The Choice is a Lie

Avis sur The Stanley Parable sur Mac

Avatar Bingodog
Test publié par le
Version Mac

La Caverne de Davey

Il arrive parfois de jouer à des jeux qui vous touchent par leur direction artistique, par leur scénario, par leurs personnages. Et parfois, au détour d’une promotion, il arrive de tomber sur un jeu qui vous fait réflechir sur la nature même du choix dans le jeu, et dans la vie en général.

Chaque choix que l'on fait dans un jeu est prévu, encadré, dirigé, calculé. Et même si l'on croit briser le jeu, on ne fait que se couler dans un moule précisément créé par les développeurs. Le choix n'est jamais qu'une illusion, une douce illusion que l'on affectionne. On se croit libre quand on est dans les fers, et ce jeu nous le démontre avec une maestria rarement atteinte.

Toute liberté dans un jeu est factice, et comme Stanley nous ne faisons que taper sur des touches dans l’ordre que les développeurs ont décidé à l’avance, tout en nous croyant libre. Et cela, Davey Wreden nous le rappelle constamment : A chaque fois qu’on croit avoir fait quelque chose qui n’a pas été prévu, son ombre apparait, et le narrateur reprend de plus belle sa tirade (pour notre plus grand plaisir).

Liberté, J'écris ton nom

Selon moi, un jeu repose avant tout sur le principe de determination : tout dans le jeu est pensé par un développeur et jamais il ne pourra créer une réelle liberté, sinon un simple « sentiment de liberté » comme on peut le lire dans la presse. J’attends de pied ferme (et j’espère qu’il existe) le jeu qui pourra me contredire.

Finalement, ce n’est que quand il en est conscient de cela qu’un développeur peut transcender les limites inhérentes au jeu vidéo. Ainsi, Davey Wreden s’amuse constamment avec les limites du jeu vidéo, avec toutes les attentes que l’on peut avoir face à un jeu, face à la possibilité d’un choix. Le tout avec un humour très fin et un amour du jeu vidéo qui transpirent à chacune des phrases du narrateur.

Pour conclure, c’est ici une expérience plutôt qu’un jeu, quelque chose de personnel et qui parlera à chacun d’une manière différente. C’est un dialogue, non pas entre Stanley et le narrateur, mais entre nous et Davey : il nous transmet sa vision du jeu, son amour du jeu, et nous fait réfléchir sur ce média de la manière la plus intelligente qui soit : En Jouant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 103 fois
5 apprécient

Bingodog a ajouté ce jeu vidéo à 1 liste The Stanley Parable

Autres actions de Bingodog The Stanley Parable