👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Voilà encore un bel exemple d'un succès quasi-vénéré par tout le monde, et qui m'a laissé de marbre, ou pire, qui m'a énervé et frustré assez souvent. Bon, je commence à avoir l'habitude !

On retrouve à peu près tout ce que j'avais reproché au premier épisode dans ma critique, avec en plus une bonne couche de défauts tout flambant neufs et inédits, et en moins quelques trucs que j'avais bien aimé.

Comme dans le 1, cet épisode se veut un RPG fantasy mature, avec du cul, du sang et des dialogues plein d'injures. Et comme dans le 1, c'est très maladroit : Les doublages sont horribles, et le côté "adulte" se résume à sortir un "enculé", "couille" ou "bite" une phrase sur deux, et montrer un peu de cul de temps en temps.
Mais contrairement à son aîné, je ne me suis intéressé à aucun des personnages, ni à l'histoire.

Ici, on retrouve Geralt de Riv, notre héros caricatural sans charisme et sans saveur, alors qu'il est accusé à tort d'avoir tué le roi, il va devoir prouver son innocence en retrouvant le coupable. Base archi-classique, mais comme ici on sait déjà qui est le tueur (son motif étant apparemment "parce que je suis un tueur de roi, j'aime bien ça, avant la piscine et après mon café du matin"), on se contente de lui courir après, donc au revoir l'aspect mystère et enquête qui marchait bien dans le 1, on court juste après le gros chauve en tatannant tout ce qui se met au milieu.
Pendant tout le deuxième acte (sans trop spoiler), l'enjeu dramatique est d'aider Triss la magicienne. En fait j'ai pas du tout envie de l'aider, j'aime pas ce personnage, elle m'a fait chier tout le un, dans lequel j'ai préféré mettre l'enfant à l'abri au lieu de lui livrer, donc pour moi c'est une grognasse sans cœur que j'ai gentiment trahi. Mais manifestement je suis sensé tenir à elle, assez pour partir à son secours séance tenante (et pour la baiser dès qu'on trouve une caverne un peu tranquille, aussi...).
The Witcher 2 est un jeu plein de dialogues, c'est très dense, mais tous les dialogues sont vraiment inintéressants. Entre les persos qui font des vannes grossières, ceux qui racontent des banalités, et ceux qui essayent de faire des blagues pas drôles, j'ai fini par ne plus vouloir parler à personne.

Le background de ce monde a l'air intéressant mais on nous balance tout tellement à l'arrache qu'on s'y retrouve à moitié entre les noms des rois, des lieux, des magiciennes, des peuples... On sait pas trop où on va, ni pourquoi on y va, mais on y va. Puis le jeu a tendance à nous balader en mode Fed-ex comme un bon vieux open-world, va chercher tel objet là-bas, puis revient, puis retourne là-bas, et enfin on pourra faire le sort qui nécessitera encore d'aller à tel endroit puis revenir, etc...

Mais c'est côté gameplay que la catastrophe arrive réellement.
Le combat à la souris a évolué vers un gameplay orienté manette qui frôle le beat'em all, puisque sur console. Le soucis majeur est la réactivité de Geralt, qui pour un gameplay de ce genre est à la rue. Geralt attend souvent d'avoir fini son anim' de "coup d'épée" avant de se décider à esquiver lorsqu'on appuie sur la touche correspondante. Et souvent, ben c'est trop tard, on veut esquiver au moment ou on voit le coup partir, mais le temps que le personnage réagisse, on s'est déjà fait latter la gueule.
Les détections de collisions sont aussi vraiment ridicules par moment, on perd souvent de la vie sans savoir qui nous a touché.
Les combats de "Kingdom of Amalur" étaient déjà largement plus agréables, réactifs et moins frustrants.
De plus, la caméra aérienne du 1 qui permettait de voir à peu près tout ce qui se passait laisse la place à une caméra à la 3e personne qui lock un peu n'importe quoi quand ça lui chante.

On retrouve la tendance du premier a farcir notre inventaire de milliards de trucs dès le début sans nous expliquer à quoi sert tel ou tel objet, on est chargé de merdes inutiles tout le long du jeu. L'argent et les magasins ne servent à rien vu qu'on trouve à peu près tout ce qu'il faut partout, en triple, quadruple, voire beaucoup plus.
L'inventaire, et les menus en général, sont les moins ergonomiques que j'ai vu depuis un paquet d'années, rien n'est clair ni facilement accessible, et l'impossibilité de boire des potions et de se soigner en combat est pour moi incompréhensible, on doit deviner si le prochain combat va être dur ou pas, et boire les potions en avance...
On a aussi une carte carrément illisible, s'y retrouver dans la cité des nains avec ses galeries, ses pont, ses étages partout est un calvaire, par exemple.

Le seul aspect amélioré du jeu est le graphisme, d'un point de vue purement technique, c'est très bien foutu. La DA est pourtant très fade et quelconque à mes yeux.

J'ai eu beaucoup de mal à tenir la grosse dizaine d'heure que j'ai passé sur ce jeu en me forçant, histoire d'aller assez loin pour me faire un avis, avant de finalement laisser tomber. J'ai du mal à trouver un aspect positif à mon expérience, ce qui me surprend vu les éloges que The Witcher 2 se ramasse de tous les côtés.
Igguk
3
Écrit par

il y a 9 ans

8 j'aime

4 commentaires

The Witcher 2: Assassins of Kings
epikt
4

Assassins of Gameplay

A vrai dire, dès les premières secondes j'ai su que quelque chose clochait. Un mauvais feeling. Sur un point peut-être accessoire : qu'est-ce que cette connasse de Triss fait dans mon pieu ? Quand je...

Lire la critique

il y a 11 ans

57 j'aime

13

The Witcher 2: Assassins of Kings
boulingrin87
5

De la maturité

The Witcher 2 est, paraît-il, excellent. Culminant à un beau 88% sur Metacritic, c'est, à en croire l'avalanche de reviews de l'époque (pas si éloignée : 2011), le nouveau mètre-étalon du RPG à...

Lire la critique

il y a 9 ans

31 j'aime

3

The Witcher 2: Assassins of Kings
Nomenale
7

Critique de The Witcher 2: Assassins of Kings par Nomenale

Je n'avais absolument pas prévu de jouer à ce jeu. J'étais en plein dans ma période Bioware-maniac et ne comptais absolument pas me soigner. Puis Mister Nomé a mis ce jeu qu'il venait d'acquérir dans...

Lire la critique

il y a 9 ans

26 j'aime

2

Amarillo - Blacksad, tome 5
Igguk
5

Joli n'importe quoi

Blacksad avait conquis son lectorat par son ambiance, son dessin merveilleux et ses "tronches", tous les personnages sont des caricatures de polar, amplifiées par leur espèce animalière qui appuie...

Lire la critique

il y a 8 ans

63 j'aime

10

Rogue One - A Star Wars Story
Igguk
4

Characters Zero

Bon, je ne vous ferai pas l’affront de présenter Star Wars en intro hein, partons du principe que tous ceux qui lisent ceci ont au moins vu la saga originale 5 fois. Après un Réveil de la force sous...

Lire la critique

il y a 5 ans

49 j'aime

Hypérion
Igguk
4
Hypérion

Trop de tout, à en vomir de la SF par le nez

On m'avait conseillé Hypérion, le qualifiant de bouquin fondateur, d'oeuvre immense, de chef d'oeuvre. Y'a qu'à lire les critiques sur ce site, c'est LE truc à lire en SF ! Faut que j'arrête...

Lire la critique

il y a 9 ans

46 j'aime

25