👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Ainsi l'homme construit des objets, mais c'est le vide qui leur donne leur sens

"Je parle d'essayer de trouver des moyens de transmettre le savoir, de nous apprendre à poser les bonnes questions"

Certes, The Witness est présenté comme un jeu de puzzles en vue à la première personne. Et en soi, c'est effectivement ce qu'il est. Si on se limite à cet aspect, le jeu est correct, pas fou, juste correct.

Ce qui m'intéresse plus à travers ce jeu, ce sont les aspects de la personnalité de Jonathan Blow qui sont transmis par le jeu. En effet, Jonathan est un passionné de sciences, il n'y a qu'à suivre son compte Twitter pour s'en convaincre, complètement dévoué à son métier de développeur de jeux vidéo, capable de mettre toutes ses économies dans le long développement d'un jeu comme Braid, adepte du minimalisme, ce qui le conduit à limiter autant que possible les éléments coupant le joueur du jeu, et avec des idées bien arrêtées en tête sur ce que le jeu vidéo devrait être en tant qu'art.

Avec The Witness, nous retrouvons sa passion pour la science au travers des témoignages de scientifiques et philosophes, via quelques lecteurs MP3 cachés sur l'île. Nous retrouvons aussi sa volonté d'être un développeur artiste : les puzzles ne sont qu'un moyen de transmettre un savoir de façon non verbalisée, en s'appuyant sur la logique du joueur pour que ce dernier soit actif et se pose les bonnes questions. En ce sens, Jonathan s'exprime en tant qu'artiste plasticien : ce jeu, c'est une expression de ce qu'il est, une expression non verbalisée, esthétiquement plaisante, dont le minimalisme permet de s'adresser directement au joueur par les sensations et la logique.

En ce sens, The Witness est à l'opposé du Principe de Talos : The Witness a peu de texte, et lorsqu'il en a, ces textes servent à aider à comprendre l'intention de Jonathan (quel est le sens de cette œuvre ?), alors que dans le Principe de Talos, il y a énormément de textes, qui servent à donner des éléments de fiction (qui sont les personnages ? Quel est leur passé ?). Les deux jeux présentent beaucoup de puzzles, mais ils semblent redondants dans Talos et sans réel but, ils sont là pour augmenter le décompte des sigils. Dans The Witness, nous, le joueur, sommes l'unique témoin présent sur cette île, nous apprenons un langage pour explorer l'île, et par notre simple regard, lui donner une existence.

"Ainsi l'homme construit des objets, mais c'est le vide qui leur donne leur sens".

il y a 6 ans

18 j'aime

2 commentaires

The Witness
VGM
9
The Witness

« What is The Witness depends who you ask to »

Après sept longues années de développement, le voici enfin. The Witness, le successeur spirituel de Braid dont il partage le créateur, Jonathan Blow. Braid n’était pas seulement un jeu exceptionnel,...

Lire la critique

il y a 5 ans

37 j'aime

9

The Witness
Luxien
4
The Witness

De l'art du lâcher-prise.

Tout commençait si bien… Après une rapide prise de contact avec la topographie touffue et la palette ramassée des décors, la structure de l’île se manifestait lentement en présageant une belle unité...

Lire la critique

il y a 6 ans

34 j'aime

18

The Witness
Tezuka
9
The Witness

Épiphanie

Le joueur émerge dans un long tunnel au bout duquel se trouve une porte. Sur cette porte, son premier puzzle, le premier d'une longue série. Il arrive dans un jardin étonnamment paisible niché bien à...

Lire la critique

il y a 6 ans

29 j'aime

15

The Witness
wok
8
The Witness

Ainsi l'homme construit des objets, mais c'est le vide qui leur donne leur sens

"Je parle d'essayer de trouver des moyens de transmettre le savoir, de nous apprendre à poser les bonnes questions" Certes, The Witness est présenté comme un jeu de puzzles en vue à la première...

Lire la critique

il y a 6 ans

18 j'aime

2

SpyParty
wok
10
SpyParty

Gâteau à la banane

SpyParty est un jeu de duel asymétrique, qui se veut compétitif. Un joueur est un sniper, là pour débusquer un espion dans une foule de personnages non-joueur, mais aussi là pour influencer les...

Lire la critique

il y a 9 ans

11 j'aime

1

Il était une fois en Anatolie
wok
8

Critique de Il était une fois en Anatolie par wok

Un film au rythme lent, dans lequel l'ambiance est bien rapportée par ces paysages de Turquie, vus de jour comme de nuit, ces personnages, au passé lourd que l'on prend plaisir à découvrir, et ces...

Lire la critique

il y a 10 ans

9 j'aime