Méta-critique

Avis sur Thimbleweed Park sur PC

Avatar Wonderboy
Test publié par le
Version PC

Ma foi..
Force est de constater que malgré ses défauts certains, ce Thimbleweed Park m'a bien plu.

Déjà, il faut que je témoigne mon affection pour le genre du Point'n click. Certes, il peut parfois être soporifique (Le dernier Pendulo Studios, Yesterday Origins peut en témoigner), mais mes premiers souvenirs de jeux-vidéo étaient des Point'n Click. Je me souviens d'après-midi passés aux côtés de mon papa à dessiner la carte des catacombes d'Indiana Jones & The Last Crusade, à jouer à la bataille-navale dans Sam & Max : Hit the Road, et surtout rire aux éclats devant Day of The Tentacle ; qui me permettra de découvrir le bien plus difficile Maniac Mansion.

D'une manière où d'une autre, ce jeu ne pouvait que me plaire. Pourtant, il ne m'a pas plu autant qu'il ne l'aurait dû. Les raisons sont simples, et découlent très souvent d'une bonne idée.

Déjà, quelle idée sympathique de camper différents personnages, aux caractères bien différents, et surtout intéressants...ou presque. Oui, le cynisme de Reyes m'a fait sourire (Par contre...je n'arrive toujours pas à comprendre la présence de Rey, qui ne sert à rien d'autre, à part lui donner un équivalent masculin). Oui, la méchanceté gratuite de Ransome le clown ne m'a pas laissé de marbre. Oui, c'est sympathique de jouer un fantôme (quand bien même il est ultra cloisonné dans son hotel...avec cette putain d'idée de l'ascenseur...et ses 13 étages...). Oui, la fan-girl de Point'n click qui permet moultes références méta est le personnage auquel je me suis le plus identifié.

Mais..à quoi bon avoir autant de personnages si ils n'ont aucune réelle interaction entre eux ? D'autant plus que certaines énigmes ne font sens que par l'interaction entre les personnages...qui n’interagissent pas entre eux..C'est clair..non ? Ce que je veux dire, c'est que SEUL le joueur sait ce qu'il a vraiment à faire. Les personnages ne sont que des pions qu'on déplace pour résoudre une énigme.

Je sais, ça s'explique fort probablement par la chute totale du quatrième mur dans le dernier chapitre du jeu. Mais quand même.

L'autre soucis par rapport à ces personnages, c'est qu'ils ont beau avoir leur "propre" histoire, elle ne connaîtra pas forcement de conclusion satisfaisante...

Toujours dû à ce final dans lequel les personnages prennent conscience d'être dans un jeu. Final sympathique ; surtout la visite du prototype (véritable ?), et l'énigme que l'on peut résoudre en visualisant la première vidéo Kickstarter du projet ; même si il me laisse terriblement un goût d'inachevé, et de facilité scénaristique. J'aurais été amplement satisfait si l'aspect "meta" du titre, n'était présent que dans les références à Lucasarts, à Ron Gilbert, et dans les réflexions des personnages.

Si l'histoire m'a un peu déçu, parlons plus concrètement du jeu en lui même. Certes le jeu reprends des vieux codes du point'n click, il les a tout de même modernisé. L'ensemble des déplacements est dynamique ; l'interface est bien plus lisible et intuitive que les vieux point'n click , et d'un point de vue graphique, tout en reprenant une esthétique à l'ancienne, on est quand même bien loin des aplats de couleur flashys de l'époque. Et je dois reconnaître avoir trouvé quelques écrans vraiment jolis.

Pourtant, derrière ce dépoussiérage traînent encore des défauts inhérents au genre, et qui ne veulent pas partir. Le plus lourd...les allers-retours...Je n'en pouvais plus. En même c'est aussi un peu de ma faute...je n'avais pas pensé tout de suite à aller au Quickie Pal avec CHACUN de mes personnages pour obtenir la carte qui permet les déplacements rapides...Déplacements qui semblent d'ailleurs rapides la première fois, mais qui très vite deviennent eux-aussi très lassants, et cassent le rythme du jeu.

Ce ne serait pas gênant si ce n'était pas lié à un autre défaut...qui n'en est pas un complètement, les énigmes capillo-tractées. En effet, j'ai toujours trouvé que ça faisait parti du charme du genre. Et je n'ai pas eu du tout ce soucis sur les 6 premières heures de jeu. Mais entre l'énigme du hot-dog et...

...comprendre que pour pouvoir recharger la batterie d'un camion il faut : Tilter que des gens se promènent dans les bois, et que ce sont les seuls passants qu'on croise. Récolter du liquide radioactif, à l'aide d'un trophée de mathématique. Verser ce liquide dans une flaque d'eau qui se trouve sur le chemin des passants. Action, que seul Ransome peut faire car c'est un connard, qui va permettre de mettre en surbrillance les pas des passants. Et que suivre ces pas va nous mener vers un camion de Pizzas qui est protégé par une grille électrique, et poser ensuite la batterie sur cette grille...

Pour le coup...certaines énigmes étaient vraiment pénibles à cause des allers-retours une nouvelle fois, et de l'absence de logique parfois..

Bon, cette critique devient beaucoup trop longue et méchante, alors en bref quelques points positifs.

  • Dialogues très bien écrits et drôles.
  • Clins d'oeil plus que sympathiques aux oeuvres de Gilbert et LucasArts.
  • Humour parfois surréaliste (Le commissaire/Maître d'hotel/Médecin légiste).
  • Certaines énigmes imposaient de jouer plusieurs persos en alternance.
  • A mi-chemin entre le polar, et la science-fiction.
  • Technologie alternative d'années 80 alternatives.

Mais au moment où j'écris ces dernières lignes je me dis : Est-ce que cette oeuvre deviendra culte au même titre des jeux LucasArts ? Non.

Ai-je passé un bon moment nostalgique que je ne peux que conseiller ? Oui.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 527 fois
4 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Wonderboy Thimbleweed Park