Ode à la frustration

Avis sur The Last Guardian sur PlayStation 4

Avatar Sphinginae
Test publié par le
Version PlayStation 4

Ma note aurait dû être plus basse que ça mais The Last Guardian ne mérite pas un 5. The Last Guardian est un jeu qui est majoritairement porté par son personnage emblématique : Trico, une créature qui ressemble à un gros chat malgré sa tête de chien et les plumes qui recouvrent son corps de furet géant. On doit avouer, la bête est très bien animée et fait preuve d'un réalisme bluffant. Même si nous contrôlons Trico à travers le petit garçon qui l'accompagne, on oublie facilement ce dernier tant nous prenons sa place auprès de la bête. À un moment donné, nous serons amenés à lui donner des ordres pour nous guider à travers de nombreux dédales. Et parlons-en, de ces ordres. Il y a des gens qui disent que la bête a ses propres humeurs et que selon ces dernières, elle sera plus ou moins encline à les exécuter mais soyons sincères, ces refus ressemblent plus à des ralentissements du jeu et nous en avons la preuve quand Trico nous laisse misérablement tomber dans le vide dans les moments où on doit sauter dans sa direction pour qu'il puisse nous sauver. Malgré ça, Trico reste quand même très attachant et c'est drôle de le regarder interagir avec le décor.

The Last Guardian a quand même quelques lacunes qui nous empêchent de pleinement savourer le jeu ou qui nous laisse un goût un peu âcre en bouche. Le scénario est quand même creux, il ne faut pas se le cacher, et on aurait bien voulu en apprendre un peu plus, surtout sur les détails un peu glauques que nous montrent les deux retours en arrière que nous donne le jeu pour nous expliquer ce qui s'est passé avant la première scène. Aussi, il y a des scènes qui sont dérangeantes, agaçantes, qui sont là pour susciter encore plus de sympathie à l'égard du petit garçon et de la bête car le jeu est très court - on le termine en une dizaine d'heures. Du coup, ces scènes, bien souvent crève-cœurs, sont là pour nous arracher quelques larmes, pour nous lier davantage aux personnages mais au bout du compte, elles nous arrachent un soupir de lassitude tant elles sont redondantes, étant à peu près les seuls moments marquants du jeu.

En ce qui concerne son gameplay, The Last Guardian renforce son côté creux en proposant une seule et unique marche à suivre. Tout ce que nous avons à faire et de monter sur le dos de Trico et de lui donner des ordres pour qu'il nous emmène là où nous devons aller et on ne risque pas de nous perdre en nous promenant dans les ruines car nous ne cessons d'aller et venir dans des endroits que nous avons déjà visités, ce qui rend les décors tout aussi redondants. Néanmoins, on ne peut pas cracher sur leur beauté, qui donnent ce côté magique au jeu.

Malgré ma rancœur envers ce jeu, je ne peux pas lui donner en-dessous de 7 car il nous montre un univers magique, une bête touchante, qui a réussi à nous faire sourire en reproduisant les mêmes mimiques de nos chats domestiques. C'est un jeu qui ne plaira pas à tout le monde, qui a misé gros sur son ambiance et qui s'est un peu ramassé sur son gameplay. Peut-être que vous, vous arriverez à fermer les yeux là-dessus, ça n'a malheureusement pas été mon cas. Si vous comptez y jouer, attendez que le prix baisse car il ne vaut pas 70 euros.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 205 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Sphinginae The Last Guardian