"Passez vous souvent dans le quartier des nuées ?"

Avis sur The Elder Scrolls V: Skyrim sur PC

Avatar Bastien_Cavaillé
Test publié par le
Version PC

Mon attachement pour les The Elder Scrolls s'est fait progressivement. Je n'ai que très peu joué à Morrowind, en effet à sa sortie en 2002 je n'avais que 8 ans et la difficulté du gameplay a été vraiment un obstacle pour que j'apprécie le jeu à sa juste valeur. Je ne faisais que créer de nouveaux perso et m'amusait à foutre le bordel dans l'auberge d'Arill (faites pas genre tout le monde l'a au moins fait une fois).

Oblivion est ensuite arrivé et j'ai commencé a vraiment y jouer vers 14 ans. J'avais baptisé mon personnage Khajit "Vermine" comme ça quand les gardes à qui je menais la vie dure me criez "Meurs vermine !" cela me donnait l'impression qu'ils connaissaient mon nom et ça c'était fort appréciable. Voleur et tueur sans vergogne, mon parcours avec ce perso fut semé de meurtres gratuits, de vols épiques et multiples provocations. J'ai adoré ce jeu et je me suis dit qu'il était impossible que TES V : Skyrim soit meilleur. Et pourtant...

20 Novembre 2011 muni de mon porte monnaie je fonçais chez Boulanger (Darty, Micromania, Ultima je dois citer d'autres marques) pour acheter Skyrim. Je sais ce que vous vous dites "Pourquoi tu l'as pas acheté le 11/11/2011 le jour de sa sortie ?". Tout simplement à cause du fait que j'avais une dissertation de philo à rendre et qu'il n'aurait pas été raisonnable que je passe mon week end devant le jeu.
Je créea donc un Khajit qui était le descendant d'un voleur et tueur sans scrupules sévissant dans Cyrodill, vous l'avait devinez il s'agit de de l'arrière arrière arrière arrière petit fils de Vermine qui fut également baptisé comme son aïeul.

C'est alors que tout commença ! Après avoir échappé de peu à une décapitation style Ned Stark (Quoi tu oses spoiler la saison 1 de GOT, omg grand fou ! ) pour un méfait dont j'étais innocent (si si sur ma vie !). J'ai entrepris une longue carrière de malfrat, mon premier acte fut l'exécution d'une poule dans le village de Rivebois. Elle était là à me narguer, à remuer son croupion, je n'avais donc pas le choix de la trouer avec une belle flèche. Tout le village m'est tombé dessus et j'ai du tuer ce pauvre Alvor le forgeron qui ne cessait de me suivre la hache à la main. Avant cela j'avais en faveur de ce bon vieux Sven fait la quête du triangle amoureux, même si j'avais bien voulu chopper la petite impériale. Ayant échappé à la mort, je ne pus échapper à la prison quand 1 garde à proximité de Blancherive m'interpella.

Toutefois le descendant du grand Vermine n'allait pas se laisser faire de la sorte ! Je réussis à m'évader et laissa de coté les affaires que l'on m'avait confisqué. J'étais seul, je pensais que comme dans Oblivion si je commettais un crime, tout le pays était à ma recherche. Je marcha donc jusqu'à Vendeaume, pensant me faire coffrer une nouvelle fois. Et non ! Les gardes ne bougèrent pas !

Je pus donc chercher des quêtes ou des occasions de commettre des larcins. C'est là que je rencontra le jeune Aventus Arentino et ma carrière de criminel débuta. Du dérodage d'une coupe en or déguelasse chez un pauvre habitant de Solittude de l'assassinat (un peu trop facile à mon gout) de l'empereur. Je mis fit un nom à l'instar de mon ancêtre.

Ensuite j'ai commencé la quête principale et les compagnons ainsi que l'académie des mages, bien qu'elle ne furent pas extrêmement passionnante. Si sauf la quête des parchemins des anciens dans la ruine dwemer était franchement épique, RIP Sven qui me suivait depuis le début de la quête principale qui à l'article de la mort fut victime d'un FUS RO DAH ! mal maitrisé. J'ai cru devenir fous avec tous ces falmers qui me harcelaient, heureusement mon don pour la dissimilation me fut bien utile une fois Sven hors jeu.

Au cours de mes multiples périples je rencontra des personnages fort sympathiques tel que ces fêtards sur les routes qui m'offraient volontiers des coups à boire. Mes aussi des persos arrogants tel que mon congénère J'Zhargo de l'académie des mages qui prétendait qu'il "maitriserait avant moi le niveaux expert en sort de destruction". Sans oublier cette infâme connard de Nazeem avec son "Passez souvent dans le quartier des nuées ? Arf, mais qu'est que je raconte bien sur que non" . Me l'ayant dit des dizaines de fois j'avais envie de lui rétorquer "Mais espèce de c***** je suis le dovakhin, le chef de la confrérie noire, de la guilde des voleurs, je suis thane dans presque toutes les villes etc..". Mais ne pouvant pas le faire, je décida de le tuer ainsi que sa femme, de cambrioler leur maison, de pisser dans leurs lits, violer leur chat etc etc.

Toutefois ce qui m'a fait encore plus aimer le plus ce jeu, ce sont les grottes, donjons et autres tombeaux. Bien que souvent répétitifs je prenais toujours du plaisir à découvrir un nouveau lieu à visité. J'aidais parfois des femmes en détresses, je tuais des bandits, découpais du Draugr. J'avais amassé suffisamment d'or pour m'acheter une maison dans chaque ville et me trouver une femme. Cette belle impériale Camilla de Rivebois. En effet mon ami Sven mort je me devais de veiller sur sa copine, chose que je faisais avec beaucoup d'enthousiasme. Le mariage état beau, les convives passait un bon moment. J'étais heureux, ma femme que j'avais installé à Faillaise avait ouvert sa boutique et me donner de l'or, tout était pour le mieux.

Jusqu'à qu'un soir en rentrant d'une longue journée de banditisme, qui je vois sortir de ma maison par la porte de derrière ? Mais oui bien sur vous l'avez deviné cette petite enflure de Faendal (franchement vive les bugs du jeu ^^). Ma colère était à son paroxysme, je sortis rejoindre Faendal et lui planta ma dague dans le dos et jeta son cadavre dans la rivière. Une fois rentré j'assassina brutalement mon huscarl qui n'avait pas réagit en voyant Faendal sauter ma femme, je la soupçonnais même d'avoir fait un plan à trois avec l'elfe et cette salope. Cette dernière je la tabassa pour qu'elle comprenne qu'on ne se moque pas de moi. J'attendis une heure et je la re tabassa et ça toute la nuit. Je partis ensuite dans ma maison à Sollitude pour mettre de la distance entre elle et moi.

Je continua mes aventures le long des routes de Bordelciel (Yo Bob Lennon), traquant les dragons, tuant de rage chaque paysans que je croisai sur mon chemin. Jusqu'à que ma haine envers ma femme s'apaisa enfin. Je l'installa avec moi à Solitude, mais le lien était brisé, je me contentais de lui rendre visite une fois par mois, pour récupérer de l'or.

Mais la vie devait continuer, j'entra en possession de la couronne de Barenziah à la suite d'une expédition épique, pour disposer de l'atout "chance du pillard". J'étais immensément riche, ma renommé aussi bien en tant que Dovhakin que leader du crime en Bordeciel n'est plus à faire. J'avais mis un point d'orgue à la guerre civile en combattant aux cotés des Sombrages. Bien qu'ils considéraient ma race comme étant inférieurs et bon qu'a voler et dealer (ce qui pour mon cas n'est pas faux), mon amitié avec Ralof, me poussa à vaincre l'empire et mettre genou ce gueux de Tullius.

Chef du crime, Dovahlin, Héros des Sombrages, Leader des compagnons et de l'acédémie, détenteurs de la quasi totalité des artefacts daedriques et des neufs masques des prêtres dragons, j'étais tout simplement le roi de Bordeciel.

Evidemment dans ma critique j'aurais pu vous parler des graphismes, des textures, de la richesse du jeu. DE LA MUSIQUE TOTALEMENT EPIQUE ! que je n'ai cessé de chantonner durant des mois sans savoir ce que je disais. Je me contentait de crier "DOVHAKIN DOVAKIN, NANOSUDOFALA BARASI BARASA ELALA NAFUGA !"Mais cela a été déjà fait et même les personnes ayant détesté ce jeu, seront obligés de reconnaitre ses qualités.

Je vous ai donc parlé de quelques aventures que j'ai vécu avec mon personnages et j'en ai connu d'autres avec des persos que j'ai crée par la suite, j'aurais pu vous en parler mais ma critique serait aussi grosse que le Tome 5 de Harry Potter "L'ordre du phénix". Il faut se dire que chaque aventure, exploration, action procure un grand sentiment de plaisir. Pour prendre son pied en jouant à ce jeu, il faut selon moi créer une histoire autour de son personnage afin de créer une atmosphère, une ambiance qui n'a pas pu être retranscrite lors de la création du jeu. En parcourant les contrées, les villes, les grottes et donjons, j'ai inventée ma propre histoire et forgé petit à petit l'amour que j'ai aujourd'hui pour ce jeu.

Alors non, ce jeu n'est pas parfait, loin de là, mais après tout ce que j'ai pu entreprendre durant des centaines d'heures de jeu, je ne pouvais faire autrement que mettre un 10.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 628 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Bastien_Cavaillé The Elder Scrolls V: Skyrim