Journal de bord d'un passager

Avis sur The Last of Us sur PlayStation 3

Avatar VernonMxCrew
Test publié par le
Version PlayStation 3

Passager car je l'ai suivi en let's play.
(dédicace à Mrbboy45)
Passager quoique presque survivant.
J'ai vécu une odyssée, avec ces deux-là.
Avec ces trois-là si on compte le streamer Bboy.
Voilà mon petit almanach, succinct.

Vendredi 27 avril 2018:
Plutôt dingue ce jeu. Sorti il y a cinq ans, ça se voit un poil sur les graphismes, on est pas dans le réalisme ultra bourrin de Far Cry ou God of War, mais c'est vraiment beau quand même. Le souci du détail comme il faut. Ça fait même du bien de relativiser, de sortir de la pulsion du dernier cri, à laquelle je suis pas mal sujet en matière de jeux vidéo… se taper un « vieux » jeu et kiffer, voilà qui fait du bien.
Niveau action, immersion, situation et décors post apocalyptique... Il est vraiment très très bien.
(Et puis le 2 sort bientôt qui va probablement être ouf, ça motive aussi, faut pas se le cacher…)

Mardi 1er mai 2018:
J'avais vu un traler du deuxième opus avec la fille qui jouait de la guitare. Je m'en souviens vaguement cela dit, je le regarderai quand j'aurai fini le premier opus. Le trailer ne m'avait pas fait grand-chose à l'époque, je ne connaissais pas le jeu. Aujourd'hui je sens que je pourrais être ému comme un âne.

Mercredi 2 mai 2018:
Putain, j'avance encore dans The last of us, c'est vraiment super, et j'en viens à me demander si la fiction de zombies ne trouve pas dans le jeu vidéo, si c'est bien fait, la satisfaction de beaucoup des critères jusque-là inassouvis que je nourrissais relativement inconsciemment vis-à-vis de ce genre (le genre du Zombie j'entends).
Notamment dans l'idée de véritables tableaux de paysages dévastés qu'on me laisserait admirer en prenant bien le temps, et aussi dans l'idée de scènes d'actions bien longues, rythmées de manière un peu chaotique, en pressions soudaines et détentes un peu interminables au sein d'une même séquence, le tout en plan séquence (le bien nommé). En évitant les enjeux spectacle qui viendraient tamiser celui de la survie.
Des trucs que j'ai retrouvés en partie dans 21 jours plus tard, et succinctement aussi parfois dans d'autres films, dans des scènes d'intro notamment, celle de 21 jours, et celle du remake moderne d'un Roméro. L'armée des morts je crois.

Aujoud'hui:
Ouf ouf ouf
Au.niveau de Zelda dans mon coeur.
Visuellement c'est malade.
L'action est parfaite.
Et l'écriture et interprétation des personnages (voix, animation)... l'intensité des situations et des cinématiques... parfaites aussi.
On en ressort chamboulé.
Il me reste environ 2h à regarder. Mais les 2 heures précédentes étaient géniales.

Aujourd'hui encore:

- j'ai rêvé que je volais une fois.
- ah ouais?
- ouais
- vas-y raconte-moi.
- voilà, j'étais dans un avion rempli de gens. Et tout le monde criait et hurlait parce que l'avion allait s'écraser. Alors je suis allée dans le cockpit, j'ai ouvert la porte. Mais y avait pas de pilote. J'ai essayé de prendre les commandes, mais... évidemment, je sais pas piloter un avion... Et juste avant qu'on s'écrase, je me suis réveillée... je ne suis jamais montée dans un avion. C'est bizarre, non ?
- Humpf. Bah, tu sais, les rêves, c'est bizarre.

Spoil:
https://www.youtube.com/watch?v=znRz8sp61gU

Rah fichtre... Il nous font une Jurassic Park. Que ce soir pour la girafe, ou le cœur d'artichaut qui croyait ne plus jamais avoir affaire aux gosses.

- Quand on en aura fini avec tout ça, je t'apprendrai la guitare.
Saleté d'oignons.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 130 fois
2 apprécient

Autres actions de VernonMxCrew The Last of Us