The Walking Fungus

Avis sur The Last of Us : Remastered sur PlayStation 4

Avatar Kelam
Test publié par le
Version PlayStation 4

Je dois avouer un truc qui va faire que 70% d'Internet va me détester : je n'aime pas les zombies. Le trip "Zombapocalypse" m'ennuie, me déprime, parce qu'il fonctionne sur deux poncifs usés : 1/ l'humanité sera forcément dépassée parce que "zombie = surnaturel = on comprend pas", 2/ quoi qu'on tente, il suffit d'un seul abruti pour tout foutre en l'air. Donc les fanboys de TWD, de World War Z, de Romero, de Resident Evil, ne commencez pas à défendre votre point de vue, vous me gonflez déjà, à prendre ce délire au sérieux.

Et pourtant, j'ai adoré The Last of Us. Parce qu'il a l'intelligence de reprendre tous les poncifs des films de zombie mais en les relisant de façon vraiment originale et intelligente. D'abors, pas de virus mystérieux qui ressuscite les morts, mais un champignon (qui existe vraiment) qui pourrit le cerveau et fait d'un corps humain un terrau ambulant. D'autant plus terrifiant que ça pourrait arriver. Ensuite, pas de "l'humanité a été prise par surprise" mais "ça fait 20 ans que ça nous est tombé dessus et qu'on fait avec". Les personnages sont des survivants endurcis ou n'ont connu que ce monde-là. C'est donc des humains qui ont reconstruit après la chute qu'on rencontre, pas ceux qui paniquent devant la menace, et c'est rafraichissant. C'est ce qui donne une des vraies forces de The Last of Us : Joel est un vieux bourru qui ne s'est toujours pas vraiment remis de la mort stupide de sa fille, Ellie une gamine déterminée mais encore fragile, et puis il y a Tess, Bill, Tommy, Marlene, David...

Mais tout ça aurait pu être raconté dans un film. Sauf que non, c'est l'histoire d'un jeu vidéo. Et un jeu vidéo met le spectateur au coeur de l'intrigue et le force à agir avec le personnage afin de mieux le comprendre. Du coup, le scénario, notamment sa fin, fait totalement sens.

Franchement, après 15 heures de jeu, les épreuves de Pittsburgh, de l'université, le camp des cannibales sous la tempête de neige, vous auriez abandonné Ellie et laissé mourir, même si c'est pour sauver le monde ? Vous auriez fait tout ce chemin pour la sacrifier sans regret ? Sans lui laisser une chance de vivre sa vie ? Après Sarah ? Joel fait un choix égoïste mais parfaitement logique avec son vécu, et comme vous l'avez vécu avec lui en le contrôlant, vous ne pouvez que le comprendre et le soutenir.

Un dernier mot sur la musique, simple mais géniale, de Gustavo Santaolalla. Le thème principal reste, sait se faire discrète et accompagner le moment tout en étant assez marquante.

Bon, je passe sur les quelques défauts de l'IA et quelques glitchs, aucun jeu n'est parfait. Mais c'est un titre bougrmeent intelligent, qui sait surfer sur une mode tout en ayant une vraie identité, pas une simple resucée de tout ce qui marche en ce moment. C'est ce qui lui permettra de durer.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 168 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Kelam The Last of Us : Remastered