Le Club Skyrim et ses Pas Si Gentils Organisateurs vous proposent...

Avis sur The Elder Scrolls V: Skyrim sur PC

Avatar Julien ******
Test publié par le
Version PC

C'est là qu'on se rend compte que la qualité des derniers Elder Scrolls repose entièrement sur leur ambiance.

Parce que, quand on y réfléchit, Morrowind avait déjà tous les défauts qui minent Oblivion : quêtes chiantes, donjons génériques, scripts foireux, animations pitoyables et autres caetera. Pourtant, vous retrouverez parmi les fans et amateurs une majorité de Morrobitches qui conspuent Oblivion de toute l'acidité de leurs sucs salivaires.

Mais puisque Morrowind se résume lui aussi à un enchainement de quêtes consistant à aller tuer untel avant d'escorter tel autre au village suivant tout en guettant d'éventuelles pousses de Mariejeannöre, comment expliquer l'ampleur de l'empire qu'il s'est taillé dans le coeur d'un si grand nombre de joueurs/arpenteurs de mondes imaginaires ?

Certains avanceront que les dialogues de Morrowind étaient beaucoup mieux écrits et travaillés, ce qui n'est pas faux : le moindre PNJ vous contait l'intégralité de sa vie, même lorsque vous aviez ouvert le dialogue par erreur alors que vous ne souhaitiez que le délester de son équipement. A l'inverse, le passage aux voies enregistrées amorcé par Oblivion a eu pour conséquence un terrible appauvrissement des dialogues qui passèrent du paragraphe travaillé à la phrase simple sujet, verbe, complément.

Alors oui, peut être, un peu, mais pas tant que ça. Après tout, se manger un monologue dans les dents par le premier pèlerin venu n'est pas ce qu'il y a de plus immersiogène. Et puis s'il est question de richesse du background, l'immense somme d'écritures diverses densifiant l'univers est aussi présente dans Oblivion. Les gens vous en disent moins sur leur ville mais vous en apprenez autant dans les livres.

Rien à voir non plus avec le système de jeu quasi-identique, même si légèrement simplifié dans Oblivion. Rien à voir avec la musique qui fait dans la continuité. Rien à voir avec la mise en scène à peu près foirée dans les deux cas. Rien à voir avec le putain de système de combat. Rien à voir avec le système de progression du personnage.

Alors quoi ? C'est très simple, l'essence du gouffre qui sépare Oblivion de Morrowind se résume en quelques lettres et un signe :

Morrowind > Cyrodill

Et oui, parce que d'un côté on a une région complètement inédite, avec une identité forte marquée par un paysage original et varié et de l'autre, tout simplement le terrarium le plus banal et le plus générique qu'un univers fantastique ait jamais proposé. Cyrodill ressemble à tout et n'apporte rien alors que l'univers de Morrowind est un personnage à lui tout seul. Alors oui, ça s'explique par le background, mais les développeurs ont emprunté un chemin hyper casse-gueule en plaçant un opus en Cyrodill et ils en sont sortis avec tous les membres brisés.

Vous voyez où je veux en venir maintenant, hein ? Oui, oui, je vais enfin parler de Skyrimself, mais pas longtemps. Donc, on pourrait poser les termes de notre proposition de cette manière :

Skyrim = Morrowind > Cyrodill

J'irais même jusqu'à risquer un

Skyrim > Morrowind > Cyrodill

mais j'estime que ça tient du jugement personnel (la montagne, ça vous gagne !).

Et finalement, c'est ça un Elder Scrolls : un monde ouvert qu'on se plait à vivre, visiter et expérimenter à volonté. Si ce monde offre une richesse visuelle et une identité équivalente à Morrowind ou Skyrim, on se laisse complètement aspirer et les heures défilent sans qu'on s'en aperçoive. Vous qui cherchez un scénario riche en rebondissement et des quêtes complexes à plusieurs niveaux de résolution, passez votre chemin, ici, tout n'est que prétexte à exploration.

Mais quelle exploration MES AMIS. Une vraie évasion, un long voyage, une grande aventure. J'en suis surpris d'être redevable d'une taxe d'habitation à la République Française plutôt qu'au Jarl de Blancherive.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 340 fois
3 apprécient

Autres actions de Julien ****** The Elder Scrolls V: Skyrim