Sony vend Trico contre bon soins

Avis sur The Last Guardian sur PlayStation 4

Avatar Joo-Hwan
Test publié par le
Version PlayStation 4

Qu'il est difficile de mettre une note à The Last Guardian...

Cette critique restera volontairement vague pour ne pas gacher les surprises de l'aventure.

LE NPC LE PLUS ATTACHANT DU JEUX VIDEO

Tombé du ciel à l'E3 2009 via un trailer énigmatique mais qui avais réussis à secouer le monde, le nouveau Fumito Ueda était dans tout les esprits. Annoncé en grande pompes pour sortir sur ps3, chaque personne ayant vu ce trailer était fin prête à chialer devant une histoire à la Ueda avec l'animal de compagnie le plus fou jamais vu dans un jeux vidéo. Oui mais non. Le temps passe, les bruits de couloirs se multiplient, le développement a l'air houleux et puis paf ! Fumito Ueda quitte Sony... ça sent le Trico grillé. Motus et bouche cousu, TLG tombe dans l'oublie, et devient même un gag de joueur : "ouais on verra le jour où the Last Guardian sortira ahaha" comme une façon de dire "on verra à la saint glinglin". Ahahahahaha....ahahahha..........aha..........

AH !!! 2015, C'est l'E3, la grande messe du jeux vidéo, on s'attend à tout sauf à ça. 3 fantasmes de joueurs annoncés d'un coup d'un seul : Shenmue 3, Final Fantasy 7 Remake et The Last Guardian ! Sony remporte la mise laissant ses concurrents sur le carreau avec ces 3 seules annonces. La suite on la connait, on achète TLG et on joue.....

Fébrile, tremblant de tout les membres (oui tous !), ça commence.... Et on y est. C'est du Fumito Ueda. Un narrateur s'exprime dans un langage inventé et tribal. La voix est vieillissante. On comprend rapidement que le narrateur est ce jeune garçon que nous allons contrôler durant 10 à 15 heures pour voir les crédits de fin. Bref ça fonctionne.

L'HISTOIRE SANS FAIM

A peine apercevons nous Trico que le Kawaiomettre atteint des sommets. On veut tous le même à la maison à l’échelle 1/10éme et un kit baril de croquette offert. Car oui Trico mange, et à certains moment (scriptés), le mignon compagnon refusera d'avancer tant qu'il ne sera pas rassasié par un des nombreux barils que vous trouverez de part et d'autres.

La direction artistique est enchanteresse et mystérieuse. Il se dégage des lieux une âme, et sans que l'on en prenne conscience le décor nous raconte une histoire. Pas littéralement mais par force évocatrice. Alors on avance en voulant poursuivre cette aventure unique.

Puis on se prend à pester sur des contrôles pas super précis, des bugs de collisions et d'accrochages rendant les phases de plate formes plus complexe qu'elles n'auraient du l'être.

Trico est magnifique et attachant, tellement réaliste dans ses réactions qu'on repense inéluctablement à ce chien de notre enfance ou celui de Tonton Bernard qu'on rêvait d'avoir.
Tout aussi capricieux et vivant au gré de ses envies, sauvage et pas totalement bien dressé ni obéissant, trico ne vous obéira pas toujours. Oooooh Non... Parfois il sera obnubilé par un détail comme un petit chat qui peut jouer des heures avec un bout de ficelle. Vous ne le contrôlez pas, vous ne le commandez pas. Tout comme vous, il est dans un voyage initiatique, il apprend, il se trompe, il se perd, il vit. Les heures défilent et la chanson se répète : on peste mais on admire.

L'HISTOIRE AVEC FIN

Puis c'est la fin. Et on a vécu quelque chose de tellement particulier. Indescriptible ! Encore sonné, on est ni pleinement satisfait ni déçu. Mais quand même, pour moi, ça en valait le coup...

Finalement le jeu aura subit son développement chaotique tout comme les ambitions d'un Fumito Ueda toujours avec un train d'avance sur son temps. Shadow of the Colossus faisait mourir les PS2 en devant gérer ces colosses majestueux aux polygones tellement trop nombreux pour elles. The Last Guardian fait cracher les PS4 (standart) devant un Trico tout aussi majestueux... En ressort ces errances techniques rageante écornant une aventure pure et belle. Touchante.

Et vous qu'en retiendrez vous ? Le fond peut il l'emporter sur la forme à vos yeux ?

Il a les ailes brisées mais parfois.... Il vole... Et atteint des sommets...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 233 fois
2 apprécient

Joo-Hwan a ajouté ce jeu à 2 listes The Last Guardian

Autres actions de Joo-Hwan The Last Guardian