauté lorsqu'on décide d'incarner un nouveau personnage est bien vite terni par le refus répétitif de vos souhaits, même les plus mineurs. On en viendrait presque à toucher du doigt la philosophie : 7 ans de possession de The Elder Scroll V : Skyrim m'auront permis de comprendre que l'illusion de liberté ne doit pas être confondue avec la liberté elle-même.
Rien que pour ça je lui mets 6.
Mais pour le reste, je ne le conseille pas.

Quintino
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Les meilleurs jeux Bethesda

il y a 3 ans

The Elder Scrolls V: Skyrim
Resh
4

Ou le triomphe commercial de la quantité sur la qualité

Après un Morrowind qui ne m'avais pas marqué plus que ca, un Oblivion qui m'avait fortement décu, et un Fallout 3 qui relevait de la haute trahison, Bethesda et moi, c'est une longue histoire de...

Lire la critique

il y a 10 ans

168 j'aime

152

The Elder Scrolls V: Skyrim
Flagadoss
9

Killin' an' Skinnin' Dragons for a Livin'

Vendredi soir en province. Pas grand chose à faire. Mon colocataire vient de passer sa nuit sur le nouveau Elder Scroll vu qu'il l'a acheté à minuit la veille. Je regarde un peu. Ca a l'air...

Lire la critique

il y a 10 ans

104 j'aime

41

The Elder Scrolls V: Skyrim
yavin
4

Vieux jeu

Skyrim, on ne va pas se mentir, je t'ai défendu avant ta sortie, j'ai voulu croire en toi, au renouveau de la traditionnelle écriture insipide de tes auteurs et j'ai même espéré passer de longues...

Lire la critique

il y a 10 ans

82 j'aime

13

Imitation Game
Quintino
7

Humain ou machine ?

La première chose à remarquer c'est que Benedict Cumberbatch est aussi à l'aise qu'un poisson dans l'eau pour jouer les génies asociaux (coucou Sherlock). Son interprétation d'Alan Turing,...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime

Love
Quintino
10
Love

All You Need Is : Love

Un disque original des Beatles en 2006 ? A part un homme s'étant enfermé à double tour dans un bunker nucléaire en 1968, personne n'y croit. Et pourtant, Love des Beatles réussit l'exploit de...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime

Grand Theft Auto V
Quintino
8

Grand Trip Video

Eh bien voilà, fini... Ah on peut dire que j'en aurais profité de ce GTA V ! Un peu moins de 3 mois pour finir l'histoire (je l'ai eu le jour de sa sortie), trois mois passés à tenter diverses...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime