Avis sur

The Last of Us sur PlayStation 3 par Sasory

Avatar Sasory
Test publié par le
Version PlayStation 3

Bon allez je me lance dans cette tâche, écrire une critique sur ce jeu, je compte aborder tout ce qui me passe par la tête et tout ce que je pense de ce dernier, avec spoiler bien sûr, pour le coup j'aurai un peu de mal à faire autrement...
Je vais d'abord commencer par un avis sans spoil, l'histoire de pourquoi pas donner envie, ou expliquer mon 10 et pourquoi ce jeu le mérite, subjectivement comme, pourquoi pas, objectivement parlant, sans le moindre hype, sans la moindre aigreur ou quoi que ce soit, juste mon avis de gamer de plus ou moins longue date même si j'avoue être à la traîne niveau jeux des années 90, mais je compte me rattraper, j'ai déjà commencé avec les classiques de l'époque, et je compte à l'avenir m'attaquer au top 2 du top 111 soit shenmue 1 et 2 et voir si The last of us mérite d'être devant ou non...

Pour commencer, je vais surfer sur l'arrivé de ce jeu à la tête du top 111 du senscritique pour donner mon avis sur la question.
Je ne pense pas qu'il le mérite, mais je pense qu'au final, comme pour tout les top de senscritique, aucun jeu, aucun film, aucun album, aucun livre ne mérite une quelconque première place, la part de subjectivité qui nous habite dans l'appréciation de tous ces objets culturels et/ou artistiques est trop importante pour prendre en compte ce genre de classement, ça n'a d'intérêt que pour découvrir des perles rares, des jeux reconnus par les joueurs qui mérite le coup d’œil, mais c'est tout sauf intéressant dans son fond.
Et pour finir la dessus, je ne vois pas ce que les personnes qui n'ont pas aimé le jeu (surtout ceux n'y ayant joué que quelques heures) trouve de gênant à voir autant de 9 et de 10, encore une fois c'est une question de ressenti, je vais me pallucher devant journey et shadow of the colossus la ou certains vont trouver ça chiant ou de la pure branlette intellectuelle et alors ? Mon but n'est-il pas de passer un bon moment devant un jeu plutôt que de venir cracher sur le type qui met 10 à bioshock infinite par exemple, que je trouve inabouti ? Non je m'en fiche si lui le trouve abouti c'est tant mieux pour lui, il l'est peut être, qui sait... donc voilà je passe à mon avis sans spoil rapidement...

The Last Of Us est donc un jeux qui risque de m'accompagner bien longtemps à une époque de ma vie ou, en général, les jeuxvideos me gonflent vite, je ne crois pas avoir dépasser les 5heures sur un même jeux (sauf company of heroes premier du nom et peut être catherine) depuis bien longtemps, et la The Last Of Us débarque.
Je ne suis pas un grand fan de Naughty dog, crash bandicout n'est pas un jeu que j'adore, j'ai très peu joué à Jak and dexter sans jamais accrocher, Uncharted 1 est pas terrible, le 3 est presque un ratage complet, seul le 2 m'a plus ou moins olu, et encore j'hésite souvent à être plus raisonnable sur la question, et voilà donc que je lance The Last Of Us. Pour faire court avant de détailler, je pense avoir trouver l'un des meilleurs jeux auquel j'ai pu jouer, c'est une de ces perles rares qui chamboule un joueur et ne le lâche plus, c'est à la fois beau, prenant, touchant, poétique (pourquoi pas), intriguant, intelligent et profondément bouleversant dans son ensemble. Voilà je n'en dirais pas plus.

Spoiler à suivre donc

The Last Of Us est avant tout un jeu inégal, je vais commencer par les défauts et il y en a c'est sur. C'est aliasé, clippé, les décors lointains sont laids à l'instar de ceux de Uncharted 3, le jeu est bugé, mais pas dérangeant, d'ailleurs je ne comprend pas trop le problème avec les bugs ou les critiques qui lui sont faits, à part les saves et deux décalages de parole c'est minime au possible, je n'ai jamais eu de problèmes de scripts, très peu de collision et j'en passe... donc un jeu aux défauts biens présents, et d'ailleurs son principal est son inégalité.
The Last Of Us est pour autant un jeu magnifique, doté d'un gameplay de qualité et d'un scénario touchant et bien écrit mais qui oscille souvent entre l'excellent et le moins bon, on passe vite de zones stressantes ou on a vraiment l'impression qu'on va y passer à chaque pas à des zones ou les infectés ne deviennent qu'un passe temps pour se défouler à des combats très matures contre des brigands qui finissent pas devenir hyper redondant et trop nombreux (Pittsburgh) ou alors trop porté sur l'action quitte à ce que le jeu rajoute des ennemis aléatoirement dés que l'on se fait repérer, trois sont visibles avec l’ouïe, même améliorée au maximum, et dés que l'on déclenche l'alerte, trois autres débarquent de nul part, un défaut majeur pour un jeu se voulant réaliste et réduisant les ennemis au minimum vital dans l'idée que l'espèce humaine est vraiment en danger d'extinction.
Malgré tout, une fois Pittsburgh passé le jeu s'égalise un peu, les phases s’enchaînent avec plus de fluidité et d'originalité, le jeu s'équilibre un peu pour nous montrer qu'après un premier tiers nous proposant de voir un peu tout et n'importe quoi, les deux tiers suivant peuvent enfin s'attarder sur le principal du jeu. Et ce principal n'est autre que le fond, le scénario, les relations entre les personnages, les innovations dans le gameplay (cheval, partie de chasse, phase avec Ellie et j'en passe) pour aboutir à un final plus ou moins attendu mais aux qualités nombreuses et au dénouement magnifique.

Outre ce « pavé » indigeste sur mon avis globale, je vais essayer de détailler partie par partie ce qui font les qualités de ce jeu en m'attardant sur tout ce qui fait un jeu à mes yeux.

Tout d'abord les graphismes, comme déjà dit on oscille entre le magnifique (décors proches magnifiques et hyper détaillés, expressions des personnages et des ennemis bluffantes de réalismes, cinématiques digne par moment de la prochaine génération etc...) et le moins beau (décors lointains fait à la va vite, certains ennemis qui se répète souvent dans leurs styles, leurs façons d'êtres etc...) mais dans l'ensemble le jeu pousse la PS3 dans ses retranchement, et s'avère plus viscéral qu'un Uncharted 2 de part son univers post-apocalyptique très réussi et détaillé, et s'avère donc au final plus réussi que la série Uncharted et plus proche d'un Killzone dans l'idée, plus immersif donc.

Ensuite la musique, Gustavo Santaolalla fait des miracles, jamais la musique ne sonne faux, elle accompagne toujours bien les phases de jeux, de l'infiltration à la baston en passant par les différents moments de grâces qui ponctuent l'aventure et les cinématiques et à commencer par le menu du jeu, simple, beau, intriguant au premier abord, la musique nous met clairement dans une ambiance de fin du monde et le tout avec talent. La guitare sèche (si je ne me trompe pas) est d'une simplicité et d'une beauté rare et l'ensemble est très harmonieux, une belle réussite...

Ensuite la durée de vie (oui je fais les aspects du jeux les moins intéressants à proprement parler en premier haha) est de bonne facture, environ 12-13 heures pour le fini sans trop se presser, un peu plus si on traîne vraiment, et on peut facilement passer sous la barre des 10h en speedant par mal, les zones étant découper pour pouvoir permettre certains rush par moment. Le tout est fourni avec un mode multijoueur de qualité.

Donc le multijoueur, simpliste encore une fois, deux modes de jeux, deux factions et pourtant je n'avais pas pris un pieds pareil sur un TPS/FPS en ligne depuis longtemps la ou depuis plusieurs mois je ne me consacre qu'à des STR pour le multijoueur.
C'est vite prenant, ça ressemble à pokemon haha, capturer le plus de survivant, et ça finit vite par être addictif tout en n'étant pas hyper simple au premier abord et assez complexe au final, basant l'ensemble de ses modes sur la coopération et le jeu d'équipe, ce qui est un peu absent des blockbusters en lignes sur cette génération.

Passons à des choses plus intéressantes, le gameplay, beaucoup reprochent au jeu de ne mettre en avant que son scénario et son ambiance, pourtant le gameplay est bien présent, classique et assez simple dans son approche du survival mais efficace, on peut courir pour éviter les ennemis, on peut s'accroupir pour être discret (à la manière d'un metal gear solid), on peut ramasser de nombreux objets tout au long de l'aventure pour pouvoir ensuite fabriquer des armes, des coktails molotov etc...
Le tout se prend en main assez facilement et s'avère très agréable à jouer. Pour autant le gameplay s'avère un peu limité par moment et peut être trop scripté également (mais ça ça me dérange pas pour le coup), les objets à ramasser sont très peu nombreux, les combinaisons possible de craft limités, trop limités et les mouvements très répétitifs, le jeu enchaîne les phases d'infiltrations, de fouille et de combat assez intelligemment mais n'évite pas une certaine redondance avec le temps et le jeu s'avère assez facile. Pour autant, pour ma part, le plaisir est présent du début à la fin, et même si Pittsburgh à faillit avoir raison de moi, le plaisir est vite revenu et ne m'a plus lâcher (d'ailleurs je conseil grandement aux sceptiques des premières heures de ne pas lâcher et de continuer) et les phases de combats sont dynamiques et peu scriptée pour le coup.
Un gameplay présent donc, intelligent et intéressant même si simpliste, qui fait de The last of us un vrai jeuxvideo et non un film interactif, à l'instar de metal gear solid encore une fois, et ce n'est pas parce que le jeu propose un nombre de cinématiques conséquents, des dialogues constants qu'il n'est pas un jeu, au contraire.

En lien avec le gameplay je vais donner rapidement mon avis sur la liberté. En effet the last of us est un jeu de fausse liberté, proposant des décors énormes, magnifique, qui ne se visite que très peu (un peu comme pour bioshock infinite tiens) et sont très réduits, on se déplace dans des couloirs qui déboule par ci par la sur des pièces annexes, des zones un peu plus grandes permettant de fouiller etc... mais je ne trouve pas que ce soit vraiment un problème et même si j'espère un monde plus ouvert dans The Last of us 2 (si il sort un jour), l'absence de véritable liberté colle bien à l'ambiance et au scénario ici, et à mes yeux c'est comme final fantasy XIII, un jeu couloir n'est pas directement un mauvais jeu, bien au contraire...

Ensuite l'ambiance, cette dernière est excellent, Naughty dog à toujours la géniale idée de faire causer ses personnages tout au long de l'aventure, ce qui permet de s'attacher à eux très facilement et même si ces dialogues en continue annihilent par moment l'effet de surprise, on n'en est que plus immergé dans l'idée que l'on est Joel et/ou Ellie. Je trouvais déjà l'idée très intéressante dans Uncharted, elle est ici poussé à son paroxysme surtout quand on sait que la relation Joël/Ellie est très importante. Pour le reste de l'ambiance elle est à la fois stressante, à la fois belle et posée, tout en étant très mature dans l'ensemble, on est vite stressé en présence d'infectés, puis assez vite énervé en présence d'humains pour enfin être émerveillé lors de certaines scènes comme celle des Girafes, simple, con, mais magique, ou alors émut lors de certains passages, comme celui avec Sam et Henry, le jeu joue avec nos sentiments et avec les ambiances sans jamais en faire trop et même si le il s'avère assez prévisible par moment, l'émotion est quand même au rendez vous. Une ambiance rare et mature, car le jeu est assez mature, très violent, très réaliste, voir même malsain dans son idée des infectés, ce n'est pas un jeu à mettre entre toutes les mains et le -18 est, pour une fois, compréhensible, donc une ambiance très réussie et réaliste.

Le scénario maintenant, il est assez classique, je dois avouer moi même que c'est le genre de scénario qui peut faire un bide au cinéma, qui peut paraître même tire larme et pourtant il fait le boulot à merveille, rarement un scénario ne m'avait tenu en haleine aussi longtemps (dés l'intro on est pris par l'univers et l'histoire), je dois même avouer qu'à part metal gear solid, c'est la deuxième fois que je suis happé comme ça dans une histoire et même si du coup on peut reprocher au jeu de trop se rapprocher d'un film ou est le mal ? Le jeuxvidéo évolue avec son temps et ses technologies et les technologies actuelles permettent d'alliés plus ou moins bien gameplay de qualité et scénario cinématographique aux qualités similaires, on en a la preuve ici, The Last Of Us est un vrai jeu doté d'un scénario travaillé, très bien écrit et très prenant.

Pour ce qui est de la mise en scène, c'est elle qui fait le boulot principal, elle permet à un scénario donc classique voir cliché de devenir un exemple du genre, n'en faisant jamais trop et étant toujours très juste et réaliste, la mise en scène nous plonge dans une aventure qui ne laisse pas indemne et prouve que naughty dog maîtrise aussi bien le gameplay que l'évolution de l'histoire dans ses jeux et s'inspire de techniques cinématographiques pour rendre l'expérience meilleure qu'elle ne l'est déjà.

Les personnages sont quant à eux plutôt variés assez attachant dans l'ensemble (Tess et Bill un peu moins) et tous assez charismatiques pour ne pas entacher le scénario et la progression. Mais le point fort du jeu reste la relation entre Ellie et Joël, qui prend son temps pour se mettre en place.
The last of us est un jeu qui prend son temps, mais qui a en à besoin, rien ne sert de courir, tout viens à point et la relation entre les deux protagonistes principaux est une réelle preuve que Naughty dog à soigné le fond tout autant que la forme. Une relation touchante, magnifique, qui démarre assez doucement pour nous donner envie de continuer et qui explose dans la deuxième moitié du jeu au point d'être bouleversé par les derniers chapitres de l'aventure. J'ai du mal à vraiment mettre des mots sur ce que je pense de cette relation, je peux simplement dire qu'elle est fine, délicate, attentionné et paternelle et même si non dénoué de clichés elle n'en reste pas moins un modèle pour tout ceux qui voudrait en faire des similaires dans l'avenir.

Je vais maintenant parler d'un point fort du jeu, ce dernier mélange avec brio des références multiples, allant de « je suis une légende » à « La route » en passant par « les fils de l'homme » et il est intéressant de remarquer que deux des références qui sautent au yeux ne contiennent aucunement d'infectés ou autres zombies mais simplement des êtres humains, et le jeux surf sur cette idée, qui est plutôt bien détaillée dans « la route », celle que finalement les humains sont plus dangereux que les infectés dans un monde post-apocalyptique de ce genre, d'ailleurs Bill le cite peu après qu'on le rencontre : « les infectés sont prévisibles, pas les humains ».
Les infectés, à mes yeux, s'apparentent à des fantômes, des âmes en peine qui errent dans des lieux qu'ils ont connu, soit ils y ont vécu, soit ils y sont mort, mais sans la présence de bruit ou d'êtres humains, ils ne font qu'errer sans but apparent et ne cherche pas forcément à tuer les humains, cela fait penser aux films de Roméro, montrant l'évolution des zombies avec le temps qui finissent par retourner dans les lieux qu'ils ont connu de leur vivant, c'est un peu ça ici d’où l'importance d'infectés autour des villes, des lycées et autres universités la ou ils sont plus absents des zones forestières comme le barrages ou les alentours de la ville de Tommy. Au final la véritable menace ce sont les autres humains, d'ailleurs la seule menace pour le barrages encore une fois ou le village de Tommy se sont les humains, pareil pour Pittsburgh ou les seuls infectés se terrent dans le sous sol d'un hôtel. Les humains sont un danger constant pour les autres et le jeu le met en avant avec brio, comme le passage avec David, il vaut mieux se méfier d'eux que des infectés. D'ailleurs les infectés servent de défense pour certains, comme pour Bill, qui s'en sert pour ne pas avoir à faire avec des humains, comme quoi même avec cette menace tout le monde y trouve des avantages et son compte. Voilà, c'était pour développer un peu un aspect que je trouve très intéressant dans le jeu.

Pour ce qui est de la fin du jeu, ce n'est pas un happy end, ce n'est même pas un bad end, ce n'est pas vraiment une fin attendu, ni même une fin qu'on aurait envie de voir et pour autant on s'en contente et elle touche quand même. Cette fin nous fait découvrir deux aspects sur les personnages, Joël est un égoïste, Marlène une mythomane mais qui cherche à sauver le monde et Ellie une âme en peine. Marlène ment à Joël et sacrifie Ellie sans l'avis de cette dernière pour le bien de tous, ce qui dans l'idée est une bonne chose, sauf que Joël est égoïste, pas un fumier, pas un anti-héros, juste un type qui à perdu sa fille et qui ne veut pas en perdre une deuxième, un égoïsme tout ce qu'il y a de plus humain.
Pour ce qui est de Ellie, même si elle est immunisé, sur la fin elle ressemble plus à une infecté qu'à un être humain. Son but principal dans sa vie, depuis son infection jusqu'à sa noyade est de sauver le monde, elle a passé toutes ces épreuves juste parce qu'elle pensait pouvoir aider tout le monde et « venger » la mort de sa meilleure amie, un rêve tout ce qu'il peut y avoir de classique et utopique pour une gamine de 14ans même si sa maturité n'est plus à prouver pour son âge, le seul problème est qu'elle ignore que sa vie est en jeu pour son but ultime, et elle ne le sera jamais Joël la trompant à la fin pour la garder en vie, mais sachant pertinemment (même si c'est un mensonge) qu'elle ne peut sauver le monde, que sa meilleure amie, Sam et Henry ou même Tess sont morts pour rien, elle devient ce qu'elle cherche à être depuis le début tout en gardant un semblant de conscience, elle n'a plus de but, elle erre sans intérêt alors que la vie que s'ouvre à elle, et pourtant elle n'a alors que 15ans. Son regard à la fin est plein de tristesse car elle se dit qu'elle a fait tout ça pour rien, que son seul but n'est plus et que la vie va continuer comme elle est, les infectés vont continuer de proliférer et les humains de disparaître petit à petit malgré l'espoir de certains comme le village de Tommy. Ellie donne d'ailleurs un dernier signe de profonde tristesse et défaitisme en expliquant que, si elle ne peut sauver le monde, elle n'attend plus qu'une chose depuis un an, se transformer, que ce soit enfin son tours, preuve supplémentaire qu'a la longue tout le monde doit y passer et que l'humanité est vraiment en danger. Elle devient en quelque sorte un zombie dans l'ignorance et consciente de cela.
Cette fin est à mes yeux la meilleure que l'on pouvait nous fournir, elle est « expéditive » et tant mieux, elle ne fait pas dans la surenchère, elle est même assez sobre et propose plusieurs alternatives de suites probables et est à la fois touchante tout en étant un peu frustrante.

Je voudrais finir sur un dernier point qui m'a déçu, le jeu ne met pas assez en avant l'hypothèse que les infectés sont peut être encore conscients de leur état, même si les coureurs ont l'air tellement déboussolé qu'on peut se laisser penser qu'ils sont vraiment en mal, et un mal conscient et vécu avec horreur, d'ailleurs Sam esquisse la question sans y répondre ce qui est dommage, j'aimerai à ce que ça puisse être plus développer si une suite nous arrive.
Il manque également une vision plus large du monde et de la vie dans les zones de quarantaine, le jeu est réduit aux USA et à une petite partie de ceux ci, j'aurai aimé à en savoir plus sur le reste du monde et sur la vie en zone de quarantaine, m'enfin ce ne sont que des détails.

Au final je pense que The last of us mérite amplement un 17 ou 18/20, mais peut être pas un tel engouement de la presse qui en oublie les défauts que j'ai pu citer, d'ailleurs je n'ai pas parler de l'IA, j'en parle rapidement alors, souvent critiquée, je la trouve de qualité et le fait que les ennemis ne voient pas nos alliés ne me dérange pas, au contraire, les lieux pour se cacher sont souvent petits et l'IA des alliés ne peut permettre, je le pense, actuellement de les rendre aussi intelligent qu'un joueur, mais bon ce n'est que mon avis, pour les ennemis l'IA est vraiment bonne.

Bref je reviens à mes moutons, le jeu objectivement parlant mérite amplement 17 minimum sur 20 pour les nombreuses qualités que j'ai pu citer, même pour son gameplay etc... et pourtant je met 10, pourquoi ? Parce que la subjectivité est importante pour le coup. De part son scénario et ses relations The Last of us ne peut être réduit à un simple jeu que l'on critique pour son gameplay, ses graphismes ou tout aspects techniques, c'est un jeu qui se vit, que j'ai vécu du début à la fin avec hargne et amour, et que j'étais triste de finir, ce qui est rare, la seule fois ou j'ai eu ça c'était pour journey. Un jeu que je recommence toujours avec le même plaisir, un jeu qui mérite d'être fait plusieurs fois pour en comprendre tout les mécanismes scénaristiques et les références cachées. The last of us est à mes yeux un monument car il allie avec merveille fond et forme et il atteint à mes yeux le panthéons des jeux qui resterons avec les années... et pour finir je voudrais dire une dernière chose : oui, un jeu de 2013 sur console (ici PS3), et même peut être plus tard sur la prochaine gen, peut être considéré comme le meilleur jeu de la terre et n'est pas obligé d'être sortie en 1995 ou avant pour espérer entrer dans le panthéons des jeux les plus mémorables de l'histoire. On vera avec le recul, qui n'est à l'heure actuelle par présent, mais je pense que The last of us marque et marquera l'histoire du jeuxvideo et restera dans la tête des joueurs encore longtemps.
Parce que oui the last of us est mémorable, inoubliable, magnifique et une expérience hors du commun pour cette gen et les précédentes et sûrement les suivantes.

Voilà, j'ai fini mon speech, je ne pense pas que beaucoup me liront, surtout que je commence par critiquer un peu ce que j'ai pu lire et puis c'est assez long et sûrement bourré de fautes et de subjectivité, mais bon je m'étais promis, si lors de ma deuxième partie le jeu ne me lassait toujours pas, d'écrire un avis plus ou moins complet sur ce titre qui m'a clairement marqué !

Ps : pendant que j'y pense je rajoute ce petit bout pour dire que les galeries d'artworks disponible au fur et à mesure de l'avancement du jeu sont très souvent magnifiques et montre que l'univers autour du jeu est réel et que Naughty dog à vraiment travailler en détail chaque décors, chaque personnages etc...
Les easters eggs sont sympathiques aussi, même ceux passant par des vêtements achetables pour les personnages!
Voilà c'est tout!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 833 fois
12 apprécient · 3 n'apprécient pas

Sasory a ajouté ce jeu à 7 listes The Last of Us

Autres actions de Sasory The Last of Us