Léthargie des sentiments

Avis sur The Walking Dead 1x04 : Around Every Corner sur PC

Avatar Seb C.
Test publié par le
Version PC

Le jeu Walking Dead s'est jusqu'ici tendu vers de belles promesses, bâtissant ses forces autour des rapports humains entre les personnages, misant tout sur l'alternance du calme et de la tension brutale, noyant ponctuellement le joueur dans une urgence terrible d'où émergeait la sensation d'être l'acteur de choix capitaux. Au coeur du système les personnages et leur écriture, cette vie en communauté avec ses joies, ses angoisses et ses instants de basculement sans retour qui laissaient si démuni. Petit problème, pourtant, pour cet épisode 4 qui non seulement échoue à donner de l'épaisseur à ses nouveaux arrivants ; mais qui également laisse en retrait son casting de rescapés semblant ici réduit à une galerie de seconds rôles vaguement archétypaux. Lapsus révélateur : il n'y a jamais eu autant de "marcheurs" dans cet épisode, qui multiplie les micro-séquences sans enjeu narratif (infiltration, shoot) au risque de délaisser l'aspect humain pourtant si important jusqu'ici (dans le jeu et, bien sûr, dans le comic).

Around Every Corner, c'est une histoire qui fait du sur-place : les personnages sont comme figés dans une léthargie pré-action, on les trouve et on les laisse dans l'état exact où les avait quittés à la fin du précédent épisode. Disparue, l'évolution pourtant si importante des rapports entre eux. Kenny, borderline, s'énerve un peu et rien d'autre, presque comme remis ; Ben ne sert, une nouvelle fois, à rien, malgré une triste tentative de bâtir l'un des rares moments de tension autour de sa possible mort ; Omid, lui, pionce pendant tout l'épisode. Autour d'eux gravitent de nouvelles têtes tout justes esquissées, indéchiffrables autant qu'ennuyeuses et, lorsqu'on croit qu'un masque va enfin tomber, une armée de marcheurs déboule pour temporiser, retarder systématiquement une hypothétique révélation... qui ne viendra pas. L'histoire s'égare à la poursuite du fil conducteur un peu absurde de la recherche du fameux bateau, faisant passer à la trappe les enjeux plus importants évoqués par l'épisode précédent et son cliffhanger : presque éjectés du récit, l'homme au talkie-walkie, Clementine à la recherche de ses parents, le basculement de Kenny ici presque sage comme une image. On évitera, enfin, de faire trop attention à la palanquée de faux-raccords et autres maladresses techniques qui ternissent l'expérience, avec des éléments de décor qui disparaissent d'un plan à l'autre, des cut-scenes aux animations copieusement robotiques et un mixage sonore parfois aux fraises.

Que reste-t-il alors de cet épisode en demi-teinte ? Privé des séquences choc de ses prédécesseurs, il chemine tranquillement dans une espèce d'apathie, un trop-plein d'action bêta et inconséquent où l'on perd de vue beaucoup d'enjeux. Il n'est cependant pas dénué de moments puissants, des passages plus calmes d'où émanent une sérénité assez triste et belle mais qui malheureusement finissent par tomber sous les coups d'un script un peu souffreteux. On progresse sans y attacher vraiment d'importance, on s'égare un peu sous les fausses pistes ouvertes puis refermées maladroitement, des personnages secondaires (voire tertiaires) qui sentent la chair à canon à des kilomètres. Et le cliffhanger final alors ? Même pas : c'est exactement le même que celui de l'épisode 3, témoin définitif de cette paralysie qui touche l'histoire. Le principal défaut d'Around Every Corner est finalement d'essayer de temporiser à tout prix pour maximiser l'intensité d'un final qu'on espère, pour le coup, particulièrement fort, histoire de faire oublier ce faux pas.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 805 fois
11 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de Seb C. The Walking Dead 1x04 : Around Every Corner