Tchou Tchou et autres escapades

Avis sur The Legend of Zelda: Spirit Tracks sur Nintendo DS

Avatar Ota
Test publié par le
Version Nintendo DS

Quand j'ai joué à ce jeu (qui fut mon premier Zelda), à l'époque de sa sortie, je ne connaissais pas encore Internet. Et 10 ans plus tard, que n'est donc pas ma surprise de voir que ce jeu que j'adore tant est un des, si ce n'est le Zelda le plus critiqué de la saga. Mais est-ce que ces critiques sont-elles véridiques, ou n'est-ce que de la haine gratuite ? Surtout quand on le compare à son prédécesseur Phantom Hourglass ?

Le jeu démarre sur une histoire ancienne qui raconte les évènements de Wind Waker (son seul intérêt est de justifier l'existence du donjon principal du jeu). Et après une introduction au guide de comment contrôler un train, une scène d'escapade et une cinématique, on commence à entrer dans le vrai jeu.

Le but dans ce jeu sera de restaurer les voies sacrées, disparues à cause de Kimado et de son allié Trauchmar qui veulent ressusciter le roi Démon de la légende. Vous devrez explorer la Tour des Dieux, point central du jeu, et restaurer partiellement des voies, puis explorer un sanctuaire puis un temple pour enfin compléter la contrée, revenir à la Tour et continuer le jeu. Facile ça.

Niveau gameplay, le jeu se débrouille vraiment bien. On contrôle Link avec le stylet, et tout a été pensé pour se servir uniquement de l'écran du bas. On obtient un gameplay vraiment fluide et agréable, ce qui est primordial pour un Zelda.
Cependant, il y a un autre gameplay, c'est celui du train. Vous contrôlez un train à la manière du bateau de Phantom Hourglass, sur des lignes déjà tracées. Si au départ rien de grave, des ennemis apparaîtront sur la carte au bout du quart du jeu, et il sera important de bien savoir où se diriger pour ne pas se retrouver dans la panade. Les voyages sont vraiment sympas, et découvrir le paysage des différentes contrées, accompagné par l'OST sera un beau plaisir pour le joueur.

On va également parler de la quête du jeu. Déjà, la Tour des Dieux. Dans ce lieu, un personnage nommée Dame Bicelle sera votre conseillère et vous expliquera où aller pour restaurer les voies ferrées. Vous avez un objectif également dans ce donjon : chaque fois que vous finissez une contrée, vous devrez faire un sorte de mini-donjon de 3 étages dans la tour. Si ils sont assez faciles, ils savent occuper et sont assez diversifiés, d'autant que dans ce jeu, Zelda devenu fantôme peut contrôler les spectres (des gros chieurs dans PH) et vous devrez faire équipe afin de résoudre des énigmes et battre certains boss. En somme, une expérience amusante, avec au bout du compte une nouvelle contrée à explorer.

Ensuite, viendra une phase d'exploration : dans un nouveau village, vous devrez parler avec les habitants, et résoudre des énigmes afin de pouvoir aller au sanctuaire de la contrée. Ces phases sont assez courtes mais ne brisent pas le rythme, même si la difficulté du jeu fait qu'on peut presque skip ces parties selon le joueur.
Vient ensuite la partie sanctuaire : vous devrez résoudre une énigme puis entrer dans une grotte. Là, vous parlerez à un Locomo, un "représentant" de la contrée qui vous fera jouer une mélodie pour vous permettre d'accéder au temple. Cette partie permet de diversifier le gameplay, et vous devrez bien utiliser stylet et microphone pour jouer vous-même cette mélodie. La partie musicale est en elle-même presque une sorte de récompense.
Enfin, vient le donjon. Ici, c'est du Zelda classique : résoudre des énigmes, trouver un objet, et battre le boss avec l'objet. Notez que vous pourrez vous aider de la carte pour noter des choses sur l'écran tactile, ce qui vous permettra de faire des notes directement sans devoir gâcher du papier IRL. A la clé, le symbolique réceptacle de cœur et une nouvelle partie de la Tour reconstituée.
Le jeu suit donc une linéarité Tour > Sanctuaire > Donjon > Tour et ainsi de suite, mais des évènements sauront briser cette dite linéarité. A noter également la présence de multiples quêtes annexes, notamment dans des villages, mais également du transport de marchandises, la récolte de gemmes de force pour restaurer plus de voies, la quête des portails pour se balader rapidement en train dans n'importe quelle contrée... Autant dire que vous en aurez pour je pense 30-40h si vous souhaitez faire entièrement le jeu.

Autre point positif : les personnages. Zelda est plus attachante et utile que jamais, Dame Bicelle sera une bonne conseillère, et Trauchmar est sans conteste un très bon méchant de la saga Zelda.

En clair, ce Zelda a brillé par rapport à son prédécesseur sur l'eau. La direction prise fut ambitieuse et aura marqué à jamais mon enfance. J'espère très sincèrement que Nintendo fera une direction similaire pour un prochain Zelda, et rien que le fait qu'il y ait une moto dans BOTW me redonne envie d'un Zelda avec un moyen de transport au cœur du jeu.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 145 fois
Aucun vote pour le moment

Ota a ajouté ce jeu à 1 liste The Legend of Zelda: Spirit Tracks

Autres actions de Ota The Legend of Zelda: Spirit Tracks